Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Celui qui rompt volontairement et sans excuse son jeûne pendant le Ramadan



Celui qui rompt son jeûne pendant le Ramadan sans une excuse légale valable est certes tombé dans un péché immense, et dans un grand péché parmi les péchés majeurs, il mérite la menace sévère au jour de la résurrection. 

Comme dans le hadîth rapporté par Aboû Oumâma al-Bâhiliy رضي الله عنه qui a dit; “J'ai entendu le prophète صلى الله عليه وسلم dire: « Pendant que je dormais, deux hommes me sont venu et me prirent par le côté, m'amenant avec eux à une rude montagne. Ils me dirent donc: “Grimpe.” Je dis alors: « Je n'en ai pas la capacité. » Ils me dirent: “Nous allons te faciliter.” J'ai donc grimpé jusqu'à arriver au sommet de la montagne. Et voici des voix terribles [qui retentirent]. Je demanda: « Que sont ces voix? » Ils répondirent: “Ceci est le cri des gens du feu.” Puis ils s'en allèrent avec moi. Me voici alors avec des gens accrochés par leurs os dépouillés de leurs chairs, les coins de leurs bouches fendu faisant abondamment couler le sang. Je demanda: « Qui sont ces gens? » Ils répondirent: “Ceux qui rompaient leur jeûne avant sa fin!”

Je dis: Ceci concerne celui qui rompt son jeûne avant la fin de son temps. Que dire alors d'une personne qui rompt volontairement son jeûne en plein jour du Ramadan, ou qui ne jeûne pas du tout?!

 

Le sens du jeune




Après que nous ayons exposé le statut [juridique] du jeûne du mois de Ramadan, ainsi que son mérite et la sanction de celui qui y rompt volontairement son jeûne, nous allons entamer -par la permission et la grâce d'Allah-, l'exposé de certaines règles et questions détaillées qui sont en relation même avec le jeûne.

Je dis: 

Littéralement; le jeûne “As-Sawm” veut dire l'abstinence “Al-Imsâk”.

Juridiquement; c'est l'abstinence des choses qui rompent le jeûne, à partir de l'apparition de l'aube véridique, jusqu'au coucher du soleil, avec l'intention [de jeûner].

 

Les annulatifs du jeûne




1- Manger et boire volontairement; celui qui fait volontairement entrer une chose parmi les nourritures et boissons dans son estomac, il a certes rompu et annulé son jeûne. Et de la même manière, s'il reçoit une piqûre ou une perfusion alimentaire, son statut [juridique] est le même que de manger et de boire.

Quant à celui qui mange ou boit par oubli, il n'y a rien qui lui incombe et il doit continuer son jeûne, en raison de sa parole صلى الله عليه وسلم : « La culpabilité a été ôté à ma communauté en ce qui concerne l'erreur [involontaire], ainsi que l'oubli et ce à quoi ils ont été contraint. »

Et dans les deux recueils [de hadîth] authentique: « Celui qui mange ou boit par oubli, qu'il continu son jeûne, car en vérité c'est Allah qui l'a nourrit et abreuvé. »


2- Le rapport intime; celui qui a un rapport intime avec son épouse pendant la journée du Ramadan, son jeûne est annulé à l'unanimité “ Bi al-Ijmâ' ”. L'acte expiratoire de ce péché est l'affranchissement d'un esclave, s'il en a pas, il doit jeûner deux mois consécutifs, s'il en a pas la capacité, il doit nourrir soixante pauvres.

Comme c'est illustré dans le hadîth unanimement reconnu authentique, d'après Aboû Hourayra qui a dit; “Pendant que nous étions assis auprès du prophète صلى الله عليه وسلم un homme arriva et dit: “Ô messager d'Allah! J'ai péri!”

Il dit: « Que t'est-il arrivé? »

Il répondit: “J'ai eu un rapport intime avec ma femme alors que je jeûnais.”

Le prophète صلى الله عليه وسلم dit: « As-tu un esclave à affranchir? »

Il répondit: “Non.” 

Il dit: « Peux-tu jeûner deux mois consécutifs? »

Il répondit: “Non.”

Il dit: « As-tu de quoi nourrir soixante pauvres? »

Il répondit: “Non.”

Le prophète صلى الله عليه وسلم -dit le rapporteur du hadîth- observa une pause. Pendant ce temps, un panier de dattes fut offert au prophète صلى الله عليه وسلم . Il dit: « Où est le questionneur? »

Il répondit: “Me voici.”

Il dit: « Prends ceci, et donnes les en aumône. »

L'homme dit: “A une personne plus pauvre que moi, ô messager d'Allah?! Par Allah, il n'existe pas entre deux cartiers Est et Ouest “Lâbatayn” une famille plus pauvre que la mienne!”

Le prophète صلى الله عليه وسلم sourit au point de laisser apparaître ses molaires, puis il dit: « Nourris-en ta famille. » Et dans une version: « Jeûne un jour à sa place. »


3- Vomir volontairement; celui qui se fait volontairement vomir annule son jeûne et doit récuperer ce jour. Quant à celui qui est pris par le vomissement, il n'y a rien qui lui incombe, en raison de sa parole صلى الله عليه وسلم : « Celui qui est pris de vomissement n'est pas tenu de récupérer, en revanche, s'il se fait volontairement vomir, il doit récupérer. »


4- L'écoulement du sang des menstrues. De la même manière, si la femme qui jeûne s'aperçoit de l'écoulement du sang des menstrues pendant la journée du Ramadan, son jeûne est annulé et elle doit rompre son jeûne, et par conséquent, elle doit récupérer ce jour.

Comme dans le hadîth de 'Aïcha رضي الله عنها : “Ceci nous arrivait -c'est-à-dire le cycle menstruel-, et nous étions ordonné de récupérer le jeûne, et non la prière.”

 

L'obligation de renouveler son intention la veille




Pour le jeûne obligatoire du Ramadan, il est obligatoire de renouveler son intention la veille, à compter de la nuit, avant l'aube, en raison de sa parole 
صلى الله عليه وسلم : « Celui qui n'a pas renouveler l'intention de jeûner à compter de la nuit n'a pas de jeûne. » Et sa parole صلى الله عليه وسلم : « Celui qui ne renouvelle pas fermement son intention de jeûner avant l'aube n'a pas de jeûne. »

Et la prononciation de l'intention n'est pas conditionnée dans son renouvellement, mais il suffit seulement d'en avoir la ferme intention dans le coeur, contrairement au jeûne surérogatoire, il est autorisé d'y avoir l'intention [dans le coeur] de jeûner pendant la journée. Certes, le prophète 
صلى الله عليه وسلم rendait visite à sa famille alors qu'il n'avait rien mangé, il disait: « Avez-vous quelque chose à déjeuner? » Ils répondaient: “Non.” Il disait alors: « Je jeûne. »[A]

-----



[A] Note du Traducteur: Il y a un bel exemple de comportement ici, pour les frères qui s'énervent sur leurs femmes lorsqu'ils rentrent chez eux et qu'ils ne trouvent parfois rien à manger...

 

Le Souhoûr (repas d'avant l'aube) et son importance.




Le Souhoûr est une Sounna fortemment recommendée et souhaitable “Mouakkada wa Moustahabba”. Il a certes été authentiquement rapporté d'après le prophète صلى الله عليه وسلم qu'il a dit : « Venez au repas bénit! » Et il a voulu par là, le Souhoûr. Et il a dit صلى الله عليه وسلم : « Prenez le Souhoûr, car le Souhoûr est une bénédiction “Bâraka”. » Et il a dit صلى الله عليه وسلم : « Certes, Allah et Ses anges prient sur ceux qui prennent le Souhoûr. » Et il a dit صلى الله عليه وسلم : « Prenez le Souhoûr ne serais-ce qu'avec une gorgée d'eau. » Et il a dit صلى الله عليه وسلم : « Le Souhoûr est un repas bénit, ne l'abandonnez pas même si l'un d'entre vous ne le prend qu'avec une gorgée d'eau. »

De la même manière, le Souhoûr fait certes partie des choses qui différencient le jeûne des musulmans du jeûne des autres parmi les gens du Livre. Comme dans le hadîth, il a certes été authentiquement rapporté d'après le prophète صلى الله عليه وسلم qu'il a dit: « Ce qui sépare notre jeûne de celui des gens du Livre, c'est le repas du Souhoûr. »

Et cette différenciation -à titre de réalisation de la distinction-, doit être préservé par les musulmans.

 

Le moment du Souhoûr



Il est souhaitable de retarder le Souhoûr jusqu'à un peu avant l'apparition de l'aube véridique, en raison de Sa parole au Très-Haut:

« … mangez et buvez jusqu'à ce que se distingue, pour vous, le fil blanc de l'aube du fil noir de la nuit. »
[S2, V187]


D'après Zayd ibn Thâbit رضي الله عنه qui a dit: “Nous prime le repas du Souhoûr avec le prophèteصلى الله عليه وسلم , puis il se leva pour la prière.” Je dis: “Combien de temps y avait-il entre l'appel à la prière et le Souhoûr?” Il dit: “L'équivalent [de la lecture] de cinquante versets.”

Et saches, que l'aube est de deux sortes; un aube mensonger; dont la prière y est interdit, mais non d'y manger, et dont sa caractéristique se présente par une blancheur éclatante au ciel, mais qui par la suite diminue d'intensité.

Et un aube véridique; dont il y est autorisé de prier, mais non d'y manger et d'y avoir des rapports intimes. Sa caractéristique se présente par une rougeur dispersée et répandue, qui s'étend sur l'horizon, et qui se présente avant l'apparition du soleil, du côté de l'est (le levant).

Il a certes été authentiquement rapporté d'après le prophète صلى الله عليه وسلم qu'il a dit: « Mangez et buvez, et que la blancheur éclatante ne vous empresse pas -c'est-à-dire qu'il ne vous alarme pas, en vous empêchant ainsi [de manger et de boire]-, cependant mangez et buvez jusqu'à que la lueur rouge vous apparaisse. » 

Et il a dit صلى الله عليه وسلم : « Que l'appel à la prière de Bilâl ne vous trompe pas, et que ne vous trompe pas [non plus] cette blancheur de la lumière de l'aube jusqu'à qu'elle se disperse.»

Si tu es pris par le doute et que tu ne peux différencier entre l'aube véridique et mensonger; alors mange tant que tu doutes, jusqu'à que tu sois sûr que l'aube est bien l'aube véridique. Il a certes été authentiquement rapporté d'après Ibn 'Abbâs qu'il a dit: “Il t'es autorisé de manger et boire tant que tu doutes. »

De la même manière, si tu entend l'appel à la prière du matin, et que tu as un morceaux de nourriture à la bouche, ou bien un verre d'eau à boire dans la main, avale ton morceaux tranquillement, et fait ce dont tu a besoin du verre [d'eau], et non pas comme le disent certains Chouyoukhs ignorants et rigoureux, que lorsqu'une personne entend l'appel à la prière et qu'elle a dans sa bouche de la nourriture ou à boire, elle doit cracher et sortir ce qu'elle a dans la bouche!

Il a certes été authentiquement rapporté d'après le prophète صلى الله عليه وسلم qu'il a dit: « Lorsque l'un d'entre vous entend l'appel à la prière et qu'il a un verre à la main, qu'il ne le pose qu'après avoir accompli ce dont il avait besoin. »

Et d'après Aboû Oumâma رضي الله عنه qui a dit: “On appela à la prière alors que 'Oumar avait un verre dans la main, il dit: “Puis-je boire ô messager d'Allah?!” Il répondit: « Oui. » Puis il but.

De là, nous connaissons la caducité des horaires d'abstention “Al-Imsâk” par lesquels certains pays sont éprouvés, étant donné qu'ils incitent les gens à s'abstenir de manger et de boire avant le deuxième appel à la prière, de quinze minutes et peut-être même plus encore, en prétendant que c'est par précaution, sachant que ce temps est un temps propice au Souhoûr bénit, comme ceci a précédé.

Al-Boukhâriy a rapporté avec sa chaîne, d'après Ibn 'Oumar et al-Qâsim ibn Mouhammad, d'après 'Âïcha رضي الله عنها , que Bilâl appelait de nuit à la prière, le prophète صلى الله عليه وسلم dit: « Mangez et buvez jusqu'à qu'Ibn Oum Maktoûm fasse [à son tour] l'appel, certes, il ne fait pas l'appel jusqu'à que l'aube se lève. » Al-Qâsim dit: “Le temps qu'il y avait entre les deux appels, était le temps que l'un monte et que l'autre descende.”

Je dis: malgré cette séparation très légère entre l'appel à la prière de Bilâl et celui d'Ibn Oum Maktoûm qui ne dépasse le temps que l'un monte et que l'autre descende, malgré ceci, le prophète صلى الله عليه وسلم ordonnait aux musulmans de manger et de boire au moment de l'appel de Bilâl, et il préparait de nuit son appel!

De la même manière, nous tirons profit de ces textes, disant que les temps légaux confirmés pour l'abstention et l'appel à la prière de l'aube sont l'apparition de l'aube véridique, et non pas tout ces temps astronomiques, qui sont préparés -entre les mains de gens ignorants en matière de religion et de justice-, un an à l'avance de l'arrivée du mois du Ramadan, et qui incitent les gens à s'abstenir de manger et de boire, et qui incitent [également] à faire l'appel à la prière et l'Iqâma avant l'apparition de l'aube véridique de vingt minutes ou plus!

Au premier appel à la prière, ils empêchent les musulmans de manger et de boire pendant vingt minutes, en prétendant que c'est par abstention et précaution... Au deuxième appel à la prière, il font l'appel avant l'apparition de l'aube véridique et l'arrivée du temps l'égal de vingt minutes, ainsi, le temps total pendant lequel ils empêchent les musulmans de manger et de boire est à peu près de quarente minutes avant l'apparition de l'aube véridique... Médite donc!!

 

La préférence de se hâter pour rompre le jeûne




Parmi les choses faisant partie de la Sounna; le fait de se hâter pour rompre le jeûne, en raison de sa parole 
صلى الله عليه وسلم : « Ma communauté ne cessera d'aller bien tant qu'ils se hâteront pour rompre le jeûne. » 

Et en raison de sa parole 
صلى الله عليه وسلم : « Mes serviteurs qui me sont les plus aimables, sont ceux d'entre eux qui sont les plus hâtifs dans la rupture du jeûne. »

Et en raison de sa parole 
صلى الله عليه وسلم : « Trois chose font parties du comportement prophétique; se hâter pour rompre le jeûne, retarder le Souhoûr et poser la main droite sur la main gauche dans la prière. » [1] 

Et en raison de sa parole 
صلى الله عليه وسلم: « Ma communauté ne cessera d'être sur ma Sounna, tant qu'elle n'attendra pas [l'apparition] des étoiles pour rompre son jeûne. » Comme c'est le cas des chiites rafidites, ceux qui retardent la rupture de leur jeûne -imitant les juifs et les chrétiens, et contredisant les gens de la Sounna et du consensus- jusqu'à après le couché du soleil, jusqu'à que les étoiles se multiplient au milieu du ciel! 

-----


[1] Sahîh al-Jâmi': 3038

 

La préférence de rompre le jeûne avec une datte ou de l'eau



En raison de sa parole صلى الله عليه وسلم : « Celui qui trouve une datte qu'il rompt son jeûne avec, et celui qui n'en trouve pas qu'il rompt son jeûne avec de l'eau car c'est certes une purification. » 

Puis la personne se lèvera et fera sa prière à son heure... Et il disait صلى الله عليه وسلم [au moment de rompre le jeûne]:

ذَهَـبَ الظَّمَـأُ، وَابْتَلَّـتِ العُـروق، وَثَبَـتَ الأجْـرُ إِنْ شـاءَ الله

 

Dhahaba adh-Dhama wa ibtallat al-'ouroûq wa thabata al-ajrou inchâ Allah

«
 La soif est dissipée, les veines sont abreuvées et la récompense restera avec la volonté d’Allah. »

 

 

Des pratiques dont il n'y a pas de mal pour le jeûneur




Il y a des pratiques dont il n'y a pas de mal pour le jeûneur s'il venait à les faire.

Parmi elles; s'embrasser et avoir des attouchements [entre époux], sans amplification, par crainte de tomber dans l'interdit qui est le rapport intime. Il a certes été authentiquement rapporté dans le hadîth, que 'Âïcha رضي الله عنها a dit: “Le prophète صلى الله عليه وسلم embrassait et avait des attouchements [avec ses épouses] alors qu'il jeûnait, et il était le plus apte parmi vous a contrôler ses désirs.” C'est-à-dire; ses besoins.

Et d'après Hakîm ibn 'Iqâl qui a dit: “J'ai questionné 'Âïcha: “Qu'est-ce qui m'est interdit de ma femme pendant que je jeûne?” Elle répondit: “Sa partie intime.”

Et d'après 'Oumar ibn al-Khattâb 
رضي الله عنه qui dit: “Je me suis réjouit [à la vu de ma femme] puis je l'embrassa alors que je jeûnais. Je dis [par la suite]: “Ô envoyé d'Allah! J'ai fait une chose terrible aujourd'hui, j'ai embrassé ma femme alors que je jeûnais.” Il répondit: « Vois-tu si tu te rince la bouche avec de l'eau alors que tu jeûnes [y a t-il un mal]? » Je répondis: “Il n'y a pas de mal.” Il dit: « N'est-ce pas la même chose? » [A] 

Cependant, à titre d'obstacle à tout intermédiaire [menant au rapport intime], il est déconseillé aux jeûnes ainsi qu'aux nouveaux mariés de s'embrasser et d'avoir des attouchements, en raison du hadîth qu'a rapporté Aboû Hourayra; “qu'un homme questionna le prophète 
صلى الله عليه وسلم à propos de l'attouchement pour le jeûneur, il lui autorisa. Un autre homme lui vint et il lui interdit. Car celui a qui il donna l'autorisation était un homme âgé, et celui à qui il lui interdit était un jeûne.” [1]

-----


[1] Sahîh Sounan Abi Dâwoud: 2090

-----


[A] Note du traducteur: L'imam al-Khattâbiy -qu'Allah lui fasse miséricorde- a dit: “Il y dans ce hadîth la confirmation du raisonnement par analogie “Al-Qiyâs” et l'union entre deux choses dans une seule sentence [juridique], dû à leur union dans la similitude, et ceci car le rinçage de la bouche avec de l'eau “Al-Madmana” est un intermédiaire afin que l'eau descende à la gorge et qu'il arrive au ventre, il y aura alors dans cela ce qui annule le jeûne. De la même manière, le baisé est un intermédiaire qui mène au rapport intime qui annule le jeûne. Il dit [le prophète صلى الله عليه وسلم ] lorsqu'une des deux pratiques n'est pas un annulatif pour celui qui jeûne, l'autre est donc pareil.” Voir 'Awn al-Ma'boûd charh Sounan Abi Dâwoud t7/p11.

 

Parmi elles; utiliser le Siwâk, et de la même manière, la brosse à dent, sans amplification.

Al-Boukhariy rapporte dans son recueil [de hadîth] authentique, que le prophète 
صلى الله عليه وسلم utilisait le Siwâk. Ibn ‘Omar se frottait les dents en début et fin de journée et il n'avalait pas sa salive. 'Atâ a dit: “Si sa salive s'accumule [et qu'il l'avale], je ne dis pas qu'il a rompu son jeûne. Ibn Sîrîn a dit: “Il n'y a pas de mal à faire usage d'un Siwâk humide (frais). Il lui fut dit: “Mais il a un goût.” Il répondit: “L'eau aussi a un gout et [pourtant] tu te rince [bien] la bouche avec.”

 

Parmi elles; la Hijâma (saignée par ventouse) et faire sortir le mauvais sang, et ce qui ressemble à ceci; faire un don de sang, et de la même manière le lavage rénale pour celui qui en souffre.

Al-Boukhariy rapporte dans son recueil authentique, d'après Ibn 'Abbâs qui a dit: “Le prophète 
صلى الله عليه وسلم a fait la Hijâma alors qu'il jeûnait.” Et Ibn 'Abbâs et 'Ikrima ont dit: “Le jeûne [s'annule] par ce qui entre et non pas par ce qui sort.”

 

Parmi elles; aspirer l'eau par le nez “Al-Istinchâq” et se rincer la bouche “Al-Madmana” sans amplification. En raison de sa parole صلى الله عليه وسلم : « Forces lorsque tu aspire l'eau par le nez, sauf lorsque tu jeûnes. »

Ce qui est compris du hadîth, c'est qu'il est permis d'aspirer l'eau par le nez pour le jeûneur, mais sans amplification [sans aller trop loin, sans forcer...]

Al-Boukhariy a dit: “Al-Hassan [al-Basriy] a dit: “Il n'y a pas de mal pour le jeûneur de se rincer la bouche et de se rafraichir [avec de l'eau].”

 

Parmi elles; se laver la tête, prendre un bain et nager...

L'imam Al-Boukhariy rapporte dans son recueil [de hadîth] authentique, d'après 'Âïcha رضي الله عنها qui dit: “Le prophète صلى الله عليه وسلم arrivait à l'aube en état d'impureté majeur “Jounouban” pendant le Ramadan sans faire de rêve [sensuel], il faisait donc ses grandes ablutions et jeûnait.”

Et Ibn 'Oumar mouillait un vêtement en le jetant sur lui alors qu'il jeûnait.

Et Anas dit: “J'ai certes une baignoire dans laquelle j'entre alors que je jeûne.” -Fin de citation-. Et la baignoire “Al-Abzan” est une pierre creuse qui est comme une cuve (qui en à la forme).


S'il est dit: “Et si l'eau entre dans la gorge par erreur?”


Je dis: il n'y a pas de mal à cela, en raison de Sa parole au Très-Haut:

« Nul blâme sur vous pour ce que vous faites par erreur, mais (vous serez blâmés pour) ce que vos coeurs font délibérément. Allah, cependant, est Pardonneur et Miséricordieux. »
[S33, V5]


Et en raison de sa parole صلى الله عليه وسلم : « L'erreur a été ôté à ma communauté. »

L'imam Al-Boukhariy rapporte dans son recueil [de hadîth] authentique, d'après 'Atâ qui a dit: “S'il prend et rejette de l'eau par son nez “Yastanthirou (Al-Istinthâr)” et que l'eau entre dans sa gorge, il n'y a pas de mal s'il n'a pas la capacité. -Fin de citation-. C'est-à-dire; s'il n'a pas la capacité de rejeter l'eau.

 

Parmi elles; goûter de la nourriture sans l'avaler.

Al-Boukhariy rapporte dans son recueil [de hadîth] authentique, d'après Ibn 'Abbâs 
رضي الله عنه qui a dit: “Il n'y a pas de mal à goûter ce qui se trouve dans la marmite ou toute autre chose.” Et il a dit: “Il n'y a pas de mal à ce qu'une personne goûte le vinaigre ou toute autre chose, tant que cette dernière n'entre pas dans sa gorge.”

 

Parmi elles; se mettre du Kouhl (l'antimoine pour se noircir le contour des yeux), se parfumer et ce qui y ressemble comme le collyre pour les yeux.

Al-Boukhâriy a dit dans son recueil [de hadîth] authentique: “Anas, Al-Hassan et Ibrahim ne voyaient pas de mal pour le jeûneur de mettre du Kouhl.”

Ibn Hajar a dit dans Al-Fath t4/p183: “Les salafs aimaient pour le jeûneur le bien-être, le toilettage, l'arrangement des cheuveux “At-Tarajjal”, l'huile, le Kouhl et ce qui est semblable à ceci.” -
Fin de citation-.

Et “At-Tarajjal” et le “Tarjîl”, c'est le coiffage des cheveux, leurs propreté et leurs soins comme il est mentionné dans al-Lisân.

 

Parmi elles; faire une piqûre ou une perfusion autre qu'alimentaire, il n'y a pas de mal à tout ceci, tant qu'elles n'aboutissent pas à l'estomac et qu'elles ne contienent pas une valeur de substance alimentaire.

La base dans ce genre de questions nouvelles, c'est qu'elle ne tiennent ni de l'obligation, ni de l'interdiction “Al-Ibâha”, tant qu'un texte [légal] nous renvoi pas à son interdiction.

 

Traduit par le frère Abou Ibrahim al Kurdy.

Published by Abou Malik - al Ibada (L'adoration)

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog