Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Al Wilâya/l’alliance dans la langue c’est l’approchement et le soutien et c’est le contraire d’Al ‘Adâwa/l’inimitié, le Walî c’est donc celui qui suit et soutient, et cette alliance implique l’amour et l’accord (Al Hob Wal Mouwâfaqa) sachant que l’amour est un acte du cœur (‘Amal Al Qalb) qui est une expression intérieur qui implique fatalement le soutien et la suivie extérieure … 

Et là est le secret de cette règle " l’extérieure implique l’intérieure " donc sans un acte extérieur faisant partie de la grande alliance on ne peut mesurer le cœur à l’œil nu. 

Pareil pour la ‘Adâwâ intérieur qui est la haine et le désaccord qui implique l’éloignement et l’écartement extérieur, donc celui manifeste les mécréants sur les Musulmans en aidant les mécréants ; en livrant les musulman aux prisons des mécréants est tombé dans la grande alliance qui cause sa rupture de la foi avec son Seigneur même s’il prétend le contraire et sa parole Ta’âlâ est plus que claire : {S'ils croyaient en Allah, au Prophète et à ce qui lui a été descendu, ils ne prendraient pas ces mécréants pour alliés. Mais beaucoup d'entre eux sont pervers.} 

Donc étant donné que la haine envers les mécréants et l’inimitié et l’hostilité est une condition de la Foi que chaque musulman se doit d’avoir, commettre une grande alliance annule cette haine et cette hostilité intérieure et l’amour et l’accord des mécréants prennent alors place, l’un annule l’autre. Et cela n’est bien sûr pas visible à l’œil nu donc l’Islam nous a donné un signe extérieur apparent visible à l’œil nu et reconnaissable accrochant la mécréance de ce dernier : qui est la grande alliance avec l’acte lui-même.

Et cette annulation de Foi dont je fais référence est l’annulation de l’acte du cœur qui est l’amour d’Allah et son prophète et son obéissance provoquer par l’acte extérieur du corps qui est le crime de Grande Alliance. La parole du cœur dans cette histoire de Grande Alliance n’a donc rien avoir ici qui est le Tasdîq et son contraire le démentit et le reniement. 

Ibn Taimya dit : 

فدل على أن الإيمان المذكور ينفي اتخاذهم أولياء ويضاده، ولا يجتمع الإيمان واتخاذهم أولياء في القلب، ودل ذلك على أن من اتخذهم أولياء، ما فعل الإيمان الواجب من الإيمان بالله والنبي وما أنزل إليه


" Cela prouve que la Foi cité annule le faite de s’allier à eux et le contredis, sachant que la Foi et les prendre comme allié ne s’accordent pas dans le cœur, et cela prouve que les prendre comme allié il n’ait pas parvenu de la Foi obligatoire à savoir croire en Allah et son prophète et ce qui a été révélé sur lui " Livre de l’Imane page 14.


Or la législation a par exemple permis de manifester la mécréance avec la langue en état d’Ikrâh comme sa parole : 

{Que les Croyants ne prennent pas pour amis des incrédules au lieu de croyants. Celui qui les prendra pour amis aura désobéi à la religion d’Allâh, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux}

Alors dans ce cas, comment concilier entre cette permission de commettre du Chirk ou une Grande alliance avec la langue et la règle de l’influence de l’extérieur sur l’intérieur ? Pourquoi l’extérieur ici n’a pas influe sur l’intérieur ? 

Nous disons : les paroles résultant d’une peur ne sont pas comparable aux paroles et actes résultant d’une grande alliance commise par libre choix.
Donc celui qui fait apparaitre extérieurement l’accord au mécréant sous la peur il ne le fait seulement pour éviter le mal donc la parole extérieur en question est fabriqué de toute pièce et étant donné qu’elle soit ainsi (c’est-à-dire fausse en apparence) le désaccord en vers qui il éprouve sa haine et son désaveu intérieur (le mécréant en question) est un désaccord avec les acte et une invention dans les paroles elle n’a donc pas lieu d’annuler l’acte du cœur intérieur. Car l’acte qui devrait annuler son intérieur doit être fait par libre choix de l’auteur de ce crime non une parole fabriquer montée de toute pièce celle-ci n’influe pas l’intérieur.

Achanqîtî dit : 

وَبَيَّنَ فِي مَوْضِعٍ آخَرَ : أَنَّ مَحَلَّ ذَلِكَ ، فِيمَا إِذَا لَمْ تَكُنِ الْمُوَالَاةُ بِسَبَبِ خَوْفٍ ، وَتَقِيَّةٍ ، وَإِنْ كَانَتْ بِسَبَبِ ذَلِكَ فَصَاحِبُهَا مَعْذُورٌ ، وَهُوَ قَوْلُهُ تَعَالَى : لَا يَتَّخِذِ الْمُؤْمِنُونَ الْكَافِرِينَ أَوْلِيَاءَ مِنْ دُونِ الْمُؤْمِنِينَ وَمَنْ يَفْعَلْ ذَلِكَ فَلَيْسَ مِنَ اللَّهِ فِي شَيْءٍ إِلَّا أَنْ تَتَّقُوا مِنْهُمْ تُقَاةً [ 3 \ 28 ] ، فَهَذِهِ الْآيَةُ الْكَرِيمَةُ فِيهَا بَيَانٌ لِكُلِّ الْآيَاتِ الْقَاضِيَةِ بِمَنْعِ مُوَالَاةِ الْكُفَّارِ مُطْلَقًا وَإِيضَاحٌ ; لِأَنَّ مَحَلَّ ذَلِكَ فِي حَالَةِ الِاخْتِيَارِ ، وَأَمَّا عِنْدَ الْخَوْفِ وَالتَّقِيَّةِ ، فَيُرَخَّصُ فِي مُوَالَاتِهِمْ ، بِقَدْرِ الْمُدَارَاةِ الَّتِي يَكْتَفِي بِهَا شَرُّهُمْ ، وَيُشْتَرَطُ فِي ذَلِكَ سَلَامَةُ الْبَاطِنِ مِنْ تِلْكَ الْمُوَالَاةِ.

 

" Il a exposé dans un autre endroit que cela prenait effet si cette Grande alliance ne resultait pas d’une peur ou d’une Taqya et si tel est le cas : son auteur est excusé étant donné sa parole {Que les Croyants ne prennent pas pour amis des incrédules au lieu de croyants. Celui qui les prendra pour amis aura désobéi à la religion d’Allâh, à moins que vous ne cherchiez à vous protéger d’eux}Ce noble verset nous expose tous les versets prohibant la grande alliance avec les mécréants dans l’absolue, car cela est fait par libre choix en ce qui concerne la peur ou la Taqya il est permis de manifester une alliance suivant la quantité qui suffit pour éviter leurs nuisance, et cela est permis seulement avec la sainteté intérieure de ce qu’il a manifester comme alliance extérieur. " Fin de citation tiré de l’ouvrage du Cheykh Adhwâ Al Bayân.



Donc la permission est donné en fabriquant la parole et en contredisant avec les actes, par contre si cette grande Alliance et ce soutien des mécréants sur les Musulmans sont commit en apparence par libre choix celle-ci statue alors de l’apostasie de cette personne car cet acte, à savoir l’écoulement du sang du Musulman, son abandon et le livrer aux mécréants ne provient que d’un penchant intérieur à ces mécréants et cela est un acte du cœur prouver par son implication extérieur qui est cette grande alliance en question. 

Attention, notez bien la différence entre dire que la mécréance est dû par l’acte lui-même de grande Alliance ce qui annule son intérieur et prouve son côté sombre de son cœur intérieur et de dire comme les Mourji²a Jahmya que sa mécréance est du à son démentit intérieur non l’acte lui-même ou que l’intérieur soit conditionné comme cause de Takfîr ce qui est un égarement évident. 

Il y a donc une règle a tiré qui est que ((Le Takfîr ne se base pas sur une chose interprétable)) Al Sârim Al Maslûl 3/96. 

Et comme exemple illustrant cette règle, c’est la Jalousie de Aicha Radhya Allahou ‘Anha qui l’a poussé à dire du prophète : ((O Messager d’Allah je ne vois ton Dieu que pour t'accélérer tes désirs (hawaaka)) Al Hafedh Ibn Hajar dit dans son Fath : ((A savoir ton agrément)) Fin de ciation. La jalousie et l’amour du prophète la poussa à se tromper dans le mot et au lieu de dire ton agrément elle dit ta passion or le prophète ne parle pas avec passion comme la dit Allah mais étant donné que le mot lui-même était une faute de mal expression visant un autre sens il n’a donc pas lieu d’influer sur l’intérieur, il aurait influe seulement si l’intention était de visait son sens voulu apparent qui en découle. 

Il y a beaucoup d’exemple qui illustre cette règle comme les Sahâba lorsqu’ils dirent Râ’ina visant un autre sens ou Zaynb lorsqu’elle dit par Jalousie au prophète ((Tes femmes t’abjure par Allah la justesse concernant Binti Abî Qouhâfâ…)) 

Donc seul les paroles ou actes commis par libre choix et avec l’intention qu’implique le sens dégager de cette parole en question même si il ignore que cela est du Koufr ou que cela exclus de l’Islam cet argument Mourjiite Jahmite n’est pas pris en compte. Il y a une différence a noté entre Qasd Al Koufr/intention de commettre la mécréance ou mécroire et Qasd Al Fi3l/intention de commettre lui-même avec tous ce que cette intention implique comme sens dégagé par l’emploie de ce mot et autre. Ce qui se sont moquer du prophète savaient très bien qu’ils ont dit des paroles et étaient conscients du sens de ces paroles mais eux l’ont appelé « Jeu et divertissement » et Allah l’a appelé « Moquerie » donc l’intention qui vise la mécréance elle-même n’entre pas dans ce que nous venons d’exposer.

Et parmi ces actes douteux l’exemple des impôts cité par le Frère AbdouAllah Al Mouwahid, cet acte peut signifier quinze mille interprétations, il peut aussi bien signifier l’aide des mécréants que le simple retrait d’argent que ces derniers (l’Etat) font sans que les personne vers qui cette argent et tiré aient l’intention en donnant cet argent que « La France face le ménage en Afghânistân » 

Les Taxes et les impôts sont présent partout, dans la nourriture l’électroménager les vêtements le salaire : en gros tous ce qui est vendable. C’est donc inévitable d’évité de donné des taxes encore moins d’en faire un acte de Grande Alliance. 

Et ce qui vient le prouver c’est l’Histoire du Sahâbî Souhayl Ibn Sinân Al Roumî lorsqu’il voulut immigrer à Médine et les Qouraychite l’empêchèrent et lui dirent :((Il n'est pas question que nous te laissions partir vivant en emportant tous les biens ! Tu es venu à la Mecque pauvre et c'est dans notre ville que tu t'es enrichi et que tu es devenu ce que tu es.)) Il leur proposa de leur laisser ses biens en échange de sa liberté. Il leur indiqua l'endroit où il avait caché son argent et ils le laissèrent partir. Récit juger bon par Al Hafefh Ibn Hajar voir Al Matâleb Al ‘Oulya

Est-ce qu’en donnant son argent aux Mouchrikine de Qouryach Souhayb a contribué à une forme de Grande alliance ? Bien sûr que non son but était de rejoindre le prophète et étant donné que dans tous les cas les Qouraychite ne voulaient en aucun cas le laisser partir avec ses biens alors ils leurs proposa de leurs donner ses biens et de le laisser partir. 

Cela est exactement le même cas de nos jours de ce Sahâbî et le nôtre à savoir des impôts et des taxes, elles sont prélevées sans que le « citoyen » n’est beaucoup le choix cet acte passe donc d’une forme de soutien apparent à un acte interprétable sur plusieurs angle donc l’intention (Al Qasd) de chacun demeure dur à déterminer ce qui fait de lui acte douteux non claire et non net, il est donc dans ce cas ((important de prendre ses précautions dans le Takfir des gens victimes d’une mauvaise interprétation car rendre licite le sang des monothéistes faisant la Salat est une dangerosité gravissime)) Fin de citation Qâdhî ‘Yâdh de son Ouvrage Achiffâ (2/277). 
Et Ibn Al Qayim dit : 

فَإِذَا اجْتَمَعَ الْقَصْدُ وَالدَّلَالَةُ الْقَوْلِيَّةُ أَوْ الْفِعْلِيَّةُ تَرَتَّبَ الْحُكْمُ . هَذِهِ قَاعِدَةُ الشَّرِيعَةِ ، وَهِيَ مِنْ مُقْتَضَيَاتِ عَدْلِ اللَّهِ وَحِكْمَتِهِ وَرَحْمَتِهِ

 

" Si l’intention et la preuve oratoire ou des actes se réalisent alors le statut légal prend effet. Ceci est la règle législative, et cela fait partie aussi de la justesse d’Allah, sa sagesse et sa miséricorde. " Fin de Citation, Tirée de l’ouvrage I3lâm Al Mouwaqi3îne.


Et Allah demeure le plus Savant

 

Par le frère Abou Mouss3ab al Firansi.

Published by Abou Malik - Réponses aux ambiguïtés

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog