Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le statut de celui qui dit « Ô Messager d’Allâh invoque Allâh de me pardonner »

Il [shaykh Al Fahd] fut questionné : quel est le statut de celui qui dit « Ô Messager d’Allâh, invoque Allâh de me pardonner » ?  Est-ce que ceci est telle cette parole « Ô Messager d’Allâh, intercède pour moi » ? Et quel est le statut de celui qui dit que cette parole est une innovation et non une association majeure ?

Il (qu’Allâh le préserve) répondit : cette question comporte un détail et se divise en deux :

1/ s’il l’invoque par cette invocation en étant loin de sa tombe, ceci constitue une association majeure sans aucun doute à son sujet car ceci ne comporte aucune ambiguïté.

2/ S’il l’invoque près de sa tombe, ceci se divise également en deux :

A- qu’il lui demande la guérison, ou la pluie ou le secours et ce qui ressemble à cela, ceci constitue une association majeure également.

B- Qu’il dise « invoque Allâh pour moi » ou « intercède pour moi auprès d’Allâh », ceci fait partie d’une seule et même catégorie et les gens de science à son propos tiennent deux paroles :

1.      Les imâms du prêche voient cela comme étant une association majeure de part la catégorie de l’association [qui avait été commise par les] Quraysh : « Ceux-ci sont nos intercesseurs auprès d'Allâh »[1], « … que pour qu'ils nous rapprochent davantage d'Allâh »[2].

2.      Et parmi [les savants contemporains] figure celui qui  voit (cette invocation) comme étant une innovation blâmable et un prétexte à l’association mais ne constitue pas une mécréance car ils [les auteurs de cela] ont une ambiguïté qui est le fait qu’il (le Prophète –sallâ-llâhu `alayhi wa sallam) vive dans sa tombe, qu’il entende le salut de celui qui le salue et ce qui ressemble à cela. Ainsi, pour eux, ils n’invoquent pas un absent, ni un inapte et ils ne l’invoquent par aucuns des Attributs de la seigneurie [d’Allâh] tels l’aide, la guérison et ce qui leur est similaire. Ainsi, il est comme s’il lui demandait une invocation de son [au Prophète –sallâ-llâhu `alayhi wa salam] vivant, et ceci ne constitue point une association par le consensus. Et il est actuellement vivant dans sa tombe. Voici donc leur ambiguïté.
 
Et ce qui est le plus juste pour moi est que cela constitue de l’association majeure [expulsant son auteur de l’islâm] mais il est excusé, dans cette affaire, par l’ignorance et la mauvaise interprétation à cause de leur forte ambiguïté ici.

Et Allâh demeure le Plus Savant.

Shaykh Nâsir Al Fahd (puisse Allâh le raffermir et hâter sa libéartion)

Traduction : L’anse la plus solide

Rajab 1435 ~ Mai 2014

Source : الفتاوى الحايرية

[1] Sourate Yûnus (10), 18.
[2] Sourate Az-Zumar (39), 3.

Source: http://lanse-solide.at.ua/load/le_statut_de_celui_qui_dit_o_messager_d_allah_invoque_allah_de_me_pardonner/47-1-0-403#sthash.DijLEpKT.dpuf

Modeste commentaire:

Dans ce qui a précédé, nous avons vu le statut de l'acte et des acteurs d'une manière général. Il reste à préciser que parfois, certaines personnes peuvent être excusées, malgré que l'acte en soit qualifié de Shirk Akbar, non pas en raison du fait qu'il soit possible de considérer une personne comme adoratrice d'Allah et adoratrice d'autre qu'Allah dans le même moment, ou encore que le Shirk et le Tawhid se soient réunis en cette même personne !

Loin de la, mais tout simplement car dans certains cas bien restreint, le fait de croire que des preuves du Qor'an et la Sunnah affirme que telle ou telle chose soit une cause de bien ou pour repousser un mal, alors que ce n'est pas le cas, empêche de qualifier la personne en particulier d'avoir réellement commis du Shirk. Car la réelle cause légale pour laquelle cet acte a reçu le statut de Shirk est absente.

De ce fait, nous continuons à qualifier l'acte de Shirk dans l'absolu en vue de mettre en garde les gens. Mais nous ne pouvons en qualifier l'auteur car ce dernier n'en n'a pas réellement été coupable. Et ce en raison de l'absence d'un facteur donné, sans lequel le Manât ne peut se former. Et que nous verrons in chaa Allah dans les prochaines citations.

Et ici, on ne parle pas des cas de Shirk explicite, mais bien des actes et paroles qui dans une grande généralité des cas peuvent être du Shirk Akbar, mais qui dans d'autres minimes ne le sont pas. 

Dans ce cas, s'il nous apparaît avec évidence, que l'individu qui en est coupable, présente les critères des cas minimes, nous statuerons en conséquence. 

Et ce dans le seul cas, ou il nous apparaît que cette personne est réellement excusée.

Plus de détails viendront ultérieurement in chaâ Allah, je tenais simplement à faire cette remarque qui me semble importante.

Et Allah Demeure Le Plus Savant.
 

Published by Sulaymân Abû Mâlik - at Tawhid (L'unicité d'Allah)

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog