Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1 2 > >>

Articles avec #ce qui annule l'islam

Cheikh Ali Al Khodeyr -hafidhahuLlâh- dit : 


Il y a une définition plus précise que celle d’Ibnu Al Qayyim, qui est : "كل مجاوزة في الكفر  " Tout abus et dépassement des limites dans la mécréance : Celui qui abandonne la prière, à titre d’exemple, est mécréant, si maintenant il appelle les gens à l’abandonner ou qu’il punisse ceux qui l’accomplissent : ceci est un excès et un dépassement des limites dans la mécréance, il est donc un « Tâghût ».

De même, celui qui sacrifie pour autre qu’Allâh, cet acte est de l’association majeure, si maintenant, il appelle les gens à sacrifier pour autre qu’Allâh, ou qu’il leur embellisse cet acte, il a alors dépassé les limites dans la mécréance, il est donc un « Tâghût ».

Dans le même cas, celui qui permet une chose qu’Allâh a interdit, cet acte est un excès et un dépassement des limites au sein même de la mécréance ».

 

 

Explication des trois Fondements p.71 Cheikh Ali Al-khodeyr


Voir les commentaires

Published by Sulaymân Abû Mâlik - Ce qui annule l'Islam

Au nom de Dieu, le Miséricordieux, le tout Miséricordieux

Abou Hâmâm Bâkr Ibn ‘Âbd El ‘Âziz El Âtharî dit dans son livre “El Kâwkâb El Dourî El Mounîr Fî Îbtalî Hôkân El Tâkhdhîr ‘Ân Tâkfîr Koulî Hâkêm Chîrîr “ Page 10-12 : 

-1 من لم يكفر من نص الوحي على تكفيره بعينه فهو كافر .فمن لم يكفر إبليس أو فرعون أو هامان أو أبا لهب أو أبا جهل أو أبا طالب أو غيرهم ممن جاء تكفيرهم في القرآن أو السنة فهو كافر لأنه رد على الوحي وكذبه . وهذا أمر ظاهر بين لا يخالف فيه إلا من طمس الله على بصيرته . قال الشيخ أبو بصير الطرطوسي حفظه الله : والعلة في كفره، أن الذي لا يكفر الكافر يكون قد سمى الأشياء بغير مسمياتها الشرعية، وحكم عليها بخلاف حكم الله تعالى، حيث جعل من الكفر والشرك إسلاماً وإيماناً ومن الكفار والمشركين الذين يستحقون المعاداة مسلمين مؤمنين يستحقون الموالاة والجنة، وهذا منه تعقيب على الله تعالى ورد لحكمه، وتكذيب وجحود لما أمر الله به وإن لم يسمه هو تكذيباً وجحوداً. أهـ [ قواعد في التكفير ص 307 ] ولما سُئل الشيخ ابن عثيمين رحمه الله عن رجل يقول : "إن إبليس لم يكفر". حكم بكفر صاحب هذه المقولة، واستدل بقوله تعالى : (وَإِذْ قُلْنَا لِلْمَلائِكَةِ اسْجُدُوا لآدَمَ فَسَجَدُوا إِلا إِبْلِيسَ أَبَى وَاسْتَكْبَرَ وَكَانَ مِنَ الْكَافِرِينَ ) [ البقرة : 34 ] وبقوله تعالى : (فَسَجَدَ الْمَلائِكَةُ كُلُّهُمْ أَجْمَعُونَ * إِلا إِبْلِيسَ اسْتَكْبَرَ وَكَانَ مِنَ الْكَافِرِينَ ) [ ص : 73-74 ]


1-Celui qui ne rend pas mécréant le mécréant où les textes révélé ont jugé de sa mécréance à l’individu même est un mécréant : Celui qui ne rend pas mécréant Ibliss ou le Pharaon ou Haman ou Abou Lahab ou Abou Taleb ou autre qu’eux dont leurs mécréances est présente dans le Coran ou la Sunna est un mécréant car il a refoulé la révélation et l’a démenti. Et ceci est un sujet clair et apparent ou personne ne le contredit seulement excepté la personne qu’Allah a oblitéré sa clairvoyance. Abu Basir El Tartoussy qu’Allah le préserve dit : et la cause de sa mécréance, celui qui ne rend pas mécréant le mécréant a appelé les choses contrairement a leurs appellations légitime, et a jugé contrairement au jugement d’Allah Tâ'âlâ, car il a considéré parmi cette mécréance et cet association comme étant un Islam et un Foi, puis des mécréants et des associateurs qui méritent l’inimitié comme des Musulmans Croyants méritant l’alliance et le Paradis, et ceci est une blennorragie de sa part envers Allah Tâ'âlâ et un refoulement a son jugement, de tel manière que cela est un démenti et une incrédulité de ce qu’Allah a ordonné même si lui n’appel pas cela comme un démenti ou une incrédulité. Fin de citation [Les Principes dans le Takfir : P 307]. Et quand Cheykh El Outheymin fut questionné sur une personne qui a dit : “Ibliss n’a pas mécrut“, il jugea mécréant l’auteur de cette parole, et c’est appuyé de sa parole Tâ'âlâ :(Et lorsque nous demandâmes aux Anges de se prosterner devant Adam, ils se prosternèrent a l’exception d’Ibliss qui refusa, s’enfla d’orgueil et fut parmi les mécréants) [Bakara : 34] et de sa parole Tâ'âlâ :(Alors tous les Anges se prosternèrent** Excepté Ibliss qui s’enfla d’orgueil et fut parmi les mécréants) [Sād : 73-74] 

2- من لم يكفر الكافر الأصلي كاليهودي والنصراني والمجوسي ونحوهم فهو كافر قال القاضي عياض بعد أن نقل في الشفا (2/280-281) عن الجاحظ وثمامة زعمهم ؛ أن كثيراً من العامة والنساء والبله ومقلّدة اليهود والنصارى وغيرهم ؛ لا حجة لله عليهم ، إذ لم يكن لهم طباع يمكن معها الاستدلال : ( ... وقائل هذا كله كافر بالإجماع على كفر من لم يكفر أحداً من النصارى واليهود وكل من فارق دين المسلمين أو وقف في تكفيرهم أو شك ، قال القاضي أبو بكر : لأن التوقيف والإجماع اتفقا على كفرهم فمن توقف في ذلك فقد كذّب النص والتوقيف أو شك فيه ، والتكذيب أو الشك فيه ، لا يقع إلا من كافر . أهـ وقال أيضاً رحمه الله (2/286) : ( ولهذا نُكفّر من لا يُكفّر من دان بغير ملّة المسلمين من الملل أو وقف فيهم أو شك أو صحّح مذهبهم، وإن أظهر بعد ذلك الإسلام واعتقده واعتقد إبطال كل مذهب سواه ، فهو كافر بإظهاره ما أظهر من خلاف ذلك ) أهـ . وقال الشيخ أبو بطين : وقد أجمع المسلمون على كفر من لم يكفر اليهود والنصارى، أو شك في كفرهم، ونحن نتيقن أن أكثرهم جهال . أهـ [الدرر السنية 12/69 ]


2-Celui qui ne rend pas mécréant le mécréant d’origine comme le Juif et le Chrétien les Majouss et autres similaire a eux est un mécréant : Kâdhy ‘Iyâdh dit après avoir transmis dans le Chifa (281-280/2) d’El Jahidh et Thoumama leurs prétentions ; qu’un grand nombre parmi les commun, les femmes, les Handicapés, et ce qui suivent aveuglement parmi les Juif et les Chrétiens et autre qu’eux, qu’Allah n’a pas de preuve sur eux, a savoir qu’ils n’ont pas de coutume permettant ainsi a celui-ci d’être une déduction de repérage :(…Celui qui dit tous ca est un mécréant avec l’unanimité sur la mécréance de celui qui ne rend pas mécréant aucun des Juifs et des Chrétiens et tous ceux qui se détachent de la religion des Musulmans ou s’abstient de les expié ou doute, Kadhy Abou Bakr dit : car l’abstention et l’unanimité sont d’accord de leurs mécréance, celui donc qui s’abstient a ce sujet a démenti les textes, en sachant que l’abstention et le doute et cela ne proviennent que d’un mécréant. Fin de citation, et il dit aussi (286/2) : (Et c’est pour cela que nous rendons mécréant ceux qui ne juge pas mécréant celui professe une religion contraire a celle des Musulmans parmi les différentes religions, ou c’est abstenu a leurs sujet ou a douté ou encore a authentifié leurs doctrine, même s’il manifeste après cela l’Islam et sa persuasion et la conviction de l’invalidation de toutes autres doctrine, celui-ci est quand même mécréant dut a ce qu’il a manifesté qui contredit cela) fin de citation. Et le Cheykh Abou Batin dit : les Musulmans sont unanimes sur la mécréance de celui qui juge pas mécréant les Juifs et les Chrétiens, ou a douté de leurs mécréance, et nous nous sommes convaincu que la plupart d’entre eux sont des ignorants. Fin de citation [El Dôrâr El Sânyâ : 6912] 

-3من لم يكفر من أجمع العلماء على تكفيره بعينه فهو كافر .قال الحافظ السخاوي في ( القول المُنبي عن ترجمة ابن العربي ) : (.. وقد قال ابن المقري في الردة من كتاب "الروض" مختصر" الروضة " ؛ من تردد في تكفير اليهود والنصارى وابن عربي وطائفته فهو كافر ) أهـ . نقلا عن شرح نونية ابن القيم (1/166) ، وذكره الشيخ محمد بن عبد الوهاب في ( مفيد المستفيد في كفر تارك التوحيد ). وأنظر الدرر السنية في الأجوبة النجدية 9/423 . وقال الشيخ محمد بن عبد الوهاب رحمه الله : وأما كلام الشافعية، فقال صاحب الروض رحمه الله : إذا ذبح للنبي صلى الله عليه وسلم كفر، وقال أيضاً : من شك في كفر طائفة ابن عربي فهو كافر . أهـ [ الدرر السنية 9/423 ] وهاك أيها القارئ هذا المثال التوضيحي : قال الإمام ابن حجر العسقلاني رحمه الله في ترجمة الحجاج بن يوسف بن أبي عقيل الثقفي : .. وكفّره جماعة منهم : سعيد بن جُبير، والنخعي، ومجاهد، وعاصم بن أبي النجود، والشعبي، وغيرهم . أهـ [ تهذيب التهذيب في رجال الحديث 1/673-674 ] وتأمل في قول الإمام طاووس حين قال : عجباً لإخواننا من أهل العراق يسمون الحجاج مؤمناً.أهـ فمع أن طاووس يذهب إلى كفر الحجاج إلا أنه لم يكفر من لم يكفره، وسماهم " إخواننا " وما ذاك إلا لأن الحجاج لم يُجمع على تكفيره، فتأمل .

3-Celui qui ne rend pas mécréant ceux que les savants ont considéré avec l’unanimité mécréant a l’individu même est mécréant : El Hafidh El Sâkhâwî dit dans (La parole qui informe de la biographie d’Ibn El Arabi) : (…Et Ibn El Mourqry a cité l’apostasie dans le Livre “El Râwdh“ un résumer de “El Râwdhâ“ ; de celui hésite de la mécréance des Juifs et des Chrétiens et Ibn El Arabi puis son groupe est un mécréant) Fin de citation. Citation copier de l’explication du Poème d’Ibn El Qâyîm (166/1), et l’a aussi cité Môhâmed Ibn ‘Âbd El Wâhâb dans (Moufîd El Moustâfîd Fi Koufr Tarek El Tawhed) et regarde aussi El Dôrâr El Sânîyâ Fil Ajwibatoul Najdya 423/9. Cheykh Mohamed Ibn Abd El Wahab dit : en ce qui concerne l’avis des Chafi’iya, alors l’auteur d’El Râwdh dit : s’il dévoue son égorgement au Prophète , il a alors mécrut, il dit aussi : celui qui doute de la mécréance du groupe d’Ibn El Arabi est alors un mécréant. Fin de citation [El Dôrâr El Sânîyâ : 423 :9] et tien mon chère lecteur cet exemple explicateur : El Imam Ibn Hajar El ‘Azqalani dit dans la biographie de Hajaj Ibn Yusuf Ibn ‘Uqayl El Thaqafi : Et un groupe l’ont rendu mécréant parmi eux : Saïd Ibn Joubayr, El Nakha’i, Moujahid, Asem Ibn Abil Noujoud, El Cha’bi, et autre qu’eux. Fin de citation [Tahdhib El Tahdhib Fi Rijal El Hadith : 674-673/1] et médite bien la parole de l’Imam Tawouss quand il dit : cela est certes surprenant de nos frères parmi les gens de l’Iraq qui appellent El Hajaj Croyant. Fin de citation malgré que Tawouss voit la mécréance d’El Hajaj seulement il ne rend pas mécréant celui qui ne le juge pas mécréant, et les a appelé “nos frères“ et cela seulement car il n’y ai eu l’unanimité sur la mécréance d’El Hajaj médite donc bien. 

-4من تبين له بالأدلة الشرعية كفر فلان من الناس بعينه ثم توقف عن تكفيره فهو كافر. قال أبو زرعه عبيد الله بن عبد الكريم الرازي ( 264هـ) : من زعم أن القرآن مخلوق فهو كافر بالله العظيم كفراً ينقل عن الملة ، ومن شك في كفره ممن يفهم فهو كافر . أهـ وقال مثله تماما أيضاً أبو حاتم محمد بن إدريس الرازي (277هـ) وروى ذلك كله اللالكائي في السنة ( 2/176) . وقال حفيد الشيخ محمد بن عبد الوهاب الشيخ سليمان في رسالته " أوثق عرى الإيمان ": إن كان شاكاً في كفرهم أو جاهلاً بكفرهم بينت له الأدلة من كتاب الله وسنة رسوله على كفرهم، فإن شك بعد ذلك وتردد فإنه كافر بإجماع العلماء على أن من شك في كفر الكفار فهو كافر، وإن كان يقول: أقول غيرهم كفار ولا أقول هم كفار، وبهذا حكم منه بإسلامهم، إذ لا واسطة بين الكفر والإسلام، فإن لم يكونوا كفاراً فهم مسلمون وحينئذ فمن سمى الكفر إسلاماً أو سمى الكفار مسلمين فهو كافر، فيكون هذا كافر. أهـ
وقال شيخنا المراكشي نظماً :
ورغم ما قُلتُ من التحذيرِ لا ينبغي الوُقوفُ في التكفيرِ
إذا بَدَا الكفرُ جَلِيًّا وظَهرْ منْ لمْ يُكَفِّرْ كافرًا فقدْ كَفَرْ

 

4-Celui qui c’est apercu avec les preuves légitime la mécréance d’untel parmi les gens mais il c’est abstenu de l’expier est un mécréant : Abou Zar’a dit ‘Ôubâyd Allah Ibn ‘Abd El Karim El Razî (264 hégire) : Celui qui prétend que le Coran est création a mécrut en Allah le Glorieux, une mécréance qui expulse de la religion, et celui qui doute de sa mécréance parmi celui qui a saisi est un mécréant. Fin de citation et pareillement a aussi dit Abou Hatem Môhamêd Ibn Idriss El Razî (277 hégire) et tous cela a été cité par El-Lâlâqâî dans la Sunna (176/2). Et le petit fils du Cheykh Mohamed Ibn Abd El Wahab Cheykh Soulayman dit dans sa Lettre “Awthaq ‘Oural Iman“ : S’il éprouve du doute dans leurs mécréance ou de l’ignorance, les preuves lui sont alors montré du Livre d’Allah et de la Sunna du Messager sur leurs mécréance, s’il doute alors après cela ou hésite, il est alors mécréant avec l’accord des savants s’appuyant ainsi sur celui qui doute de la mécréance du mécréant est alors un mécréant, même s’il dit : je dit qu’hormis eux sont mécréants mais je ne dit pas que cela sont des mécréants, et cela est un jugement sur leurs Islam de sa part, en sachant qu’il n’y a pas de milieu entre la mécréance et l’Islam, si ces derniers ne sont pas des mécréants alors ce sont des Musulmans et a ce moment, celui qui nomme la mécréance Islam ou nomme les mécréants Musulman est un mécréants, celui la devient donc mécréant. Fin de citation. 

Notre Noble Cheykh El Mârâkouchî dit poétiquement :


Malgré ce que j’ai dis comme mise en garde 
Il n’appartient de s’abstenir dans le Takfir
Si mécréance est apparu distinctement 
Celui qui ne rend pas mécréant le mécréant est mécréant 




Fin de Citation

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Ce qui annule l'Islam

Œuvre du grand savant et imam de la Sounnah Mouhammad ibn ‘Abdelwahhâb

 

 

Le grand savant et imam de la sounnah Mouhammad ibn ‘Abdelwahhâb a dit :

 

Sache qu’il y a dix choses qui annulent l’islam : 

- La première : Le polythéisme dans l’adoration d Allah ‘azza wa djall.

Allah ta‘ala a dit : « Certes Allah ne pardonne pas qu’on Lui associe. A part cela, Il pardonne à qui Il veut. » (Sourate 4 verset 48) et Allah dit « Quiconque associe à Allah (d’autres divinités) Allah lui interdit le Paradis; et son refuge sera le Feu. Les injustes n’ont pas de secoureurs » (Sourate 5 verset 72)

Et cela comprend le fait d’égorger un animal en sacrifice pour un autre qu’Allah, comme par exemple celui qui sacrifierait pour un djinn ou un tombeau.

 

- La deuxième : Celui qui met des intermédiaires entre Allah et lui qu’il invoque, leur demande l’intercession, et en qui il place sa confiance, devient par cela mécréant selon l’unanimité.

 

- La troisième : Celui qui ne considère pas les polythéistes mécréants, ou bien qui doute de leur mécréance, ou authentifie leur doctrine, devient mécréant.[1]

 

- La quatrième : Celui qui a la conviction qu’une guidée, autre que celle du Prophète (salla Allahou ‘alayhi wa salam) est plus parfaite que la sienne, ou qu’un jugement autre que le sien est meilleur, comme ceux qui préfèrent le jugement des tawâghît[2] à son jugement, est un mécréant.

 

- La cinquième : Celui qui déteste une chose venue du messager d’Allah est un mécréant, et même s’il la met en application.[3]

 

- La sixième : Celui qui rabaisse une chose faisant partie de la religion, ou de la récompense d’Allah ou du châtiment est un mécréant, cela est prouvé par les versets « Dis : Etait-ce d’Allah, de Ses versets et de Son messager que vous vous moquiez ? Ne vous excusez pas, vous êtes certes devenu mécréant après avoir cru » (Sourate 9 versets 65-66)

 

- La septième : La sorcellerie, qui inclut le çarf et le ‘atf[4], celui qui la pratique ou l’agréée est un mécréant, et cela est prouvé par le verset : « …mais les démons sont mécréants car  ils enseignent aux gens la magie ainsi que ce qui est descendu aux deux anges Harout et Marout, à Babylone; mais ceux-ci n’enseignaient rien à personne, sans qu’ils n’aient dit d’abord: « Nous ne sommes rien qu’une tentation: ne sois pas mécréant », et ils apprennent auprès d’eux ce qui sème la désunion entre l’homme et son épouse.» (Sourate 2 verset 102)

 

- La huitième : Secourir les polythéistes et les aider contre les musulmans, cela est prouvé par le verset « Ô croyants, ne prenez pas pour allié les juifs et les chrétiens, ils sont alliés les uns aux autres. Et quiconque d’entre vous les prend pour allié est alors un des leurs, certes Allah ne guide pas les gens injustes. » (Sourate 5 verset 51)

 

- La neuvième : Celui qui croit au fait que certaines personnes peuvent sortir de la loi islamique de Mouhammad le messager d’Allah (salla Allahou ‘alayhi wa salam), de la même manière qu’al Khadir pouvait sortir de la loi de Moûssâ (‘alayhi salam) est un mécréant.[5]

 

- La dixième : Se détourner de la religion d’Allah, ne pas l’apprendre ni la pratiquer, et cela est prouvé par le verset « Qui est plus injuste que celui à qui les versets d’Allah sont rappelés et qui ensuite s’en détourne? Nous nous vengerons certes des criminels. » (Sourate 32 verset 22)

 

 

Et il n’y a aucune différence concernant ces annulations de l’islam, entre celui qui les commet  pour plaisanter, sérieusement, ou par peur, seul celui qui y est contraint est excusé.[6] Chacune de ces annulations fait partie des choses les plus dangereuses, et les plus commises. Il faut donc que le musulman y prenne garde et qu’il en ait peur pour lui-même. Nous cherchons protection auprès d’Allah contre les causes de Sa colère et la douleur de Son châtiment.

 

 

 


[1] Les polythéistes comprennent tous les mécréants : juifs, chrétiens, communistes, athées, idolâtres….

 

[2] « Tawâghît » en arabe est le pluriel du mot « tâghoût », c’est un mot qui désigne tout ce dans quoi l’homme dépasse ses limites envers ce qu’il adore, ce qu’il suit ou ce à quoi il obéit, comme par exemple : Satan, celui qui se fait adorer en dehors d’Allah et qui en est satisfait, les sorciers et ceux qui prétendent connaître l’inconnu, celui qui juge par autre que la loi d’Allah, et tout ce qui contredit la loi islamique.

 

[3] Cela est prouvé par le verset « C'est parce qu’ils ont détesté ce qu’Allah a fait descendre qu’Il a rendu vaines leurs oeuvres. » (Sourate 47 verset 9)

 

[4] Le çarf est ce qui détourne quelqu’un d’une personne qu’il aime en utilisant la magie. Quant au ‘Atf, c’est le contraire du çarf, c’est ce qui fait plaire à quelqu’un une personne qu’il n’aime pas en utilisant la magie.

 

[5] Al Khadir était selon l’avis correct un prophète qui vivait à l’époque du messager Moûssâ. Il recevait une révélation de la part d’Allah ce pourquoi il est considéré prophète, et de ce fait il n’était pas obligé de suivre la loi de Moûssâ. Et aussi car le message de Moûssâ ne s’adressait qu’aux fils d’Israël, et Al Khadir n’en faisait pas partie donc il pouvait sortir de la loi de Moûssâ. Le récit de cette histoire se trouve dans la sourate 18 « Al Kahf » (La caverne), du verset 60 au verset 82. Mais le prophète Mouhammad (salla Allahou ‘alayhi wa salam) est le dernier des prophètes, son message est valable pour toute l’humanité, et la preuve de cela est la parole d’Allah ta‘âlâ « Dis : « Ô hommes ! Je suis pour vous tous l’Envoyé d’Allah. » (sourate 7 verset 158) Et quiconque suit une autre religion que la sienne est un mécréant selon l’unanimité des musulmans, et cela est prouvé par le Coran « Et quiconque désire une religion autre que l’Islam, ne sera point agréé, et il sera, dans l’au-delà, parmi les perdants. » (sourate 3 verset 85)

 

[6] La contrainte a été définie par les savants comme étant par exemple le cas où les mécréants obligeraient le musulman à apostasier, en lui mettant un sabre sur la nuque par exemple, et que s’il n’apostasie pas il y a réellement risque qu’ils mettent leur menace à exécution, dans ce cas il lui est permis de faire apparaître la mécréance, mais à condition que dans son cœur il reste serein sur la foi de l’islam. La torture est également considérée comme une contrainte, à condition que dans son cœur il reste serein de la foi. Quant à celui qui est contraint mais que dans son cœur il est serein sur la mécréance, alors c’est un mécréant, même s’il était contraint.

 

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Ce qui annule l'Islam

Soulayman Ibn Abdallah, rahimahoullah, a dit :

« Sache que les savants sont unanimes que celui qui adresse quoi que ce soit parmi les deux types d’invocation à un quelqu’un d’autre en dehors d’Allah est un polythéiste, même si il disait la ilaha illa Allah Mouhammad Ar-Rassoulallah et même si il accomplissait la prière et faisait le jeûne. Car, la condition de validité de l’Islam, en dehors du fait de prononcer la Chahada, c’est que personne ne soit en droit d’être adoré en dehors d’Allah. Celui qui vient avec la Chahada et adore autre qu’Allah, alors il n’est pas venu avec la réalité de la Chahada, même si il la prononce. C’est comme les juifs qui disaient aussi qu’il n’y a nulle divinité en dehors d’Allah, mais ils étaient des polythéistes.

La simple prononciation de la Chahada n’est pas suffisant en Islam, sans la conviction et l’application de sa signification et ceci fait objet du Consensus »

(Source : Tayssir Al-Aziz Al-Hamid, pages 154, 155. Fatawa Nadjdiyyah, la réalité de l’Islam et les conditions de son acceptation, 2ème thème)

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Ce qui annule l'Islam

 

 

Mouhammad Ibn Abd Al-Wahhab, rahimahoullah, a dit :

« Sache, qu’Allah te fasse Miséricorde, que la Religion d’Allah c’est : Le cœur avec la conviction, l’amour et la haine. La langue en manifestant la Foi et délaissant la prononciation de la mécréance. Et les membres du corps en accomplissant les piliers de l’Islam et délaissant les actes de mécréance. Alors, si quoi que ce soit parmi ces trois choses manque, l’homme aura mécru et apostasié de l’Islam »

(Source : Ad-Dourar As-Saniyyah, 10/87, 88. Fatawa Nadjdiyyah, la réalité de l’Islam et les conditions de son acceptation, 2ème thème)

 

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Ce qui annule l'Islam

Abu 'Iyaad as-Salafi

Source: Madakhilaah
Traduit par Oum Aïcha 

Pris du site : http://salafiyyah-jadeedah.tripod.com


Il y a des actes et des paroles qui font sortir une personne de l'Islam et le fait qu'elle veuille quitter l'Islam (qasd), ou veuille faire du kufr ou encore qu'elle croit en la parole de kufr qu'elle a prononcé n'est pas une condition.
Ibn Hajr a dit, "Il y a parmi les Musulmans certains qui sortent de la religion sans vouloir (qasd) quitter la religion et sans choisir une autre religion que l'Islam." [1] 

Shaikh ul-Islam Ibn Taymiyyah a dit, "Quiconque dit ou commet ce qui est de la mécréance, kufr, aura mécrut à cause de cela, même s'il n'avait pas désiré (lam yaqsud) devenir un mécréant (par l'acte), puisque personne ne désire la mécréance excepté ceux qu'Allah veut." [2] 

Pour illustrer ce point, une personne par exemple peut se prosterner devant une idole et cet acte en soi-même est du kufr qui expulse de la religion. La règle du takfir peut être appliqué sur une personne, à condition que les barrières préventives du takfir soient enlevées (comme la contrainte, l'erreur). Cependant, cela ne fait pas partie des conditions qu'une personne "ait voulu faire du kufr" par cet acte, avant qu'il soit jugé mécréant, car les mushrik qui adorent les morts et les invoquent, en croyant que les morts les exaucent et les protègent, ils n'ont pas "eut l'intention de faire du kufr" par ces actes, mais plutôt ils les considèrent comme étant une adoration et comme étant quelque chose qui rapproche d'Allah, pourtant ce sont les plus grands actes de shirk et d'apostasie.

Pour illustrer avec un autre exemple, une personne qui se moque et qui insulte Allah ou le Messager, il n'est pas reqcuis comme condition que cette personne "ait desire le kufr" par ses paroles de moquerie et d'insulte, ni qu'elle "ait cru (i'taqada) en ce qu'elle a dit" avant que le takfir ne soit fait sur elle. Mais plutôt, si elle dit ces mots volontairement, en ayant l'intention de les dires, désirant dire ces paroles, alors c'est du kufr qui expulse de la religion. Cependant, il y a une différence entre le fait de "désirer l'acte" et "désirer le kufr". Le fait de "désirer le kufr" n'a pas de signification et sa présence ou son absence n'a pas de rapport avec la règle du takfir (dans les cas ou l'acte est du kufr majeur qui expulse de la religion). [3] Cependant, celui-ci, "ayant désiré l'acte", signifie que la personne a fait l'acte volontairement, donc cela doit avoir un rapport avec la règle du takfir, car cela se rapporte aux barrières préventives et recquiert des conditions pour l'application du takfir, dans le sens que l'on doit vérifié que cet acte n'apparaît pas sous la contrainte, ou ne soit pas une erreur.

Ibn al-Qayyim a dit, "Celui qui a prononcé, lorsqu'il a trouvé son chameau perdu, "O Allah, tu es mon serviteur et je suis ton Seigneur" s'est trompé à cause d'une joie extrême et il n'a pas mécru par ces mots, bien qu'il ait prononcé du kufr pur et clair. Ceci parce qu'il ne voulait pas le dire. Et celui qui est constraint à prononcer du kufr, a en effet parlé avec une parole de kufr, mais il ne devient pas mécréant puisqu'il ne voulait pas prononcer cette parole, au contraire de celui qui se moque (d'Allah, du Messager ou de la religion). Dans ce cas, une telle parole prononcée impliquera la mécréance et le divorce, même s'il ne faisait juste que plaisanter, puisqu'il désirait prononcer ces mots (qaasidun littakallum bil-lafdh). Et puis même s'il ne faisait que plaisanter il n'y aurait aucune excuse pour lui, au contraire du cas de celui qui est contraint, ou qui s'est trompé, ou bien qui était distrait. Dans ce dernier cas une telle personne est excusée…" [4] 

Shaikh ul-Islaam Ibn Taymiyyah a dit, "Quiconque prononce avec sa langue une parole de kufr sans avoir eut besoin (de la prononcer), la disant volontairement, en sachant que c'est une parole de kufr, alors il devient mécréant à cause de cela à la fois intérieurement et extérieurement, et il n'est pas permis de dire, "Il est possible qu'il soit toujours croyant intérieurement…"" [5] 

Shaikh ul-Islaam a ajouté à la parole ci-dessus, en explication du verset dans Surat Nahl, "Quiconque a renié Dieu après avoir cru... - sauf celui qui y a été contraint alors que son coeur demeure plein de la sérénité de la foi - mais ceux qui ouvrent délibérément leur coeur à la mécréance, ceux-là ont sur eux une colère de Dieu et ils ont un châtiment terrible. (Nahl 16:106)" : "Et il est connu qu'il n'a pas voulu par la mécréance mentionné ici, la mécréance qui est en rapport avec la croyance (i'tiqaad) du cœur seulement, car un homme ne peut être contraint concernant cela ( c à d, son cœur ne peut pas être forcé à avoir une croyance particulière, bien qu'il puisse être forcé à la dire avec sa langue). Et il a excepté celui qui est contraint (à mécroire) mais n'a pas parlé de celui qui a prononcé du kufr et qui a cru en ce qu'il a dit, car il a excepté celui qui a été contraint…" [6] 

En d'autres termes, seulement celui qui prononce du kufr sous la contrainte est excusé, quant à celui qui prononce du kufr, alors il a mécru, sans tenir compte de si son cœur a cru en ce qu'il a dit ou pas, car bien qu'un homme puisse être forcé à dire quelque chose avec sa langue, il ne peut pas être forcé à l'accepter et à y croire avec son cœur, et de là la contrainte qui est mentionnée dans le verset cité plus haut, est celle de la langue uniquement. Ainsi ce n'est pas une condition que lorsqu'une personne prononce du kufr, qu'elle croit aussi en ce qu'elle a prononcé pour que cela soit considéré comme de la mécréance.
________________________________________
Notes de bas de page:

[1] Fath ul-Baree (12/373)

[2] As-Saarim al-Maslool (p.178)

[3] Si une personne désire le kufr dans son cœur, alors elle deviendra une mécréante à cause de cela, sans se soucier de savoir si elle a fait un acte de kufr ou non.
[4] I'laam ul-Muwaqqi'een (3/63)

[5] Saarim al-Maslool (p. 524)

[6] Ibid

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Ce qui annule l'Islam

par Shaykh Haamid al-'Ali


Question : 

Nous discutions à propos de l'infidèlité de Arafaat, et l'un [des participants] a posé cette question, et comme cette question a été répétée plusieurs fois, je souhaite que vous puissiez nous répondre, qu'Allah vous bénisse. 

Yaasir Arafaat est-il infidèle (mécréant) ? Chaque type de mécréance exige-t-elle d'examiner la condition de la personne en question ? Y a t-il des obstacles à l'appeler mécréant ? Devons-nous regarder et devons-nous voir si quelqu'un a établi la hujjah ? Et est-ce une condition pour tous actes de mécréance ? 


Réponse :

Louange à Allah, et que la paix et les bénédictions soient sur Muhammed et sa famille, et ses compagnon ; :

Quant à Yaasir Arafaat et ses semblables qui prononce la shahaadah, se réclamant être Musulman apparemment, mais aussi croyant à la laicité comme étant idéal, et la prennant comme méthodologie, ils sont des infidèles, et les règles de l'apostasie sont appliquées sur eux. 

Les savants ont consenti que quiconque se tient à la laïcité est alors incroyant, car c'est une doctrine qui permet l'infidèlité et l'hérésie, d'avoir des muwalaat pour les athés dans ce qui n'est pas permis, et de les autoriser à propager leur infidèlité comme « la liberté des choix et des opinions », et que tout ca est digne d'éloge envers eux ; pour la plupart des opinions, des croyances et types de mécréances, cela est une preuve supplémentaire du développement de l'humanité, qu'ils disent ; qu'Allah les combatte. 

De la même manière ils croient que repousser les lois d'Allah, le Très Haut, pour la démocratie est une bonne chose. [La laïcité] est une doctrine qui nomme l'homme comme le seigneur et dirigeant, avec le droit de démonter les lois d'Allah, le Très Haut, d'établir et de les remplacer avec d'autres, et cela rend les passions de l'homme comme étant un dieu, et son esprit un maître qui doit obéir entièrement, prenant la priorité sur l'obéissance à Allah, le Très Haut. 

Quiconque croit en ces idées d'incroyance, qui sont claires dans leurs annulations de l'Islaam, est déclaré mécréant - même s'il a prononcé les shahadatayn, les prononçer ne lui sera pas le moins du monde bénéfique - mais on ne doit pas appliquer le takfir sur celui dont l'infidèlité peut être légèrement cachée [et non de questions apparentes], jusqu'à ce que les preuves soient établies sur lui, et que les obstacles pour le déclarer mécréant aient été enlevé. 

Il est connu que ce n'est pas une condition lorsque l'on gouverne sur quelqu'un qui est venu avec une annulation claire de l'Islaam, comme insulter Allah, le Très Haut, ou Son messager ou Sa religion, ou qui croit au polythéisme ou au panthéisme, et les mêmes annulations qui sont clairement en contradiction pour évider l'Islaam, ceci n'est pas une condition, quand on le déclare infidèle, savoir que ce qu'il fait est de la mécréance, plutôt ceci [la condition] est seulement pour ces questions méticuleuses. Tous cela concerne ceux qui ont dit les shahadatayn s'ils viennent après avec une annulation. 

Quant aux autres qui sont comme eux, de ceux qui ne sont pas des gens des shahadatayn, alors ils sont des mécréants dans les jugements de la dunya, que l'appel à l'Islaam leur ait été fait ou non, et que le Qur'aan les ait atteint ou non. 

Mais s'ils meurent avant d'entendre parler de l'Islaam, alors leur jugement dans l'au-delas est qu'ils sont des gens d'al-Fatrah ; mais si l'appel les a atteints avant la mort, et ils n'ont pas cru, alors leur destination dans l'au-delas est pareil à ceux des infidèles dont Allah nous a parlé dans le Qur'aan, et quelle mauvaise destination!!, qu'Allah nous protège de cela, et Allah sait mieux. 

06/11/2002.


Source :

http://salafiyyah-jadeedah.tripod.com
http://salafiyyah-jadeedah.tripod.co...isbeliever.htm
Traduit de l’anglais par notre sœur Oumm Majda


[note du traducteur]:

1. Les gens d'al fatrah, sont ceux au Jour du Jugement qui vont être testés / éprouvés, après ca ils iront à leur vrai destination.

2. En ce qui concerne : que l'Islaam ne l'ai est pas atteint, il est nécessaire de noter que al-Imaam Ahmad dans le troisième siècle de l'Islaam (il y a un peu plus de 1000 ans), une fois a dit: "Je ne connais personne dans ce monde, à qui l'Islaam ne l'ai pas atteint, {pour qu'ils soient considérés faisant parti des gens d'al fatrah}".]

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Ce qui annule l'Islam

Cheikh Mohammed Ibn Abdel Wahab dit concernant le dixième annulatif:

« Se détourner de la religion d’Allah, ne pas l’apprendre et ne pas l'appliquer»
La preuve étant Sa parole ta3âla : « Qui est plus injuste que celui qui se détourne des signes de son Seigneur quand on les lui rappelle? Mais c’est avec rigueur que Nous sévirons contre les criminels. »As Sajda :22.

Dans At Tibyân Charh Nawâqid Al Imân p55, cheikh Souleyman Al ‘Oulwan -Hafidahou Allah- explique que le détournement qui constitue le dixième annulatif est le fait de se détourner d’apprendre le Asl (l 'origine/ le minimum)par lequel l’homme devient musulman, même s’il ignore les détails de la religion car ceci est plus le rôle des étudiants en science et des savants.

-Le cheikh Abdel Latif Ibn Abderrahmân Ibn Hassen fut interrogé au sujet du détournement qui constitue un annulatif de l’islam.

Il répondit : « La situation des gens varie d’une personne à une autre en fonction de degrés d’al imân chez chacun à condition que la asl du imân (foi) soit présent. La négligence porte sur ce qui est en deçà parmi les obligations et recommandations. En revanche, si le asl par lequel l’homme devient musulman est absent et que l’homme s’en détourne complètement, ceci est le koufr du détournement sur lequel s’applique la parole d’Allah :
« Nous avons destiné à l’Enfer un grand nombre de djinns et d’hommes qui ont des cœurs pour ne pas comprendre, des yeux pour ne pas voir et des oreilles pour ne pas entendre. Comparés à des bestiaux, ils sont plus égarés encore. Tels sont ceux qui vivent dans l’insouciance ! » Al A3râf : 197.
Et aussi « …tandis que celui qui s’en détournera mènera une vie pleine d’amertume. » Tâha : 124.


Le Cheikh Soulymân Ibn Sahmân dit « Il apparaît d’après les propos du cheikh que l’Homme ne mécroit qu’en se détournant de l’apprentissage du asl par lequel il rentre dans l’islam et non pas en délaissant les obligations et les recommandations » Ad Dorar As Saniyya 10/ 472-473.

Ibn Al Qayyim dit dans Madâridj As Sâlikîn dit: “ Quant au koufr akbar, il est de cinq sortes »
Puis le cheikh cita toutes ces catégories et dit « Quant au kour du détournement, il s’agit de se détourner par le cœur et par l’ouie du Prophète , ne pas le croire ni le démentir, ne pas s’allier à lui ni le prendre pour ennemi, ni même écouter ce qu’il a rapporté
 »

Après avoir compris le sens du détournement, te paraîtra clair le jugement légal des adorateurs de tombes à notre époque et aux époques antérieurs. En effet, ces gens se détournent de façon complète de ce que que le Prophète- salla Allahou ‘alayhi wa sallam- a apporté que ce soit par leurs cœurs ou par l’ouie. Ils n’écoutent pas les conseils de celui qui veut les conseiller et les orienter. Ces gens là sont des mécréants pour leur détournement. 

Allah dit : « Mais ceux qui ont mécru n’ont cure des avertissements qui leur sont donnés. » Ahqâf :3

Il n’est pas juste de dire à propos de ces gens là qu’ils sont ignorants et qu’ils ne mécroient pas à cause de leur ignorance. L’ignorant est celui à qui quand on lui montre son erreur , se soumet à la vérité et revient sur le Bâtil (le faux) dans lequel il était. Tant dis que ces gens là insistent à adorer les idôles et n’écoutent pas la parole d’Allah ou de Son Prophète-salla Allahou ‘alayhi wa sallam- Il se détournent complètement des conseils des autre et parfois même s’en prennent à ceux qui désapprouvent leur bâtil et leur rébellion. Les concernant, la hujja (preuve) fut établie et ils n’ont pas d’excuses à part l’entêtement.

Allah dit :« Qui est plus injuste que celui qui se détourne des signes de son Seigneur quand on les lui rappelle? Mais c’est avec rigueur que Nous sévirons contre les criminels. »As Sajda :22.

Cheikh Al 'Oulwan, At Tibyân Charh Nawâqid Al Imân p55.

 

1/Il est important de toujours de garder à l’esprit la différence entre le Manât du koufr et la catégorie de koufr à laquelle il correspond. Pour mieux cerner le sujet, brève explication ici du cheikh Abou Qatâda-Hafidahou Allah- > http://musulman-du-monde.over-blog.com/article-la-difference-entre-la-cause-legale-du-koufr-et-sa-categorie-64090893.html

 

2/La question du koufr du détournement en se détournant de toute action nécessaire au maintien de asl al imâne (le seuil minimum de la foi) et donc de l’apprentissage menant à connaître ce asl pose naturellement aussi la question du koufr de celui abandonne ce qu’on appelle Djins 3amal djawârih (les actions des membres dans l’absolu/en tant que genre).

En effet, les savants se sont accordés à définir Al Imân comme suit :
L’imân est paroles et actions : paroles du cœur et de la langue et actions du cœur et des membres.

Ainsi, les actions des membres font partie intégrante de la foi et la disparition de toutes les actions des membres (malgré la capacité), conduit inévitablement à la disparition de l’imân à cause du talâzoum (implication mutuelle, interdépendance, concomitance) entre l’intérieur et l’extérieur/ l’apparent et le caché.

Ensuite, les savants de ahl as sounna afin de déterminer le seuil minimum d’actions des membres qui est nécessaire au maintien de asl al imâne ont parlé d’action des membres dans l’absolu, autrement dit de l’action des membres en tant que genre « djins 3amal al djawârih ».

La définition de ce terme utilisé à la base pour faciliter la compréhension du sujet, a posé problème à certains contemporains influencés par les thèses irdjatiques dans la mesure où certains n’arrivent pas à concevoir à quoi doit correspondre ce seuil minimum d’actions nécessaires au maintien de asl al imân pour ceux qui ne voient pas l’abandon de la Salât comme du koufr akbar par exemple.

Cheikh Al Islam Ibn Taymiyya- rahimahou Allah- l’a pourtant parfaitement expliqué en disant :
"Il a été démontré que le Din contient paroles et actions et qu’il est impossible que l’homme soit croyant en Allah et Son prophète dans son cœur, ou dans son coeur et par sa langue, sans accomplir la moindre action ; ni prière, ni zakât, ni jeûne, ni autres obligations. Il ne s’agit pas seulement d’accomplir ce qu’Allah a imposé comme le fait de rendre le dépôt, de dire la vérité ou d’être équitable dans le partage et le jugement sans imâne envers Allah et Son prophète ; celui qui fait cela ne sort pas du koufr car les mécréants voient l’obligation de ces choses là. En fait, l’homme n’est croyant en Allah et son prophète qu’avec l’accomplissement de l’une des obligations spécifiques à Mohammed". Majmou’ Al fatâwa 7/621.

 

Par la soeur Sabr.

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Ce qui annule l'Islam

Par les Cheykh Madhat al Farrâj et Abdelmajid Achadzoulî

 

Cheikh Madhat Al-Farrâj dit dans son commentaire de Moufîd Al moustafîd P118-119 :

 «  Certains frères sont tombés dans l'exagération du faite qu'ils aient jugé de l'apostasie de toute personne qui s'allie aux moushrikines, et ils n'ont pas distingué dans cette situation entre ceux qui s'allient aux Moushrikines qui ceux sont clairement distingués de la religion et entre les mourtadins dont la situation est devenu confuse à cause des mauvais savants et des prêcheurs ignobles de l’irja »

Jusqu’à ce que le sheikh dise:

« Dans ce contexte, il est important de distinguer entre un musulman pour qui la mécréance d'un groupe et son apostasie est apparues puis à la suite de ça s'y allie et le soutien contre les musulmans(1). Celui-ci on statut de sa mécréance et de son apostasie même s'il fait ça pour un intérêt de ce bas monde pour un plaisir qui est voué à disparaître et entre un serviteur qui a été victime d'une confusion au sujet d'un mouslim qui a commis un acte annulatif de l'islam qui a apostasié, sauf que le premier (celui qui s'est allié aux apostats par ce qu'il les pense être musulmans) a été convaincu de l'islam de l'apostat à cause de la suprématie de la pensé de l'ignoble Al-Irja puis à la suite de ça, il s'est allié à eux et les a soutenu du faite qu'il les croient encore musulman, mais tout ceci est limité au cas où il s'allie à ses apostats pour les actes d'obéissance que ses derniers accomplissent sans qu'il ne s'allie à eux dans ce qui est apparu de leurs part comme mécréance et désobéissance. Dans le cas contraire sa situation varierait entre la mécréance et la désobéissance en fonction de la chose à laquelle il s'est allié à cet apostat comme branche de la mécréance et de la désobéissance (2) »– fin de citation –

(1)Remarque : Celui qui s’allie aux mécréants pour leur mécréance est que le Cheikh considère mécréant dans tous les cas, sans qu’il ne soit excusé, est celui dont on a parlé dans la forme d’alliance qui s’oppose à la Base même de l’islam.

(2)Remarque : Le Cheikh vise par la que celui qui s’allie aux mécréants pour un acte de désobéissance qui n’atteint pas le degré de Koufr Akbar et les aime pour cet acte de désobéissance il sera désobéissant et non pas mécréant.


Résumé :

 

Celui qui s'allie au mécréant pour sa mécréance il devient mécréant, et celui qui s'allie aux apostats pour un acte de désobéissance comme boire du vin et il le soutien dans ceci etc dans ce cas là ce n'est pas un acte d'apostasie. 


Le sheikh abdelmajid Achadzoulî dans son livre Al Wassiyatu Luqmân page 138 dit, sous le sous titre « les cas ou l’ignorance n’est pas prise en compte » :

« Les actes qui ne peuvent émanés d'un cœur dans lequel se trouve la foi telle que la parole d'Allah « S'ils croyaient en Allah, au Prophète et à ce qui lui a été descendu, ils ne prendraient pas ces mécréants pour alliés. Mais beaucoup d'entre eux sont pervers. » Sourate 5 verset 81 et la parole d'Allah « Et ils disent : "Nous croyons en Allah et au messager et nous obéissons". Puis après cela, une partie d'entre eux fait volte-face. Ce ne sont point ceux-là les croyants. »sourate 24 verset 47.

Puis le cheikh donne un exemple illustratif :

« Qu'avez-vous à vous diviser en deux factions au sujet des hypocrites ? Alors qu'Allah les a refoulés (dans leur infidélité) pour ce qu'ils ont acquis. Voulez-vous guider ceux qu'Allah égare? Et quiconque Allah égare, tu ne lui trouveras pas de chemin (pour le ramener). »

Dans le Tafsîr de ce Verset les sahabas ont divergé en deux groupes au sujet du statut de ces hypocrites un groupe qui les considèrent mécréants et s'en désavoue et qui disaient « venez qu'on se rende vers ses lâches car ils soutiennent vos ennemis contre vous » et un groupe les considéraient musulmans, s'allièrent à eux et dirent « Soubhan Allâh ! Combattriez-vous des gens qui ont prononcé la même chose que ce que vous avez prononcé, du fait qu'ils n'aient pas émigré et n'aient pas abandonné leurs terres ? ».


Les Sahâbas qui ce sont alliés à ces hypocrites, la réelle cause du secours et du soutient que ses hypocrites on apporté au mécréants contre les musulmans ne leurs est pas apparut et n'était pas clair a leurs yeux. Et dès lors que cette caractéristique leur est clairement apparue, ils les on désavoué et par conséquent la cause légal '' al manat'' : l'alliance au mécréant n'a pas été commis par les sahabas car la connaissance de la mécréance des mécréants est une partie de la cause légal qui motive la mécréance de celui qui s'allie au mécréant.

« Quand à celui qui s'allie au mécréant tout en sachant que ce sont des mécréant d'une mécréance -clair- a l'exemple de la mécréance des gens du livre mais qui ne sait pas que s'allier à ses derniers est de la mécréance celui-ci devient mécréant car l'alliance au mécréant fait partie des actes qui ne peuvent émané d'un cœur dans lequel se trouve al iman :

(Allah Ta’âlâ- dit : « S'ils croyaient en Allah, au Prophète et à ce qui lui a été descendu, ils ne prendraient pas ces mécréants pour alliés. Mais beaucoup d'entre eux sont pervers. »Sourate 5 verset 81 
»– fin de citation 

 

Traduit par Abou Salmane

 

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Ce qui annule l'Islam

Cheykh Ali al Khoudayr, qu'Allah le libère

 

 

 

 

Question :

 

Quelle est la ligne de démarcation entre l'alliance (Al-Mouwâlât) et le fait de secourir les mécréants (Tawalli al Kouffâr) ? Et comment devons-nous faire pour les différencier ?

 

 

Réponse :

 

 

Tawalli al Kouffâr :

 

C'est une mécréance majeure qui ne requiert pas d'explication et elle se divise en quatre parties :

 

 

1) - Aimer (Mahhaba) les mécréants à cause de leur religion :

 

Comme celui qui aime les démocrates pour le bien de la démocratie, ou celui qui aime les parlements qui légifèrent, ou celui qui aime les modernistes et les nationalistes et autre que ceux-là, à cause de leur objectif et leur croyance, celui-là est un mécréant d'une mécréance relative au kufr du Tawallî.

 

Allah ta’âlâ dit :

 

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آَمَنُوا لَا تَتَّخِذُوا الْيَهُودَ وَالنَّصَارَى أَوْلِيَاءَ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاءُ بَعْضٍ وَمَنْ يَتَوَلَّهُمْ مِنْكُمْ فَإِنَّهُ مِنْهُمْ

 

« Ô croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. » [Sourate 5 verset 51]

 

Parmi les significations de "walî" il y a "Muhibb" (celui qui aime) comme l'a rapporté ibn Athir dans Nihâya (  5/228  ).

 

 

2) - L'alliance à travers l’aide (Nusrah) et l’assistance (I'ânah) :

 

Tous ceux qui aident les mécréants contre les Musulmans deviennent mécréants apostats. Comme celui qui aide les chrétiens et les Juifs à notre époque contre les Musulmans.

 

Allah dit :

 

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آَمَنُوا لَا تَتَّخِذُوا الْيَهُودَ وَالنَّصَارَى أَوْلِيَاءَ بَعْضُهُمْ أَوْلِيَاءُ بَعْضٍ وَمَنْ يَتَوَلَّهُمْ مِنْكُمْ فَإِنَّهُ مِنْهُمْ

 

« Ô croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens; ils sont alliés les uns des autres. Et celui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs.  » [Sourate 5 verset 51]

 

Et celui qui veut étendre [cette question] peut revenir au livre du Shaykh Nacir al Fahd : "At-Tibyân Fî Kufri Man A'ân Al-Amrîkân"[1] il fait partie des meilleurs livres écris à ce sujet. Et ne vous faites pas trompé par le manège des gens de l'Irja.

 

 

3) - Les aider à travers la coalition/l'alliance (Tahâluf) :

 

Ainsi, tous ceux qui s’allient avec les mécréants et contractent une alliance avec eux pour les soutenir et même si le soutien n’a pas eu lieu, mais la promesse a été faite, ainsi que le soutien  qui stipule un contrat et un engagement, alors cela est comme Allah dit :

 

أَلَمْ تَر إِلَى الَّذِينَ نَافَقُوا يَقُولُونَ لِإِخْوَانِهِمُ الَّذِينَ كَفَرُوا مِنْ أَهْلِ الْكِتَابِ لَئِنْ أُخْرِجْتُمْ لَنَخْرُجَنَّ مَعَكُمْ وَلَا نُطِيعُ فِيكُمْ أَحَدًا أَبَدًا وَإِنْ قُوتِلْتُمْ لَنَنْصُرَنَّكُمْ

«  N’as-tu pas vu les hypocrites disant à leurs confrères qui ont mécru parmi les gens du Livre: «Si vous êtes chassés, nous partirons certes avec vous et nous n’obéirons jamais à personne contre vous; et si vous êtes attaqués, nous vous secourrons certes». [Sourate 59 Verset 11].                                                                                                          

C’est comme l’engagement qu’il y a eu entre les hypocrites et certains juifs de Médine.

Et Qassim ibn Salam a dit dans al Gharib  [3/142]:    il est dit que al Halîf (celui qui jure fidélité) est aussi "Walî". Et Ibn Athir dit une parole similaire dans Nihaya (5,228) :

Cela est semblable avec ce qui s’est passé concernant la formation de la coalition pour mener la guerre contre le Jihâd et les Mujâhidîn, qu'ils ont faussement masqués comme étant le terrorisme (Al Irhâb).

 

4) S'allier à travers un accord (Muwâfaqah) :

 

Comme ceux qui placent la démocratie dans le jugement comme le font les mécréants, ou qu’ils établissent des parlements comme eux ou des conseils législatifs, ou des comités, ou des organisations comme les actions des mécréants, cela est aussi s’allier à eux.

Ce sujet a été détaillé par les imams du Najd d’une des manières les plus excellentes.

Et des livres ont été écrits sur celui qui est en accord avec les associateurs et les mécréants dans leur mécréance et idolâtrie. Soulaymân Ibn ‘Abdallah Ibn Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb a rédigé un livre [sur ce sujet] qui s'intitule : " Dala-il fi hukmi ahlil ichrak" et Hammad Ibn ‘Atîq a également rédigé un livre qui s'intitule : " An-najât wal fikâk min muwâlât al mourtaddîn wa ahlil ichrâk "

Toutes ces quatre parties précitées excommunient celui qu'il les commet, peu importe la croyance ('itiqad)  de la personne, contrairement à ce que disent les gens de l'Irja.

 

 

L'alliance (Al Mouwâlât) :

 

 

Elle se divise en deux parties :

 

1) L’alliance majeure (Tawalli)

 

C'est la partie qu'on n'a évoqué précédemment, on l'a nomme l’alliance majeure (Al-Muwâlât Al-Kubrâ) ou la grande (Al-'Uthmâ), ou la générale (Al-'Âmmah) , ou l’absolue (Al-Mutlaqah) - tous ces noms sont des synonymes de la signification de l'alliance.

 

2) L'alliance mineure ou limité :

 

C'est tout ce qui est relatif au fait de glorifier et respecter les mécréants, ou les laisser s’asseoir devant dans les assemblées, ou les prendre comme subordonnés au lieu des musulmans et ce genre de choses. Cela est une désobéissance qui fait partie des grands péchés (Kaba-ir Dhunub)

 

Allah Ta'ala dit :

 

يَا أَيُّهَا الَّذِينَ آَمَنُوا لَا تَتَّخِذُوا عَدُوِّي وَعَدُوَّكُمْ أَوْلِيَاءَ تُلْقُونَ إِلَيْهِمْ بِالْمَوَدَّةِ

 

"Ô vous qui avez cru! Ne prenez pas pour alliés Mon ennemi et le vôtre, leur offrant l'amitié " (Sourate 60 verset1).

 

Et de cette façon, il [Ta’âlâ] les a classés « leur offrant l’amitié » en tant que Muwâlât et ne les a pas déclaré mécréants pour cela. Au contraire, il les a nommés par le nom de la foi.

 

Et ce verset a été expliqué par Omar Ibn Khattab (qu’Allah l’agrée)  lorsqu'il a reproché à Abi Moussa al Ach'ary (qu’Allah l’agrée) d’avoir pris un Chrétien comme scribe.[2]

Et quiconque désire éclaircir cette question devrait revoir le livre "Awthaq 'Urā Al-Īmān "  du Cheykh Soulayman Ibn Abdillah ibn Muhammed Ibn Abdelwahhâb dans "Majmou' Tawhid" et dans le traité "Al-Muwâlâ" d’Abdellatif Ibn Abderrahman qui se trouve dans ses traités, dans "Majmou' arrasa-il wal masa-il".

 

Source :   الحد الفاصل بين موالاة وتولي الكفار

 

جواب سؤال طرح على الشيخ ضمن أسئلة "منتدى السلفيون

 

________________________________________

 

[1] Littéralement traduit comme : « L’exposition concernant la mécréance de celui qui assiste les Américains » écrit par le Cheykh Nacir Al Fahd durant le début de la croisade sioniste en 2001. Ce libre a même été traduit par At Tibyān Publications et, est disponible en anglais.

[2] Le Cheykh ‘Ali Al-Khoudayr se réfère au Hadith transmit par l’Imâm Ahmad qui rapporte les propos suivants d’Abû Aboû Moûsa Al-Ash’arî : «  Je dis un jour à ‘Umar qu’Allah l’agrée – : « J’ai un scribe chrétien » il me répondit : « Que t’arrive-t-il ? Qu’Allah te combatte ! N’as-tu pas entendu la parole d’Allah le Très Haut : « Ô croyants! Ne prenez pas pour alliés les Juifs et les Chrétiens ; ils sont alliés les uns des autres. » ? Pourquoi n’as-tu donc pas pris un scribe monothéiste pur (Hanîf) ?’. Je me justifiais : ‘Ô Commandeur des Croyants ! Je ne fait que profiter de ses services de scribe… quant à sa religion, c’est son affaire.’ ‘Umar rétorqua : ‘Jamais je ne les honorerais alors qu’Allah les a humiliés. Jamais je ne les estimerais alors qu’Allah les a méprisés. Jamais je ne les rapprocherais alors qu’Allah les a éloignés.’ ». Rapporté par Ibn Taymiya et classé comme Sahih aussi par lui, sous l’autorité de l’Imam Ahmed, dans « "Iqtidhâ' As-Sirât Al-Mustaqîm ", et Al-Bayhaqî dans "As-Sunan Al-Kubrâ" (10/127).

L’Imam Ahmad et Muslim rapportent du Prophète (salla Allah’alayhi wa sallam) qu’il sortit pour la bataille de Badr. Un homme parmi les polythéistes le suivit jusqu’à le rejoindre en un endroit rocailleux du désert. Le polythéiste lui dit : « Je désire te suivre afin de profiter du butin avec toi ». Le Prophète lui demanda : « Crois-tu en Allah et Son prophète ? ». L’homme répondit : « Non ». Et le Prophète de conclure : « Retourne sur tes pas, car jamais je ne demanderais l’aide d’un polythéiste ».

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Ce qui annule l'Islam

1 2 > >>
Haut

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog