Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Chapitre trois

 

Réfutation des Ambiguïtés et Mensonges qui servent à justifier la Religion Démocratie

 

 


Allah le Très Haut dit : « C'est Lui qui a fait descendre sur toi le Livre : il s'y trouve des versets sans équivoque, qui sont la base du Livre, et d'autres versets qui peuvent prêter à diverses interprétations. Les gens, donc, qui ont au coeur une inclinaison vers l'égarement, mettent l'accent sur les versets à équivoque, cherchant la dissension en essayant de leur trouver une interprétation, alors que nul n'en connaît l'interprétation, à part Allah. Mais ceux qui sont bien enracinés dans la science disent : "Nous y croyons : tout est de la part de notre Seigneur !" Mais, seuls les doués d'intelligence s'en rappellent. "Seigneur ! Ne laisse pas dévier nos coeurs après que Tu nous aies guidés; et accorde-nous Ta miséricorde. C'est Toi, certes, le Grand Donateur ! » [1] 

 

Allah le Très Haut a mis pour nous en évidence dans ces versets le fait que les gens, dans leur attitude face à Sa Loi, sont de deux catégories :

 

1-Les gens qui sont bien enracinés dans la science : ils la prennent et ils y croient dans son ensemble, et ils relient entre eux le général et le particulier, ce qui est absolu et ce qui est restrictif, l’abrégé et le détaillé, et tout ce qui se présente à eux, ils le renvoient aux fondements clairs et évidents, aux bases essentielles, et aux racines solides qui permettent la compréhension des Sources de la Loi.

2-Les gens de la maladie et de l’égarement : ils suivent ce qui est ambigu, ils le prennent, et s’en réjouissent en recherchant la fitna[2]… et en se détournant de ce qui est clair, évident et explicite …

 

Et ici, dans ce sujet relatif à la démocratie, aux assemblées parlementaires du chirk, et ce qui s’y rapporte … les gens suivent la voie des gens de la maladie et de l’égarement, et ils suivent les on-dit et les ambiguïtés, et ils prennent des propos singuliers, sans rattacher ces références à leurs sources claires, ni aux commentaires et explications des bases de la Religion, et de ses fondements essentiels … et ceci pour recouvrir la Vérité du mensonge, et la lumière des ténèbres ….

 

Pour cela, nous allons réfuter ici brièvement leurs ambiguïtés les plus connues dans ce domaine, et nous les dévoilerons et les réfuterons avec l’aide d’Allah le Souverain, le Grand Donateur, Celui qui déplace les nuages et détruit les coalisés…

 

 

Ambiguïté Numéro Une

 

Le travail de Yousouf (sur lui la Paix) auprès du roi d’Egypte,

Et la réponse à leur ambiguïté

 

Sache que tient à cette ambiguïté une partie de ceux qui sont pauvres en arguments… Ils disent : « Youssouf (sur lui la Paix) n’a-t-il pas occupé la fonction de ministre auprès d’un roi mécréant qui ne jugeait pas par ce qu’ALLAH (le Très Haut) a révélé ? Ainsi il est permis de prendre part aux gouvernements mécréants et d’entrer dans leurs parlements et leurs assemblées, etc.… »

Nous disons, et la réussite provient d’ALLAH (le Très Haut) :

 

Premièrement : le fait d’argumenter par cette ambiguïté en faveur de l’entrée dans les parlements polythéistes, et dans le but de les rendre licites, est certes vain et erroné, parce que ces parlements polythéistes sont fondés sur une religion autre que la Religion d’ALLAH (le Très Haut), qui est la religion démocratie, dans laquelle la prérogative exclusivement divine qui consiste à légiférer, à rendre licite ou illicite, est attribuée au peuple et non pas consacrée à ALLAH l’Unique.

Et ALLAH (le Très Haut) a dit :

 « Et quiconque désire une religion autre que l'Islam, ne sera point agrée, et il sera, dans l'au-delà, parmi les perdants.»[3]

 Quelqu’un oserait-il prétendre que Youssouf (sur lui la Paix) a suivi une autre religion que la Religion de l’Islam ou une autre voie que la voie de ses Pères Monothéistes, ou qu’il aurait juré de respecter une autre religion… ?? Ou qu’il aurait légiféré conformément à une autre religion ?? .. Comme c’est le cas de ceux qui ont été égarés par ces parlements… ?

 

Comment aurait il pu le faire alors qu’il a proclamé haut et fort la religion du Tawhid tandis qu’il était en situation de faiblesse en ces termes :

 « Certes, j'ai abandonné la religion d'un peuple qui ne croit pas en Allah et qui nie la vie future. Et j'ai suivi la religion de mes ancêtres, Ibrahim, Ishaq et Ya’qob. Il ne nous convient pas d'associer à Allah quoi que ce soit.»[4]

Et il dit : « Ô mes deux compagnons de prison ! Qui est le meilleur : des seigneurs éparpillés ou Allah, l'Unique, le Dominateur suprême ? Vous n'adorez, en dehors de Lui, que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres, et à l'appui desquels Allah n'a fait descendre aucune preuve. Le pouvoir n'appartient qu’à Allah. Il vous a commandé de n'adorer que Lui. Telle est la religion droite; mais la plupart des gens ne savent pas.»[5]

L’aurait-il propagée, déclarée, et prêchée alors qu’il était faible…puis il l’aurait cachée et contredite après avoir reçu l’autorité… ?!

Répondez-nous ô vous les réformateurs… !

Ensuite ne savez-vous pas, ô politiciens, que la fonction de ministre relève du pouvoir exécutif alors que le parlement relève du pouvoir législatif, et il y a entre l’un et l’autre maintes différences, et la comparaison que vous évoquez ici ne saurait être valable. Sachez donc que le fait d’argumenter au moyen de l’histoire de Youssouf (Paix sur lui) en faveur de la légalisation des parlements ne peut être valable. Cependant cela ne va pas nous empêcher de continuer à démontrer la nullité de leur argumentation par cette histoire en faveur de la participation aux fonctions d’état dans notre époque de mécréance.

 

Deuxièmement : La comparaison entre, d’une part,  les fonctions politiques de beaucoup de ces gens qui ont été égarés au sein de ces états taghout qui légifèrent en dehors d’ALLAH et qui combattent les alliés d’ALLAH et s’allient avec Ses ennemis, et d’autre part, la fonction de Youssouf(Paix sur lui) est une analogie (qiyas) mauvaise et nulle pour plusieurs raisons :

 

  1. La prise de fonctions au sein de ces gouvernements qui jugent par autre que ce qu’ALLAH a révélé nécessite de prêter serment d’allégeance à leur constitution et de jurer allégeance et fidélité au taghout qu’ALLAH a ordonné de désavouer : « Ils veulent prendre pour juge le taghout, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. »[6]. Il est obligatoire pour eux de prêter serment sur cette mécréance avant d’accéder à leurs postes,  précisément comme c’est le cas lors de l’investiture des membres du parlement. Et celui qui prétend que Youssouf(Paix sur lui) le véridique, le noble, fils du noble, fils du noble, était semblable à ces derniers, alors qu’ALLAH fait son éloge en disant : « Ainsi [Nous avons agi] pour écarter de lui le mal et la turpitude. Il était certes un de Nos serviteurs élus.»[7]…celui qui prétend cela serait alors  le plus  mécréant des êtres et le plus mauvais, reniant ainsi la voie droite et transgressant la Religion. Il est même pire que ibliss le maudit qui a fait exception (des croyants) dans son serment en disant : « ‹Par Ta puissance ! dit [Satan]. Je les séduirai assurément tousSauf Tes serviteurs élus parmi eux›.»[8]

Et il ne fait aucun doute que Youssouf (sur lui la Paix) d’après la parole d’ALLAH(Le Très Haut), fait bien partie des Serviteurs Elus d’ALLAH, et même des plus Nobles d’entre eux.

 

  1. Celui qui est investi d’une fonction d’Etat au sein de ces gouvernements –qu’il prête serment sur la constitution ou non-  doit obligatoirement suivre la législation mécréante et ne peut en sortir ni s’en écarter, et qu’est-il sinon un adorateur et un serviteur obéissant de ceux qui ont inventé cette constitution avec ce qu’elle comprend de vérité et de mensonge, de perversité, d’injustice et de mécréance…

Est-ce que Youssouf le véridique (sur lui la Paix) était ainsi ?!... De sorte que l’on argumente de son exemple pour justifier les fonctions mécréantes de ces gens ? Certes celui qui attribue une chose semblable, au Prophète d’ALLAH, fils du Prophète d’ALLAH, fils du Prophète d’ALLAH, fils de l’Ami d’ALLAH, nul doute alors sur sa mécréance et nul doute qu’il est un hérétique et qu’il a outrepassé les limites de l’Islam. Parce qu’ALLAH (le Très Haut) dit :« Nous avons envoyé dans chaque communauté un Messager, [pour leur dire] : "Adorez Allah et écartez-vous du taghout"»[9].

Et ceci est le fondement majeur et l’intérêt essentiel de l’existence pour Youssouf (sur lui la Paix) et les autres messagers d’ALLAH. Et serait-il possible qu’il appelle les gens au Tawhid dans l’aisance et la difficulté, en position de faiblesse et d’autorité puis qu’il contredise le Tawhid comptant ainsi parmi les polythéistes ?! Comment serait ce possible alors qu’ALLAH l’a décrit comme étant parmi Ses Serviteurs Elus ? D’ailleurs certains commentateurs du Coran ont mentionné que la parole : « Car il ne pouvait pas se saisir de son frère, selon la religion du roi»[10] prouve que Youssouf (sur lui la Paix), n’appliquait pas le régime du roi ni sa loi, et qu’il ne s’y pliait pas et qu’il n’était pas contraint de le faire. Est-ce qu’on trouve chez les ministres des tawaghits et leurs parlements de nos jours une situation semblable à cela ? C'est-à-dire que le fonctionnaire dirige ce qu’on appellerait « un état dans l’état » ? Et si ce n’est pas le cas alors il n’y a pas de place ici pour cette analogie (qiyâss).

 

  1. Youssouf (sur lui la Paix) à été investi de cette fonction par une autorité provenant d’ALLAH (à Lui la Puissance et la Majesté) ; ALLAH (le Très Haut) dit : « Ainsi avons-nous affermi (l'autorité de) Youssouf dans ce territoire.» [11]C’est donc une autorité qui provient d’ALLAH et non pas du roi ou d’un autre que lui, et nul ne peut lui nuire ou l’écarter de cette fonction, même si Youssouf s’écarte de l’ordre du roi ou de sa loi et la contredit. Et est-ce qu’il y a, pour ces ignobles fonctionnaires des tawaghits contemporains, un poste semblable à cela, parmi leurs fonctions pourries dans lesquelles ils ne sont en réalité que des pantins entre les mains du taghout ?…Y a-t-il donc quelque chose de semblable chez eux qu’on puisse comparer avec la fonction de Youssouf (sur lui la Paix) et son autorité ?

 

  1. De plus Youssouf (sur lui la Paix) a été réellement et complètement investi de sa fonction (et des pleins pouvoirs) par le roi. ALLAH (Pureté et Grandeur à lui) a dit : « Et lorsqu'il lui eut parlé, il dit : "Tu es dès aujourd'hui près de nous, en une position d'autorité et de confiance". »[12]. Et il lui a été attribué une totale liberté d’action sans opposition dans son autorité, « Ainsi avons-nous affermi (l'autorité de) Youssouf dans ce territoire et il s'y installait là où il le voulait ». Il n’y avait donc personne pour le contester,  ni lui demander des comptes, ni pour le surveiller dans aucune de ses actions. Y a-t-il quelque chose de semblable chez les ministres des tawâghit de nos jours, ou n’ont-ils que des privilèges mensongers et factices...qui cessent et leur sont retirés, si l’un d’eux vient à se montrer trop gourmand, ou s’il apparaît de lui une quelconque déviance ou qu’il sort des ordres du chef ou de la religion du roi ? Et qu’est donc un ministre pour les tawâghit, sinon un serviteur de la politique du chef ou du roi, qui obéit à son ordre et s’abstient de ce qu’il lui interdit, et qui n’a pas le droit de diverger d’un seul des ordres du roi, ni de la constitution fût-ce en contradiction avec l’ordre d’ALLAH et Sa Religion… ?!

Et la prétention que cela est semblable avec le cas de Youssouf (sur lui la Paix)  et sa fonction, est la plus grande calomnie, la mécréance envers ALLAH et le reniement des éloges qu’ALLAH a fait de Youssouf (sur lui la Paix).

Ainsi, si les désoeuvrés comprennent que la situation de Youssouf (sur lui la Paix) et sa fonction, n’existe plus de nos jours chez les ministres et fonctionnaires des tawaghits…et qu’il n’y a donc point de place pour l’analogie ici, alors qu’ils abandonnent donc le bavardage et les divagations à ce sujet…

 

Troisièmement : Parmi les réfutations montrant la nullité de cette ambiguïté, il y a ce qu’ont mentionné une partie des exégètes, sur le fait que le roi avait embrassé l’Islam, et cela est rapporté de Moujahid élève de Ibn ‘Abbas (qu’ALLAH soit satisfait d’eux), et cette parole écarte définitivement l’ambiguïté qu’ils tirent de cette histoire…

En ce qui nous concerne nous croyons que le fait de suivre le sens général et apparent d’un verset du Livre  d’ALLAH (le Très Haut) est prioritaire sur les paroles, les commentaires, les spéculations et les déductions de tous les hommes qui ne s’appuient pas sur des références et des preuves…Et parmi les arguments en faveurs de cet avis, la parole d’ALLAH (tabâraka wa ta’âla: « Ainsi avons-nous affermi (l'autorité de) Youssouf dans ce territoire». Et ceci ALLAH (le Très Haut) l’a exposé ailleurs dans son Livre quand il a décrit la situation de ceux à qui Il donne l’autorité sur la terre parmi les croyants, en disant : « ceux qui, si Nous leur donnons la puissance sur terre, accomplissent la Salat, acquittent la Zakat, ordonnent le convenable et interdisent le blâmable. Cependant, l'issue finale de toute chose appartient à Allah.».[13]

Et il n’y a pas de doute que Youssouf (sur lui la Paix) fait parti de ceux-là, et des plus nobles d’entre eux, ceux qui quand ALLAH leur donne autorité ordonnent le bien et interdisent le mal…Et il n’y a aucun doute pour qui connaît la Religion de l’Islam que le plus grand bien (à ordonner) est le Tawhid, qui est le fondement majeur dans la prêche de Youssouf et de ses pères (que la Paix soit sur eux)…et le plus grand mal est le chirk contre lequel Youssouf mettait en garde, qu’il détestait et haïssait,  tout en prenant les seigneurs du polythéisme comme ennemis.

Ceci prouve clairement que Youssouf (sur lui la Paix), après qu’ALLAH lui a donné l’autorité, exécutait la religion de ses pères Ya’qob, Ishaq et Ibrahim, l’ordonnait, et interdisait et combattait tous ce qui s’y oppose et la contredit … et qu’il ne gouvernait donc pas par autre que ce qu’ALLAH a révélé, ni aidait ceux qui gouvernaient par autre que ce qu’ALLAH a révélé, ni n’aidait les seigneurs législateurs et les tawaghits adorés en dehors d’ALLAH,  ni ne les soutenait, ni ne s’alliait à eux - comme font ceux qui se sont égarés dans les fonctions de l’état, de nos jours …Et encore moins en s’alliant avec eux dans leurs législations comme font de nos jours ces égarés dans les parlements – mais au contraire il est clairement établi que Youssouf (sur lui la Paix) réprouvait leur état et blâmait leur mal, gouvernait par le Tawhid et y appelait, rejetait et repoussait celui qui s’écartait du Tawhid ou le contredisait, qui qu’il soit … Et ceci est confirmé par la Parole d’ALLAH (le Très Haut), et nul ne décrit le Véridique et Noble, descendant de Nobles, par autre que cela, si ce n’est un mécréant mauvais qui a renié sa voie (celle de Youssouf et des autres prophètes , sur eux la Paix) Pure et Parfaite.

 

Et parmi les preuves qui indiquent cela aussi et le confirment, comme éclaircissement et explication, est la parole d’ALLAH :

 

« Et le roi dit : "Amenez-le moi : je me le réserve pour moi- même". Et lorsqu'il lui eut parlé, il dit : "Tu es dès aujourd'hui près de nous, en une position d'autorité et de confiance".» [14]

 

Et que pensez-vous des propos qu’a tenu Youssouf au roi à ce moment-là, jusqu’à ce que le roi l’accepte et qu’il lui donne autorité et confiance ? Le voyez-vous se préoccuper à rappeler l’histoire de la femme du roi, alors qu’elle est terminée et que la vérité a été rendue apparente à ce sujet…Ou le voyez-vous discuter au sujet de l’unité de la patrie !...Ou de problèmes économiques etc. Ou alors d’autre chose ?? Il n’appartient à personne de tergiverser sur l’inconnu et de parler ici sans preuve, et celui qui le ferait serait parmi les menteurs, mais le commentaire de la Parole du Très Haut  « et lorsqu’il lui eut parlé »  se trouve clairement dans la Parole d’ALLAH : « Et Nous avons envoyé dans chaque communauté un messager [pour leur dire] : adorez Allah, et écartez vous du Taghout », et sa parole « En effet, il t'a été révélé, ainsi qu'à ceux qui t'ont précédé: ‹Si tu donnes des associés à Allah, ton oeuvre sera certes vaine; et tu seras très certainement du nombre des perdants. »[15], et la Parole du Très Haut dans Sa description du point le plus important de la prêche de Youssouf (sur lui la Paix).  « Certes, j'ai abandonné la religion d'un peuple qui ne croit pas en Allah et qui nie la vie future". Et j'ai suivi la religion de mes ancêtres, Ibrahim, Ishaq et Ya’qob. Il ne nous convient pas d'associer à Allah quoi que ce soit. Ceci est une grâce d’Allah sur nous et sur tout le monde; mais la plupart des gens ne sont pas reconnaissants.», et Sa Parole encore : « Ô mes deux compagnons de prison ! Qui est le meilleur : des seigneurs éparpillés ou Allah, l'Unique, le Dominateur suprême ? Vous n'adorez, en dehors de Lui, que des noms que vous avez inventés, vous et vos ancêtres, et à l'appui desquels Allah n'a fait descendre aucune preuve. Le pouvoir n'appartient qu’à Allah. Il vous a commandé de n'adorer que Lui. Telle est la religion droite; mais la plupart des gens ne savent pas.».

Il n’y a point de doute que ceci est la plus importante parole pour Youssouf (sur lui la Paix) et c’est ce qui constitue la Religion Droite pour lui, le Fondement majeur de sa Da’wa et de sa Voie, et de la Voie de ses Pères. Et s’il ordonne le bien, ceci est le plus grand bien qu’il puisse ordonner. Et s’il interdit le mal alors il n’y a rien de plus mauvais pour lui que ce qui s’y oppose et le contredit … Ainsi lorsque ceci est clarifié, alors la réponse du roi à Youssouf : « "Tu es dès aujourd'hui prés de nous, en une position d'autorité et de confiance" », apparaît comme une indication claire que le roi l’a suivi et a été d’accord avec lui, et qu’il a abandonné et délaissé la voie de la mécréance pour suivre la voie de Ibrahim, Ishaq, Ya’qob et Youssouf (sur eux la Paix)… Ou disons que si il y a un doute en cela : au minimum, le roi l’a approuvé dans son Tawhid et la voie de ses pères, et lui a donné toute liberté pour en parler et en faire la prêche, et blâmer ce qui s’en écarte, et il ne s’est pas opposé à lui en rien, et ne l’a pas chargé de quoi que ce soit qui aille à son encontre…

Ainsi il te suffit de cela pour distinguer la différence majeure qu’il y a entre le cas de Youssouf(sur lui la Paix), et le cas de ces égarés parmi les partisans des tawâghit qui les aident dans leurs fonctions, de nos jours, ou qui participent à leurs législations par le biais de leurs parlements.

 

Quatrièmement : Si tu as compris tous ce qui a été dit précédemment, et que tu as réalisé avec certitude que la fonction de ministre de Youssouf (sur lui la Paix) n’était pas en divergence avec le Tawhid, ni en opposition avec la voie d’Ibrahim, comme c’est le cas des fonctionnaires de l’état à notre époque…et supposant que le roi soit resté sur sa mécréance, alors la question relative à la fonction de Youssouf (sur lui la Paix) ne serait cependant qu’une question parmi les questions annexes qui ne présentent pas de conflit avec les fondements de la religion. Et ce une fois qu’il a été bien établi qu’il ne pouvait émaner de Youssouf (sur lui la Paix) la mécréance, ni le chirk, ni l’alliance avec les mécréants, ni le fait de légiférer en dehors d’ALLAH, mais qu’il s’attachait au contraire à ordonner le Tawhid et à interdire tout ce qui le contredit…Et ALLAH (le Très Haut) a dit à propos des prescriptions secondaires : « A chacun de vous, Nous avons assigné une législation (chir’at)  et un plan à suivre (minhâj) .»[16] .

 

Et les législations des prophètes étaient variées quant à leurs prescriptions annexes, mais elles étaient identiques en ce qui concerne le Tawhid ; le Messager d’ALLAH (Paix et Bénédictions sur lui) a dit : « Nous, communauté des prophètes, nous sommes demi frères et notre Din est unique ». Ce qui signifie : frères de mères différentes et d’un seul père … ce qui indique l’uniformité dans la base du Tawhid et la variété dans les ramifications de la législation et des prescriptions.

Ainsi il se peut que certaines choses faisant partie des prescriptions annexes, aient été interdites dans une législation de ceux qui nous ont précédés, puis nous soient rendues licites, comme par exemple la consommation des ovins, et il se peut aussi qu’il arrive le contraire, ou que des prescriptions qui étaient dures chez ceux qui nous ont précédés nous soient allégées, et ainsi de suite… Pour cette raison tout ce qui fait office de Loi dans les Législations divines de ceux qui nous ont précédés n’est pas forcément une Loi pour nous… Particulièrement quand une indication contraire apparaît à ce sujet dans notre Loi.

Et la preuve est dans notre législation sur l’abrogation de ce qui était licite pour Youssouf (sur lui la Paix)[17], et son interdiction pour nous. Il est rapporté par Ibn Hibbân dans son recueil authentique, par Abou Ya’laa et at-Tabarânî  que le prophète (Paix et Bénédictions sur lui) a dit :« Vous serez ruinés par des chefs odieux, qui s’entoureront des plus mauvaises gens, et qui retarderont les prières de leurs temps ; que celui parmi vous qui atteint cette époque ne soit ni responsable (dans l’état), ni policier, ni percepteur, ni trésorier. » 

Le plus  vraisemblable (concernant ce hadith) est que ces chefs ne sont pas mécréants mais plutôt des pervers odieux, parce que dans ses mises en garde, le Prophète (Paix et Bénédictions sur lui) mentionne habituellement la chose la pire et la plus mauvaise, et s’il s’était agi de chefs mécréants, le Prophète (Paix et Bénédictions sur lui) l’aurait mentionné, or leurs plus grands crimes mentionnés par le Prophète (Paix et Bénédictions sur lui) ici, sont de s’entourer des plus mauvaises gens, de retarder la prière. Et avec cela le prophète (Paix et Bénédictions sur lui) a interdit explicitement au musulman d’être leur trésorier. Si la fonction de trésorier auprès des chefs injustes est interdite dans notre loi, alors qu’en est t-il de ces fonctions  auprès des rois de la mécréance et des chefs du polythéisme ? « Et [Youssouf] dit : "Assigne-moi les dépôts du territoire : je suis bon gardien et connaisseur". »[18]. Et ceci est une indication claire et une preuve évidente que cela faisait partie de la Loi de ceux qui étaient avant nous, et que cela est abrogé dans notre Loi…Et ALLAH (le Très Haut) sait mieux.

 

Cela est suffisant pour qui cherche la guidée, quant à celui qui fait prévaloir ses sentiments, ses préférences et les paroles des hommes sur les arguments et les preuves, celui-ci même si des montagnes d’ambiguïtés étaient aplanies devant lui, il n’atteindrait pas la guidée. « Celui qu'Allah veut éprouver, tu n'as pour lui aucune protection contre Allah.»[19] 

 

Et avant de conclure nos propos au sujet de cette ambiguïté, je voudrais indiquer qu’une partie de ces égarés qui justifient le chirk et la mécréance par leurs sentiments et leurs préférences en faveur des fonctions mécréantes et des parlements polythéistes, mêlent à leurs arguments et ambiguïtés des paroles du Cheikh de l’Islam Ibn Taymiya (qu’ALLAH le Très Haut lui fasse miséricorde)  à propos de la fonction de Youssouf (sur lui la Paix)… Et ils ne font par ceci en réalité que recouvrir la vérité du mensonge, mentir sur le Cheikh el-Islam, et lui attribuer des paroles qu’il n’a pas prononcées. Car le Cheikh (qu’ALLAH le Très Haut lui fasse miséricorde)  n’a pas argumenté par ce récit pour justifier le chirk dans la législation, ni pour justifier la mécréance ou le jugement par autre que ce qu’ALLAH a révélé …, Allah l’en a préservé et loin de nous d’attribuer cela au Cheikh el-Islam à sa conduite dans la religion, et de tels dires détestables sont indignes de son intelligence, dires que ne peuvent prononcer que ces gens ignobles en ces temps avancés. Nous disons cela, bien que nous n’ayons pas lu entièrement les dires du Cheikh el Islam concernant le récit de Youssouf car ces dires ne peuvent de toute manière provenir d’une personne raisonnable, à plus forte raison du Savant Erudit Cheikh el-Islam (qu’ALLAH le Très Haut lui fasse miséricorde)…Et comment cela se pourrait-il alors que ses paroles s’appuient en permanence sur le fondement qui vise à éloigner les plus grands maux et à obtenir les plus hauts intérêts, en cas d’opposition. Et tu sais que le plus haut intérêt dans l’existence est l’intérêt du Tawhid, et que le plus grand mal est le mal du chirk. Le Cheikh a mentionné que Youssouf(sur lui la Paix) accomplissait ce qui lui était prescrit en fait de justice et de bienfaisance, comme pour ce qui est des dépôts, et le Cheikh dit en décrivant la fonction de Youssouf (sur lui la Paix) : « Et il a appliqué la justice et le bien qui lui étaient prescrits et a appelé à la Foi autant que possible. ».Et il dit : « Mais il a accompli ce qui était possible de justice et de bienfaisance. » 

            Et il n’a absolument pas mentionné que Youssouf (sur lui la Paix) aurait légiféré en dehors d’ALLAH (le Très Haut), ni n’aurait participé au jugement par autre que ce qu’ALLAH a révélé, ni suivi la démocratie ou quelque autre religion s’opposant à la religion d’ALLAH, comme c’est le cas de ces égarés qui mêlent la parole du Cheikh (qu’ALLAH lui fasse miséricorde) avec leurs vils arguments et leurs ambiguïtés ruineuses, afin d’égarer la masse et de recouvrir la vérité par le mensonge et la Lumière par les ténèbres…

           Quant à nous, ô frère du Tawhid, notre référence et notre argument auxquels nous revenons en cas de divergence, c’est la Révélation et rien d’autre – la Parole d’ALLAH et la parole du Messager(Paix et Bénédictions sur lui)… Et de toute personne autre que le messager d’ALLAH (Paix et Bénédictions sur lui), on accepte ou on rejette la parole. Ainsi, même si une parole telle que celle attribuée au Cheikh el-Islam avait été prononcée par ce dernier– et nous le considérons exempt de cela- nous ne l’accepterions pas de lui, ni de qui que se soit d’autre de plus érudit que lui parmi les savants, jusqu’à ce que nous vienne une preuve tirée de la Révélation…

 

 « Dis: ‹Je ne vous avertis que par ce qui m'est révélé›. »[20]. « Dis: ‹Apportez votre preuve, si vous êtes véridiques!»[21]

 

          Alors prends garde à cela et accroche-toi à ton Tawhid de toutes tes forces, et ne te laisses pas séduire ni préoccuper par les ruses et les propos séditieux des partisans du chirk et des adversaires du Tawhid … et ne te laisses pas atteindre par leurs divergences, mais soit parmi les gens du groupe bien établi dans la Religion d’ALLAH, que le Messager d’ALLAH (Paix et Bénédictions sur lui) a décrit en disant « ceux qui divergent d’eux ou s’opposent à eux ne leur nuiront en rien, et ils seront ainsi jusqu’à ce que vienne l’ordre d’ALLAH ».



[1]  S 3  V 7-8

[2] Peut être traduit en français par sédition, tentation, dissension et égarement. Le mot fitna dans le Qor’an renvoie également au chirk et au kufr comme dans le verset : “La fitna est pire que le meurtre”, mentionné plusieurs fois, ainsi que l’ont clairement expliqué les exégètes. 

[3]  S3     V  85

[4]  S 12  V  37-38

[5]  S 12  V  39-40

[6]  S 2   V  60

[7]  S 12  V 24

[8]  S 38  V 82-83

[9]  S 16  V 36

[10]  S 12  V 76

[11]  S 12  V 56

[12]  S 12  V 54

[13]  S 22 V 41

[14]  S 12 V 54

[15]  S 39 V 65

[16]  S 5 V 48

[17]  C'est-à-dire la permission pour lui de travailler chez un roi mécréant, si tant est qu’il en ait été ainsi…

[18]  S 12 V 55

[19]  S 5   V 41

[20]  S 21 V 45

[21]  S 27 V 64

Published by Sulaymân Abû Mâlik - La démocratie et le vote

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog