Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Question 505.



Quelle est la ligne de démarcation entre le désaveu complet des mécréants et l’amour [éprouvé envers certains d’entre eux].


As salâmou ‘alaykoum,

Noble cheykh,

Nous avons appris qu’il fallait se désavouer totalement du mécréant mais nous constatons aussi que certains versets affirment l’existence d’un [certain] amour envers le mécréant comme dans la parole d’Allah : « Tu ne guideras point sur le droit chemin ceux que tu aimes », ou encore, l’amour éprouvé envers l’épouse appartenant aux gens du Livre. 

Comment concilier ces deux [sentiments] ? Qu’Allah vous bénisse et vous récompense par le bien.

Aboû Yoûsouf Al ‘Adl.



Réponse du comité légal du Minbar :



Pour pouvoir concilier ces deux sentiments, il convient de savoir que l’amour qu’il est interdit d’avoir pour le mécréant, est différent de l’amour et de l’affection conjugale permise qui est animée par la passion et l’inclinaison naturelle qu’un homme puisse éprouver envers sa femme kitâbiyya ( femme des gens du livre).

En effet, ce qui est interdit n’est pas cet amour naturel mais l’amour et l’affection qui mènent au secours, à l’appui et au parti pris vis-à-vis du rang des mécréants, [qui pousse au fait de] s’allier à eux et les secourir.

L’amour cité dans le verset : « ceux que tu aimes » sous-entend celui que tu aimes et que tu veux guider et non la personne pour laquelle tu éprouves de l’amour. Nul grief sur le musulman qui souhaite la guidance de certains mécréants que ce soit à cause d’un lien de parenté ou parce qu’ils sont dotés de certaines traits de caractères appréciables comme la chevalerie, le courage et l’aide [apportée au musulmans] etc.

Ceci dit, il y a une différence entre le fait d’aimer pour eux la guidance, et le fait de les aimer eux en tant que personnes. Ce n’est pas pareil.
En effet, le fait de leur souhaiter la guidance n’est pas de l’alliance, n’implique pas l’alliance et ne la contredit pas. Nul grief sur le musulman non plus s’il est aimé par certains mécréants à cause d’un lien de parenté ou parce qu’ils apprécient son caractère. 

Ibn Kathîr dit : « Il a été confirmé dans les deux recueils authentiques que ce verset fut révélé à propos d’Abî Tâlib, l’oncle du Prophète, salla Allahou ‘alayhi wa sallam. Abou Tâlib l’entourait et le protégeait, se mettait de son côté et l’aimait intensément mais d’un amour naturel et non légal ». Voilà le type d’amour qu’éprouvait Aboû Tâlib pour le Prophète, salla Allahu 'alayhi was-Salam ; un amour naturel dû au lien de parenté [qui les liait] et non l’amour légal qui nécessite le suivi …

Dès lors, nul grief sur le musulman si des mécréants l’aiment et le soutiennent à cause de son [noble] caractère ou de son lien de parenté avec eux…
En revanche, le problème se pose lorsque c’est le musulman qui leur voue de l’affection et les aime en dépit de leur mécréance et de leur combat contre Allah car Allah dit :

« Tu ne verras jamais ceux qui ont foi en Allah et au Jugement dernier sympathiser avec ceux qui s’insurgent contre Allah et Son Envoyé, fussent-ils leurs pères, leurs fils, leurs frères ou de leur tribu. C’est que Allah a imprimé la foi dans leurs cœurs et les a fortifiés par un souffle émanant de Lui. Aussi les admettra-t-Il dans des Jardins arrosés d’eaux vives, pour l’éternité, car Il sera Satisfait d’eux et eux seront satisfaits de Lui. Ce sont ceux-là qui constituent le parti d’Allah, et c’est le parti de Allah qui connaîtra la félicité ».

 


Aboû Oussâma Ach-Châmi



Texte original.

Traduit par Oum-Ishâq
Relecture et correction Oum_Mou3âwiya

Published by Abou Malik - Fatâwâ Minbar at-Tawhid wal Jihad

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog