Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L'argumentation par l'histoire du Négus est basée sur le raisonnement par analogie. Et il est connu que le raisonnement par analogie est le fait d'emprunter un jugement déjà prononcé dans le passé (Al Asl)  pour un événement présent (Al Far'), tous deux étant similaires en causalités et sans différences.

 

Et parmi les conditions du raisonnement par analogie, on trouve l'absence de texte ou de consensus reconnu pour Al Far'. Cependant on est en possession de textes qui stipulent que l'annulation ou le remplacement de la loi d'Allah par une autre loi est de la mécréance.


Allah a dit :


 « N'as-tu pas vu ceux qui prétendent croire à ce qu'on a fait descendre vers toi [Prophète] et à ce qu'on a fait descendre avant toi? Ils veulent prendre pour juge le taghout, alors que c'est en lui qu'on leur a commandé de ne pas croire. Mais le Diable veut les égarer très loin, dans l'égarement. » Sourate 4 Verset 60 (Traduction relative et approchée)

 

Le Shaykh 'Abd Al-Rahman Ibn Hassan Ala Shaykh (Rahimahou Allah) a dit : ''La demande de jugement à Al-taghout est une croyance en lui.''

 

Le Shaykh 'Abd Al-Rahman Al-Sa'dy concernant la parole d'AllahSourate 4 Verset 59 (Traduction relative et approchée) a dit :''Ceci montre que celui qui ne se réfère pas à eux (Allah et Son Messager (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam)) dans les litiges n'est pas Croyant, mais croit à Al-taghout comme l'a indiqué le verset suivant.''

 

D'une part :Comment alors peut-on utiliser le raisonnement par analogie en présence de textes ?! La règle de base dans la Jurisprudence Islamique (Oussoul Al  Fiqh) indique bien la vaineté du raisonnement par analogie lorsqu'un texte est présent.

 

D'autre part :L'absence de différences entre « Al Asl » et « Al Far' » fait partie des conditions du raisonnement par analogie. Et ici, Al Asl, c'est l'acte du Négus (cité auparavant) et la participation aux assemblées législatives avec tout ce qu'elles impliquent. Ils ont proclamé, dans le but de l'intérêt général, que le Négus était un roi qui n'a jamais gouverné avec la loi du Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam) dans l'intérêt général de son peuple. Et c'est pour cela que nous rentrons dans ces parlements par analogie au Négus.

 

 

La réponse à cela est que nous disons : Après avoir pris connaissance que l'absence des différences est indispensable pour toute analogie, nous concluons que cette soit- disant analogie est vaine due à l'existence de différences entre les deux cas (le Négus et les parlementaires).

 

Parmi ces différences on trouvera :


 

Première différence :

 

Vous ne divergez pas avec nous sur le fait que le Négus est mort avant la fin de la révélation des lois et avant la révélation du verset :

« Aujourd'hui, J'ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J'agrée l'Islam comme religion pour vous. » Sourate 5 Verset 3 (Traduction relative et approchée)

 

Ce verset a été révélé lors du pèlerinage d'adieu en l'an 10 après l'Hégire, alors que la mort du Négus a eu lieu bien avant la victoire de la Mecque. Et ceci indique que de nombreuses Lois Islamiques n'ont été légiférées qu'après.


Et prends l'exemple de la sourate « La Table Servie », qui est celle qui comporte le plus de jugements. C'est dans celle-ci qu'Allah  a qualifié de mécréant celui qui ne gouverne pas d'après Sa législation. Elle n'a été révélée qu'après la mort du Négus, car elle fait partie des dernières sourates révélées, et d'après certaines sources, elle est même la dernière à avoir été révélée.

De ce fait, elle a sans aucun doute été révélée après la mort du Négus.


Comment osez-vous comparer le cas du Négus qui est mort bien avant l'accomplissement des Lois Islamiques, avec les membres des assemblées législatives de nos jours bien qu'ils aient à leur disposition la Loi Islamique complète ?!!

 

      Deuxième différence :

 

Le Négus mourut avant que le Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam) n'oblige les rois à gouverner avec la loi d'Allah ou à ce qu'ils donnent Al-jiziya.

 

On trouve dans Sahih Mouslim, chapitre : le Djihad, Partie « Le Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam) a écrit aux rois mécréants, afin de les appeler à Allah » :


« Selon Anas, le Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam) a écrit à Kisra (Chosroès), Qaissar (César), Najachi (Négus) et à tout tyran, afin de les appeler à Allah. Et il ne s'agissait pas du Négus sur lequel le Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam)  a prié. »

 

Et l'Imam Ibn Al-Qayyim a rappelé  dans « Zad Al-Ma'ad »(Volume 3 Page 690), lorsqu'il a transcrit une version de ce que le Négus a écrit au Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam) :

 

''Ceci est un quiproquo et Allah est le plus Savant. Le transmetteur a mélangé et n'a pas su faire la différence entre le Négus sur lequel le Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam) a prié, qui est celui qui a cru en lui et qui a honoré ses Compagnons, et le Négus à qui il a écrit afin de l'inviter à se convertir. Ils sont deux et ceci est venu en éclaircissement dans le Sahih Mouslim, lorsque le Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam) a écrit au Négus, qui n'était pas celui sur lequel il a prié.''  Fin de sa parole.

 

 

Al-Hafidh Ibn Kathir (Rahimahou Allah) a dit dans « Al-Bidaaya Wal-Nihaaya » (Volume 4 Page 298)lorsqu'il a évoqué l'année durant laquelle le Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam)  envoya des messages aux rois du monde les appelant à Allah :

 

''Selon Al Waquidi, cet événement se déroula durant la sixième année de l'Hégire plus précisément le mois de Dhoul Hijja après le petit pèlerinage de Al Houdaybiya. Quant à Al Bayhaqi, il a cité cet événement dans un chapitre évoquant la bataille de Mouta et Allah Seul est le plus Savant. Nul divergence entre eux  sur le fait que cela se passa avant la conquête de la Mecque et après Al Houdaybiya car on trouve que Abou Soufian a dit à Héracles lorsqu'il lui demanda au sujet du Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam) : « Trahit-il ? », il répondit : « Non, et nous sommes en période de trêve avec lui. Nous ne savons pas encore ce qu'il va se produire. »

Et dans la version de Al-boukhary, ceci se déroula durant la trêve entre Abou Soufian et le Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam).''

 

Puis il a rappelé après cela, (Rahimahou Allah) le hadith rapportant que le Prophète (Sala Allahou 'Alaihi wa Salam) a envoyé un message au Négus qui n'était pas le Négus sur lequel il a prié.

 

      Troisième différence :

 

Le Négus appliquait une loi qui n'était pas entièrement falsifiée car Allah a dit : « Mais comment te demanderaient-ils d'être leur juge quand ils ont avec eux la Thora dans laquelle se trouve le jugement d'Allah? » Sourate 5 Verset 43 (Traduction relative et approchée)

 

Et cela n'est pas le cas des membres des assemblées législatives.

 

Il aurait suffit de la présence d'une seule différence parmi les trois citées auparavant pour rendre l'analogie caduque. Alors que dire en voyant ces trois différences ? Nul doute qu'une analogie similaire est vaine.

Published by Sulaymân Abû Mâlik - Réponses aux ambiguïtés

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog