Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Al Imâm Al Nawawî dans Charh Sahîh Mouslim :

وَالْمُرَادُ بِالْكُفْرِ هُنَا الْمَعَاصِي، وَمَعْنَى عِنْدَكُمْ مِنَ اللَّهِ فِيهِ بُرْهَانٌ، أَيْ: تَعْلَمُونَهُ مِنْ دِينِ اللَّهِ تَعَالَى 
وَمَعْنَى الْحَدِيثِ : لَا تُنَازِعُوا وُلَاةَ الْأُمُورَ فِي وِلَايَتِهِمْ ، وَلَا تَعْتَرِضُوا عَلَيْهِمْ إِلَّا أَنْ تَرَوْا مِنْهُمْ مُنْكَرًا مُحَقَّقًا تَعْلَمُونَهُ مِنْ قَوَاعِدِ الْإِسْلَامِ ، فَإِذَا رَأَيْتُمْ ذَلِكَ فَأَنْكِرُوهُ عَلَيْهِمْ ، وَقُولُوا بِالْحَقِّ حَيْثُ مَا كُنْتُمْ ، وَأَمَّا الْخُرُوجُ عَلَيْهِمْ وَقِتَالُهُمْ فَحَرَامٌ بِإِجْمَاعِ الْمُسْلِمِينَ ، وَإِنْ كَانُوا فَسَقَةً ظَالِمِينَ .


((Le sens voulu de la mécréance ici c’est les péchés, et le sens de « dont vous en avez une preuve évidente de votre Seigneur » à savoir : en étant bien conscient que cela fait partie de la religion d’Allah Ta’âla et le sens du récit est : ne disputer pas les détenteurs du commandement dans leur pouvoir et ne les confrontés pas, seulement si vous voyez une chose blâmable claire et précise étant bien conscient que cela fait partie des fondements Islamique, si alors vous voyez cela : blâmez les et dite la vérité où que vous soyez, concernant le fait de se rebeller contre eux et les combattre cela est illicite avec le consensus des Musulmans, même si ce sont des pervers injustes)). 


Comme vous le voyez, Al Nawawî a interprété Koufroun Bawâh par les péchés et en a déduit qu’Inkâr Al Mounkar du Dirigeant Musulman incombe pour chacun d’entre nous ce qui peut être illustré par les Manifestations sans aucun doute et sans que cela implique que cela mène à une révolte contre le dirigeant et cela, Al Nawawî le précise bien en concluant : ((concernant le fait de se rebeller sur eux et les combattre pour cela est illicite avec le consensus des Musulman même si ce sont des pervers injustes)) 

Et Al Qourtoubî dit dans « Al Moufham Lîma ²Ouchkila Min Talkhîssi Sahîh Mouslim » P.69 :


فأما لو أمر بمعصية مثل أخذ مال بغير حق ، أو قتل ، أو ضرب بغير حق ، فلا يطاع في ذلك ، ولا ينفذ أمره، ولو أدى ذلك إلى ضرب ظهر المأمور وأخذ ماله ، إذ ليس دم أحدهما ، ولا ماله بأولى من دم الآخر ، ولا ماله ، وكلاهما يحرم شرعاً ، إذ هما مسلمان ، ولا يجوز الإقدام على واحد منهما ، لا للآمر ، ولا للمأمور ، لقوله صلى الله عليه وسلم : " لا طاعة لمخلوق في معصية الخالق "، كما ذكره الطبري ، ولقوله هنا : " فإن أمر بمعصية فلا سمع ولا طاعة"، فأما قوله في حديث حذيفة: "اسمع وأطع ، وإن ضرب ظهرك وأخذ مالك"61، فهذا أمر للمفعول به ذلك للاستسلام، والانقياد، وترك الخروج عليه مخافة أن يتفاقم الأمر إلى ما هو أعظم من ذلك ؛ ويحتمل أن يكون ذلك خطاباً لمن يفعل به ذلك بتأويل يسوغ للأمير بوجه يظهر له، ولا يظهر ذلك للمفعول به ؛ وعلى هذا يرتفع التعارض بين الأحاديث ، ويصح الجمع، والله أعلم



(( Et s’il ordonne un péché comme prendre un bien sans aucun droit légitime, ou tue ou frappe sans aucun droit : il n’est pas obéis et son ordre n’est pas exécuté même si cela mène à ce que le concerné par l’ordre se fasse frapper le dos et prendre ses biens, aucun sang ni bien de chacun n’est prioritaire sur l’autre, tous deux sont illicite aux yeux de la Charia car les deux sont Musulman et il est illicite d’entamer l’un d’entre eux ni le dirigeant ni le concerné par l’ordre étant donné sa parole paix et salut d’Allah sur lui : " Nul n’est obéit dans la transgression du Créateur " comme la cité Al Tabarî comme étant sa parole ici : " s’il t’ordonne un péché alors pas de prise en compte de sa parole ni obéissance " en ce qui concerne sa parole concernant le récit de Houdyafah : " Ecoute et obéit même s’il frappe ton dos et prend tes biens " : c’est un ordre concernant le concerné par l’ordre ayant pour but de se soumettre et de se résigner et délaisser la rébellion contre lui de peur qu’une chose ayant un degré plus grave ne se réalise, et peut être que ce discours concerne la victime ( celui à qui l’émir a frappé le dos et prit ses biens) dans une situation donné ou l’émir aurait une interprétation que seul lui a serai apparu contrairement à la victime de la prise des biens et du dos frapper, si tel est le cas, alors l’incompatibilité entre les récits est résolu et la réunion des deux récits peut alors se faire et ALLAH demeure le plus Savant)).


Comme vous le voyez sa parole est claire, l’Imam Al Qourtoubî fait bien la différence entre ne pas se laisser faire en laissant l’émir prendre injustement les biens du peuple ou de se faire frapper injustement sans aucune justification et la révolte contre les gouverneurs chose que les Talafi n’ont pas saisie et qualifie cela d’innovation Fitna Oussoul des Khawârij et j’en passe… ce qui est le cas de la plus part de nos populations, leurs biens se font volé injustement et se font emprisonné pour un rien sans oublier les torture que subisse beaucoup des détenues souvent pour des suspicions basé sur un rien seulement sur des doutes ALLAH Al Mosta’an. 

Et méditez bien ce qui dit Al Qourtoubî : ((si tel est le cas, alors l’incompatibilité entre les récits est résolu et la réunion entre eux peut alors se faire et ALLAH demeure le plus Savant)) effectivement, il y a d’autre récit ou le prophète ordonne de ne pas obéir au dirigeant pervers et injuste et ils sont de multiple chose que les Talafî cachent et ne mettent en avant seulement les récits qui les arranges comme « même s’il frappe ton dos et prend tes biens ». 

Et étant donné que nous avons cité Al Qourtoubî, alors pas de mal Inshâ²ALlâhou de répliquer à une parole qui n’a aucun rapport avec ce sujet initial concernant le jugement contraire à ce qu’Allah a révélé seulement dans le but de la Fâ²idâ, Al Qourtoubî dit concernant sa parole :  Et ceux qui ne jugent pas d’après ce qu’Allah a révélé eux sont les mécréants toujours dans Al Moufham :

يحتج بظاهره من يكفر بالذنوب، وهم الخوارج!، ولا حجة لهم فيه؛ لأن هذه الآيات نزلت في اليهود المحرفين كلام الله تعالى، كما جاء في الحديث، وهم كفار، فيشاركهم في حكمها من يشاركهم في سبب النزول. 
وبيان هذا: أن المسلم إذا علم حكم الله تعلى في قضية قطعاً ثم لم يحكم به، فإن كان عن جحد كان كافراً، لا يختلف في هذا، وإن كان لا عن جحد كان عاصياً مرتكب كبيرة، لأنه مصدق بأصل ذلك الحكم، وعالم بوجوب تنفيذه عليه، لكنه عصى بترك العمل به، وهذا في كل ما يُعلم من ضرورة الشرع حكمه؛ كالصلاة وغيرها من القواعد المعلومة، وهذا مذهب أهل السنة\".


((Il a été pris en son sens apparent comme preuve pour ceux qui bannissent avec les pécher qui sont les Khawâridj ! Sacant qu’ils n’y ont aucunes preuves, car ces versets ont été révélé sur des Juifs qui ont falsifié les paroles d’Allah Ta’âla comme dans le récit sachant que ce sont des mécréants, s’associent donc dans le même statut des Juifs les concerner par la cause de révélation. 

L’énoncé de cela : si le musulman connais le jugement d’Allah Ta’âla sur une affaire de manière formel puis ne juge d’après elle, s’il le fait par Jouhoud il est alors mécréant et personne ne diverge sur cela, par contre s’il ne le fait pas par Jouhoud il est alors pécheur, car il admet au commencement du fondement de base de ce statut et savant de l’obligation de prescrire celui lui mais il a transgressé en délaissant la mise en œuvre de celui-ci et cela dans tous ce qui est su avec nécessité dans la charia comme la Salat et d’autre parmi les règles connu et cela est la doctrine des gens de la Sunna )). 


Il a noté avant de répondre qu’Al Qourtoubî avait des tendances d’Ach3arisme il été donc en accord avec les Mourjya dans le chapitre de la foi c’est pour cela qu’il dit : ((et cela dans tous ce qui est su avec nécessité dans la charia comme la Salat et d’autre parmi les règles connu et cela est la doctrine des gens de la Sunna)), en vérité cela n’est pas la doctrine des gens de la Sunna mais des Mourjya et ceux qui les ont approuver comme les Achâ3irah et les Koulabya et d’autre Sofiane Ibn 3ouyayna dit :


المرجئة سموا ترك الفرائض ذنباً بمنزلة ركوب المحارم وليس سواءً لأن ركوب المحارم متعمداً من غير استحلال معصية، وترك الفرائض من غير جهلٍ ولا عُذْر كُفْر


« Al Mourjiya ont appelé le délaissement des obligations comme étant des pécher au même titre que les choses illicites commises alors qu’ils ne sont pas au même degré car commettre les illicites avec préméditation sans Isti7lâl est un pécher alors que le délaissement des obligations sans ignorance ni excuse est une mécréance » Jâme3 Al 3ouloumi Wal Hikam d’Ibn Rajab Page 39 

Donc quand Al Qourtoubî dit que ce Jouhoud est valables dans toutes les choses connu avec nécessité c’est à prendre avec précaution Inshallah. 

Sinon hormis cela comme la dit Al Qourtoubî lui-même il n’y a pas de divergence que le délaissement (médite bien Al Tark) du jugement d’Allah dans une situation donné ((L’énoncé de cela : si le musulman connais le jugement d’Allah Ta’âla sur une affaire de manière formel puis ne juge d’après elle, s’il le fait par Jouhoud il est alors mécréant et personne ne diverge sur cela par contre s’il ne le fait pas par Jouhoud il est alors pécheur, car il admet au commencement du fondement de base de ce statut et savant de l’obligation de prescrire celui lui mais il a transgressé en délaissant (Al Tark) la mise en œuvre de celui-ci)). 

Effectivement, le sujet tourne autour du délaissement (Al Tark) des lois d’Allah non de la codification (Tachrî3) il est donc vain de témoigner de cette parole d’Al Qourtoubî car c’est une comparaison avec une différence entre les deux cas appelé Qiyâss Ma3al Fâreq. 

Et même concernant Al Tark il y a eu une grande divergence entre les Salaf et les Moufasiroun chose que les Talafî essayent de dissimiler en mettant en avant seulement la parole d’Ibn Abass et si les admines et les membres du forum le désir nous ouvrons un poste pour réviser ensembles toutes les ambiguïtés autour de ce verset de sourate Al Ma²îda Inshallah. 

Et enfin pour terminer, pour Al Qourtoubî le changement des lois d’Allah ou l’annulation de ses sanctions (Houdoud) ou qi l’émir permet aux gens de commettre le zina et de boire l’alcool cela incombe donc aux croyants de se révolter contre lui comme nous allons le voir, donc cela est une réponse qui met fin à leurs ambiguïté, effectivement il dit : 

ثم إن كانت تلك المعصية كفراً وجب خلعه على المسلمين كلهم وكذلك لو ترك إقامة قاعدة من قواعد الدين، كإقام الصلاة ، وصوم رمضان ، وإقامة الحدود ، ومنع من ذلك ؛ وكذلك لو أباح شرب الخمر، والزنى، ولم يمنع منها ، لا يختلف في وجوب خلعه


« Si ce pécher est une mécréance, il donc du devoir de tous les Musulmans de l’enlever et c’est aussi le cas s’il délaisse un fondement parmi les fondements de la religion comme la Salat, le jeune du Ramadan, l’établissement des sanctions et empêche cela et s’il autorise aussi la consommation de l’alcool et le Zina sans qu’il n’empêche cela, personne ne diverge qu’il faut le retirer » Al Moufham Lîma ²Ouchkila Min Talkhîssi Sahîh Mouslim P.69.

Et ALLAH demeure le plus Savant. 

 

Par le frère Abû Muss3ab el Firansi.

Published by Abou Malik - Les gouverneurs

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog