Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Lecture de la page 243 à 263


La situation qui prévalait à Médine


Au moment de l’Hégire :

L’émigration était synonyme d’édification d’une nouvelle société dans un pays en sécurité. Le prophète  occupait le rôle d’imam, de général et de guide. Il devait coopérer avec trois types de tribus :

Ses compagnons
Les associateurs de Médine n’étant pas encore convertis 
Les juifs

Avec chaque tribu il devait faire face à différents problèmes :

Avec ses compagnons, il devait faire face à leur incapacité à édifier une nouvelle société. En effet, ils avaient totalement changé de conditions de vie et étaient pour le moins désemparés à un moment où ils devaient faire face aux problèmes de subsistance, de politique et autres.

Les musulmans étaient divisés en deux parties :

Les Ansâr, qui étaient donc chez eux, dans leurs maisons
Les muhadjirun, qui avaient tout perdu

L’arrivée en masse des derniers ébranla donc l’économie de Médine.

Avec les associateurs de Médine, les problèmes étaient moindres, en cela que la plupart finirent par se convertir ensuite. Il demeurait des personnages hostiles à l’islam mais ils gardaient secrète leur inimitié. Parmi eux, Abdoullah ibn Oubai, dont les deux tribus Aws et Khazraj avaient reconnu l’autorité et qui devait, avant que le prophète  ne débarque à Médine, devenir le roi de Médine. Pour cela, il éprouvait de la haine envers le messager  qu’il voyait comme un rival. Il fit mine d’accepter l’islam après Badr, mais ne l’accepta pas au fond de son cœur.

Enfin, le prophète  devait aussi faire face aux problèmes avec les juifs, qui méprisaient énormément les Arabes et se sentaient supérieurs à eux. Il avaient notamment le monopole du commerce et gagnaient énormément d’argent avec l’usure. Ils montaient les diverses tribus arabes les unes contre les autres. On comptait trois grandes tribus juives : les Banou Kaynoukaa, alliés des Khazraj, les Banou An Nadir et les Banou Qoraidha, alliés des Aws.

Abdullah Ibn Salam, juif converti à l’islam qui avait posé des questions au messager auxquelles seul un prophète pouvait répondre, témoigne lui-même du fait que les juifs sont un peuple de calomnie et de diffamation.

Il restait les Qoraichites, irréductibles ennemis du prophète  qui incitèrent les asociateurs de la Péninsule contre Médine, qui subit de ce fait une sorte de boycott. Une situation de guerre prévalait réellement entre les deux camps.


La construction de la mosquée du prophète 

Le prophète  ordonna donc sa construction à l’endroit où sa chamelle s’agenouilla. Il acheta le terrain de deux orphelins et participa lui-même à son édification.
Il donna l’ordre de déterrer les associateurs, de niveler les décombres, de couper les arbres et de diriger la mosquée vers Jérusalem.

Cette mosquée était à la fois lieu de prière, université, maison pour les pauvres émigrés..

Au début de l’hégire l’appel à la prière fut institué.


La fraternisation des musulmans

Le prophète  instaura une réelle fraternisation entre les Ansar et les émigrés, émigration qui les fit même s’hériter les uns des autres jusqu’à ce qu’ALLAH ne révèle un verset interdisant ce type d’héritage.
Il s’ensuivit un lien très fort entre les deux partis.


Le pacte de l’alliance islamique

Le prophète  conclut un pacte unissant les musulmans sur la base de valeurs de fraternité, d’entraide en cas d’aggression, d’instauration du prix du sang, de solidarité etc…


Impact des valeurs sociales

Le prophète  édifia donc cette société naissante sur la base de ces valeurs, ce qui fit d’elle la plus noble et la plus belle qu’ait connu l’histoire.


Le pacte conclu avec les juifs

Soucieux d’assurer la paix de cette société, le prophète  conclut un pacte avec les juifs, leur garantissant la liberté absolue de pratiquer leur religion et de s’occuper eux-mêmes de leurs biens. Le but étant de conserver l’inviolabilité de Médine.
Après ce pacte, Médine devint la capitale d’un état harmonieux avec Mohammed  pour dirigeant.

Lecture de la page 264 à 277


LA LUTTE SANGLANTE


Furieux de voir que les musulmans leur avaient échappés, les Qoraichites devinrent plus enragés encore et écrivirent à Abdillah Ibn Oubay Ibn Saloul, qui était sensé devenir roi de Médine avant que n’y arrive le prophète  .
Ils s’accordèrent donc ensemble pour tuer le prophète  . Mis au courant de leur dessein, celui-ci les rencontra et Abdillah perdit ainsi sa volonté de le combattre, même s’il guettait toujours la moindre opportunité de nuire aux musulmans.


La déclaration d’intentions d’interdire la Mosquée Sacrée 

Alors que Saad ibn Mouad, musulman médinois, était venu accomplir le pèlerinage, il rencontra Abou Jahl qui le menaça lui disant qu’il n’avait pas à se promener à la mosquée sacrée, étant donné qu’il avait lui et son peuple, accueilli Mohammed  


Les Qoraichites menacent les Muhajirines

Conscient du danger qui le guettait, le prophète  ne passait pas une nuit sans être gardé par un musulman, jusqu’à ce qu’ALLAH révéla un verset disant que c’est Lui, Allah, qui le protège des gens.


L’autorisation de combattre

Allah  autorisa donc les musulmans à combattre, et ce uniquement afin d’instaurer les rituels imposés par Lui-même.

أُذِنَ لِلَّذِينَ يُقَاتَلُونَ بِأَنَّهُمْ ظُلِمُوا وَإِنَّ اللَّهَ عَلَى نَصْرِهِمْ لَقَدِيرٌ
22.39. Autorisation est donnée à ceux qui sont attaqués (de se défendre) - parce que vraiment ils sont lésés; et Allah est certes Capable de les secourir -

Pour le moment la prudence était de mise, et il valait mieux aux musulmans de s’assurer le contrôle de la route commerciale des Qoraichites, allant de la Mecque à la Syrie. La stratégie du prophète  pour ce faire reposait sur deux axes :

Conclure des pactes de non aggression avec les tribus avoisinant cette route.
Envoyer des convois sur cette route.


Les expéditions dirigées par le prophète  nommées Ghazwa et celles dirigées par l’un de ses généraux nommées Sariyya :

Il  envoya donc des patrouilles de reconnaissance pour récolter le maximum d’informations concernant les routes autour de Médine et dans le but de signer des pactes, le but étant de forcer les Qoraichites à la paix, une fois qu’ils auraient réalisé leur impuissance.

expédition Sariyya de Sayf al Bahr :
Ramadhan, année 1 de l’hégire
Dirigée par Hamza ibnAbdil Mouttalib
30 hommes muhajjirun
but : intercepter la caravane des Qoraichites
fin : un allié des deux camps empêcha le combaT

expédition sariyya de Rabigh
Chawwal, an 1 de l’hégire
Dirigée par Oubayda ibnAl Harith bn Al Mouttalib
60 cavaliers muhajjirun
rencontre avec Abou Soufyan, tirage de flèches mais pas de combat
deux hommes musulmans, cachés parmi les infidèles en profitèrent pour rejoindre les musulmans.

expédition Sariyya d’al Kharrar
Thil Qi’da an 1 de l’hégire
Saad ibn Abi Waqqas
20 hommes
but : intercepter la caravane des qoraichites, objectif échoué, la caravane étant déjà passée

expédition Ghazwa d’al Abwa
safar an 2 de l’hégire
dirigée par le prophète 
70 muhajjirun
signature d’un pacte d’alliance avec Amr ibn Makchi ad Damiri, seigneur de Bani Damorah

expédition ghazwa de Bouwat :
Rabi’ al Awwal, an 2 de l’hégire
Dirigée par le prophète 
200 compagnons
but : intercepter une caravane qoraichite

expédition ghazwa de Safwan :
Rabi’ al Awwal, an 2 de l’hégire
Suite à l’attaque de paturages de Médine par un associateur
Dirigée par le prophète  
70 compagnons
pas de guerre, les musulmans ne réussirent pas à rattraper les associateurs qu’ils poursuivaient.

expédition ghazwa de Thil Achira
joumouda al oula et joumouda al akhira de l’an 2 de l’hégire
dirigée par le prophète 
150 ou 200 hommes
but : intercepter une caravane, mais elle était déjà passée
signature d’un traité de paix avec Bani Madlaj

expédition sariyya de Nakhla
Rajab, an 2 de l’hégire
Dirigée par Abdallah ibn Jash al Asadi
12 muhajjirun
ils rencontrèrent une caravane de qoraichites, et décidèrent de combattre, malgré le fait d’être au mois sacré de Rajab, ils tuèrent ainsi Amr ibn Al Hadrami, premier meurtre dans l’islam
Ils furent réprimandés par le prophète  pour leur violation du mois sacré et un verset fut révélé à cette occasion 

يَسْأَلُونَكَ عَنِ الشَّهْرِ الْحَرَامِ قِتَالٍ فِيهِ قُلْ قِتَالٌ فِيهِ كَبِيرٌ وَصَدٌّ عَن سَبِيلِ اللّهِ وَكُفْرٌ بِهِ وَالْمَسْجِدِ الْحَرَامِ وَإِخْرَاجُ أَهْلِهِ مِنْهُ أَكْبَرُ عِندَ اللّهِ وَالْفِتْنَةُ أَكْبَرُ مِنَ الْقَتْلِ وَلاَ يَزَالُونَ يُقَاتِلُونَكُمْ حَتَّىَ يَرُدُّوكُمْ عَن دِينِكُمْ إِنِ اسْتَطَاعُواْ وَمَن يَرْتَدِدْ مِنكُمْ عَن دِينِهِ فَيَمُتْ وَهُوَ كَافِرٌ فَأُوْلَـئِكَ حَبِطَتْ أَعْمَالُهُمْ فِي الدُّنْيَا وَالآخِرَةِ وَأُوْلَـئِكَ أَصْحَابُ النَّارِ هُمْ فِيهَا خَالِدُونَ. 

2..217- Ils t'interrogent sur le fait de faire la guerre pendant les mois sacrés. - Dis : “Y combattre est un péché grave, mais plus grave encore auprès d'Allah est de faire obstacle au sentier d'Allah, d'être impie envers Celui-ci et la Mosquée sacrée, et d'expulser de là ses habitants . L'association est plus grave que le meurtre.” Or, ils ne cesseront de vous combattre jusqu'à, s'ils peuvent, vous détourner de votre religion. Et ceux parmi vous qui adjureront leur religion et mourront infidèles, vaines seront pour eux leurs actions dans la vie immédiate et la vie future. Voilà les gens du Feu : ils y demeureront éternellement.

le prophète  libéra les deux prisonniers qui avaient été attrapés par les musulmans et pria le prix du sang pour le meurtre.


Au mois de Chaaban de l’an 2, Allah  ordonna le changement de qibla de Jérusalem vers la Mecque.La lutte sanglante était imminente et les musulmans devenaient plus actifs et motivés pour le djihad.

Lecture de la page 278 à 298



LA GRANDE BATAILLE DE BADR

Première bataille cruciale de l’islam




La cause de la bataille

Le prophète  commença cette expédition à cause de la caravane des Qoraichites lui ayant échappé. Il envoya deux compagnons s’enquérir de ses nouvelles. Cette caravane transportait d’énormes richesses et le prophète  conseilla aux musulmans d’aller l’attaquer, espérant qu’ALLAH les aide dans cette entreprise. Il ne contraignit cependant personne à y aller ; c’est pourquoi il ne fut reproché à aucun compagnon qui l’avait délaissé, ceux-ci pensant qu’il allait s’agir d’une petite expédition.


L’effectif de l’armée des musulmans et la répartition des commandements

300 hommes accompagnaient le prophète  .
cependant, aucun grand préparatif ne fut mis en place, les musulmans ne se doutaient point de l’immensité de la bataille qui les attendait.
Il y eut donc 2 escadrons,

Celui des muhajjirin, dont Ali ibn Abi Talib portait le drapeau noir
Celui des Ansar, dont le drapeau noir aussi était porté par Saad ibn Mouath


L’armée des musulmans se dirige vers Badr

Le prophète  avançait donc à la tête d’une armée inexpérimentée.


L’annonce de la nouvelle à La Mecque

Abou Soufyan était le responsable de la caravane, à laquelle il avait accordé toute son attention dans le but de la protéger.
Ayant entendu dire que Mohammed  venait à sa rencontre, il dépêcha Damdam ibn Amr al Ghifari à La Mecque appelant les Qoraichites au secours pour défendre sa caravane.


Les mecquois se préparent à la Ghazwa

Un homme sur 2 étant présent à l’expédition ou représenté par un tiers. Des notables ne manquait qu’Abou Lahab, qui s’était toutefois fait représenté. Seule la tribu Bani ‘Adi, réticente, refusa d’y prendre part.


L’effectif de l’armée de la Mecque

1300 hommes, 100 chevaux, 600 cuirasses et de très nombreux chameaux.
A la tête de cette armée :Abou Jahl ibn Hicham.


Le problème des Bani Bakr

Les Bani Bakr étaient une tribu rivale de Qoraichites et ces derniers craignaient de se faire attaquer par eux en même temps que par l’armée de Mohamed  .
Iblis leur apparut sous la forme du seigneur de Bani Kinana, afin de les rassurer.

L’armée de la Mecque se mit alors en route. Averti par Majdi ibn Amr, Abou Soufyan réussit de peu à s’échapper et à ne pas tomber entre les mains de l’armée de Médine.

L’armée de la Mecque fut ensuite sujette à des dissidences de la part de certains, au point que Al Akhnas ibn Souraik se retira de l’armée avec sa tribu Bani Zahra. Il ne resta alors plus que 1000 hommes.


La situation critique de l’armée des musulmans

Le prophète  obtint des renseignements sur l’avancée de l’armée de la Mecque et sut alors qu’il n’était plus possible de reculer et qu’un affrontement sanglant allait bel et bien avoir lieu.


Le conseil consultatif

Il tint alors un conseil militaire consultatif, au cours duquel les cœurs de certains musulmans tremblèrent, comme mentionné dans ce verset :

كَمَا أَخْرَجَكَ رَبُّكَ مِن بَيْتِكَ بِالْحَقِّ وَإِنَّ فَرِيقاً مِّنَ الْمُؤْمِنِينَ لَكَارِهُونَ
8.5. De même, c'est au nom de la vérité que ton Seigneur t'a fait sortir de ta demeure, malgré la répulsion d'une partie des croyants .

يُجَادِلُونَكَ فِي الْحَقِّ بَعْدَ مَا تَبَيَّنَ كَأَنَّمَا يُسَاقُونَ إِلَى الْمَوْتِ وَهُمْ يَنظُرُونَ
8.6. Ils discutent avec toi au sujet de la vérité après qu'elle fut clairement apparue; comme si on les poussait vers la mort et qu'ils (la) voyaient .

Abou Bakr et Omar se manifestèrent en faveur de l’affrontement, et le reste de Muhajjirun et des Ansar suivit.

Le prophète  effectua en compagnie d’Abou Bakr des opérations de reconnaissance, afin de repérer la situation de l’armée mecquoise. Il envoya également Ali, Az Zoubair ibn al Awwam et Saad ibn Abi Waqqas chercher des informations sur l’armée adverse. Ceux-ci capturèrent deux serveurs d’eau des qoraichites , par l’intermédiaire desquels ils surent que le nombre des ennemis s’évaluait à environ 900 ou 1000 hommes.
La nuit suivante, Allah  fit descendre une eau qui fut pour les ennemis une grande averse les empêchant d’avancer et qui se manifesta aux musulmans sous la forme d’une douce rosée qui les purifia.


L’armée des musulmans devance celle de la Mecque et occupe tous les points stratégiques

Le messager d’Allah  allait camper à l’endroit le plus proche des eaux de Badr lorsque l’expert militaire Al Houbab ibn Al Mounthir lui conseilla d’avancer au maximum. Ils construisirent un bassin et dévastèrent toutes les autres eaux.

Les musulmans construisirent ensuite un poste de commandement pour le prophète  et une équipe constituée de jeunes Ansar fut dépêchée pour le garder.


Mobilisation et veillée d’armes de l’armée

La nuit du vendredi 17 ramadhan de l’an 2, le prophète la passa en prière, quant à ses compagnons, ils furent enveloppés d’un doux sommeil, mentionné dans le verset :

إِذْ يُغَشِّيكُمُ النُّعَاسَ أَمَنَةً مِّنْهُ وَيُنَزِّلُ عَلَيْكُم مِّن السَّمَاء مَاء لِّيُطَهِّرَكُم بِهِ وَيُذْهِبَ عَنكُمْ رِجْزَ الشَّيْطَانِ وَلِيَرْبِطَ عَلَى قُلُوبِكُمْ وَيُثَبِّتَ بِهِ الأَقْدَامَ
8.11. Et quand Il vous enveloppa de sommeil comme d'une sécurité de Sa part, et du ciel Il fit descendre de l'eau sur vous afin de vous en purifier, d'écarter de vous la souillure du Diable, de renforcer les cœurs et d'en raffermir les pas ! [vos pas].

le lendemain matin un groupe de Qoraichites tentèrent de s’abreuver au bassin du prophète. Ils furent tous tués à l’exception de Hakim ibn Khouzam qui se convertit plus tard.

Les qoraichites envoyèrent Amir ibn Wahb al Joumahi à la recherche d’informations sur l’armée adverse. Il revint, annonçant aux qoraichites un destin chargé de malheuret leur conseilla d’abandonner le combat.
Otba Ibn Rabiaa lui-même entra dans l’opposition et prêcha le retour à la Mecque sans combat, mais fut ensuite convaincu de poursuivre par Abou Jahl.


Le début des affrontements

L’associateur al Aswad ibn Abdil Aswad al Makhzoumi sortit le premier des rangs et fut aussitôt tué par Hamza. Ce meurtre déclencha la bataille et les trois meilleurs cavaliers qoraichites s’avancèrent : Otba et Chayba ibn Rabiaa et Al Walid ibn Otba. Ils demandèrent à affronter des nobles et Oubayda ibn Harith, Hamza et Ali se présentèrent à eux. Ali et Hamza tuèrent leurs adversaires et aidèrent Oubayda, blessé, à achever le sien.


L’attaque généralisée

Les qoraichites, ayant perdu trois de leurs meilleurs hommes décochèrent une série de flèches contre les musulmans, qui se défendaient à coups de ‘Ahad, Ahad’ (unique, unique).
Le prophète  ne cessait d’implorer son Seigneur, qui lui répondit par ce verset :

إِذْ تَسْتَغِيثُونَ رَبَّكُمْ فَاسْتَجَابَ لَكُمْ أَنِّي مُمِدُّكُم بِأَلْفٍ مِّنَ الْمَلآئِكَةِ مُرْدِفِينَ
8.9. (Et rappelez-vous) le moment où vous imploriez le secours de votre Seigneur et qu'Il vous exauça aussitôt : “Je vais vous aider d'un millier d'Anges déferlant les uns à la suite des autres.

Apercevant Jibril, le prophète  sut qu’Allah avait envoyé un renfort d’anges et que la victoire était proche, il enfila alors sa cuirasse et, face aux qoraichites, leur lança une poignée de graviers qui pénétèrent leurs yeux, leurs narines et leurs bouches :

فَلَمْ تَقْتُلُوهُمْ وَلَـكِنَّ اللّهَ قَتَلَهُمْ وَمَا رَمَيْتَ إِذْ رَمَيْتَ وَلَـكِنَّ اللّهَ رَمَى وَلِيُبْلِيَ الْمُؤْمِنِينَ مِنْهُ بَلاء حَسَناً إِنَّ اللّهَ سَمِيعٌ عَلِيمٌ8.17. Ce n'est pas vous qui les avez tués : mais c'est Allah qui les a tués. Et lorsque tu lançais (une poignée de terre) , ce n'est pas toi qui lançais : mais c'est Allah qui lançait, et ce pour éprouver les croyants d'une belle épreuve de Sa part ! Allah est Audient et Omniscient.


le prophète  donna l’ordre de contre attaquer et promit le paradis à quiconque se battrait jusqu’à se faire tuer.
Les corps des associateurs tombaient mutilés, avant même que l’épée des musulmans ne les ait touchés !

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog