Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

1 2 3 4 > >>

Articles avec #mise en garde

Question: Que la paix, la miséricorde d'Allâh ainsi que Sa bénédiction soit sur vous mes frères en Allâh, que pensez vous de ce Mufti Sâlih Fawzan, dont beaucoup de jeunes arabes prennent leur science et l'élève au statut d'Ibn Bâz et Ibn Uthaymîn. À noter que ce Mufti a dit des Mujahidîn que ces derniers sont des Khawârij et des Qarâmitah et qu'ils sont des traitres.

 

Une fois, ils nous a donné une fatwâ interdisant de prier derrière toute personne qui permet le chant et les instruments de musique car c'est un pêcheur qui pêche ouvertement et qui a permis ce qui est interdit.

 

SubhanAllâh ce même homme a oublié qu'il a lui même décrété l'interdiction du Jihâd en Iraq et menacé toute personne qui intenterait d'y aller d'une peine d'emprisonnement. Il a oublié qu'il a lui même interdit l'obligation du Jihâd dans le sentier d'Allâh, alors veut-il que l'on applique sa fatwâ sur lui et que l'on ne prie plus derrière lui vu qu'il a nié le devoir du Jihâd et dit que les Mujahidîn en Iraq sont des prêcheurs du mal qui doivent être emprisonné. Aussi, il qualifie toujours sheikh Usama Ibn Laden de Khâriji criminel qui s'est rebellé contre les gouverneurs.

 

Je vous adresse cette question car beaucoup de personnes polémiquent avec moi concernant ce Mufti qui pour moi est un Munâfiq. Et Allâh me suffit.

 

Réponse:  Toutes les louanges sont à Allâh et que la paix soit sur le Messager d'Allâh, ensuite:

 

Honorable frère, ce que tu a mentionné comme contradiction chez cette homme est le résultat de la corruption des Usûl (principes fondamentaux) due à la déviation dans les Furu' (branches), quand un Mufti considère, à cause de sa vision déviante des choses, que le tâghut dans lequel Allâh nous a ordonné de mécroire, est le gardien des affaires des Musulmans, il ne fait aucun doute que cela le mènera à ces conclusions.

 

Mais ce qui est surprenant et inconcevable, c'est qu'il ajoute à cela une problématique qui n'est ni lié à al-Îman et al-Islam de "son Amîr" comme le fait de taxer quiconque le contredisant de Khâriji et comme sa condamnation du Jihâd en Iraq due au fait de l'absence d'une "bannière" clair comme il le prétend et ce à cause de l'absence de permission de "son Amîr", comme si tout les musulmans du monde avaient besoin de la permission de son Amîr qui a abolit le Jihâd.

 

Cependant, il faut mettre en évidence le fait que la permission du gouverneur n'est pas nécessaire pour le Jihâd al-Dâf et nous lui disons; Dit à ton Amîr de permettre aux musulmans pauvres partout dans le monde de venir vivre sans aucune objections à côté d'al-Haramain (les Mosquées Sacrées) et de venir profiter des bénéfices du pétrole dont tu jouis seul de ses profits, alors si Allâh le veut, il pourra émettre une fatwâ qualifiant son pays et son Amîr comme l'autorité centrale des musulmans du monde entier, alors il pourra fourrer son nez dans leurs (affaires de) Jihâd ici et là, mais avant cela, il n'a pas le droit d'intervenir ne serait que dans l'établissement du prix des poulets et des moutons d'Iraq.

 

Ici je me met à leur niveau de pensée qui est hautement ridicule même en supposant, juste pour l'argumentation, que leurs gouverneurs sont musulmans, ce que nous ne croyons absolument pas...

 

Quiconque douterait de cela devrait lire notre ancien livre (Khawâshif al-Jaliyyah) qui a était publié sur cette plateforme bénite; et si j'avais écrit ce livre récemment, il aurait était plus volumineux (avec plus de preuves du kufr de leur Amîr); car je n'ai fait qu'accroître ma certitude et ma position (sur ce fait); et louange à Allâh, je n'ai plus besoin d'ajouter quoique se soit au livre car la question de ce pays (l'Arabie Saoudite) est devenu flagrante pour les jeunes et les anciens parmi ceux qui peuvent entendre et voir...

 

En ce qui concerne mon livre dont j'ai précédemment parlé il est intéressant de mentionner que parmi les contradictions ridicules de cet homme il y a le fait qu'il a écrit une préface du livre de ce Jahmî appelé Abdul-Aziz ar-Rayas, qui a écrit une réplique à Kawâshif, il proclama haut et fort des éloges aux mensonges et fabrications de Rayas et aux mensonges des Jahmîs du Golf...Puis quand il fut questionné à un autre moment à propos de certains livres de Rayas il a dit de lui: "Abandonnez le! Ceux sont des Muta'âlimîn, délaissez le et continuez ce sur quoi sont les livres de sheikh Muhammad et les livres des Salafs. Pour ce qui est des livres de ces Muta'âlimîn, délaissez les et ne les lisez pas..."

 

Le rejet du takfîr de ce régime, l'écriture de la préface et des éloges du livre de ce Jahmî, puis il dit de ce même jahmî "abandonnez les livres de ce Muta'âlimîn".

 

Alors dites moi, qu'est ce que ses étudiants devront prendre de lui? Lequel des deux ordres vont-ils suivre? Lequel faut il prendre et lequel faut il délaisser?

 

Ou bien est ce que l'approbation de la réplique de Kawâshif était tellement nécessaire à l'état et donc nécessité de fermer les yeux sur le Ta'âlum, le Tajâhum et l'Irja' de Rayas [...] qui est  évident pour tout le monde.

 

Dans tout les cas, notre frère, comme nous l'avons dit à maintes et maintes reprises, peu importe le degré de connaissance, la célébrité et la position de ces gens, il n'est pas permit de prendre la science chez eux en ce qui concerne leur état (Saoudien ndt), leurs gouverneurs, leur opinion sur eux et sur ceux qui se rebellent contre ces derniers...Leur innovation et leur égarement, il est obligatoire de s'en écarter et de mettre en garde contre cela..Et laisse moi te dire qu'à cause de leur innovation, les gouvernements comme celui là et les rois du même acabit; les livres de ce sheikh et ses semblables qui aborde le sujet des gouverneurs et qui insulte les mujahidîn nous sont distribués dans les prisons, le but des gens qui nous distribuent ces livres est de nous détourner de la vérité avec laquelle nous adorons Allâh; afin que nous commencions à faire l'éloge des "gouverneurs" comme le font ces écrivains; mais par la grâce d'Allâh, cela ne nous a pas affecté et nous a raffermi, augmenté notre patience et nous a donné encore plus de certitude sur les erreurs de ces groupes et leur déviance...

 

Et je t'informe que nous avons publié sur cette plateforme une réfutation sur les déviances dans la Aqîdah de Fawzan écrite par le sheikh Abdul-Aziz Abdul-llah al-Hassani al-Jazâiry qu'Allâh le protège; qui s'intitule "Inhirafât d. Sâlih Fawzân fi masâilil-Îmân" consultez le, et Allâh dit la vérité et montre la voie.

 

Source

 

Voir les commentaires

Published by Sulaymân Abû Mâlik - Mise en garde

 

Sheikh Abu Muhammad al-Maqdisi, qu'Allah hâte sa libération, fut questionné au sujet de 'Adnân al-'Ar'ûr, il répondit:

 

 

"Je n'ai aucun doute quant au fait que ce sheikh dont vous parlez; 'Adnân al-'Ar'ûr, fait parti des porte paroles/défenseurs des tawaghît. Je sais aussi à son propos qu'il fut envoyé dans diverses prisons dans certains pays pour discuter avec certains de nos frères à propos des sujets liés au takfir (afin de les faire revenir de leurs positions ndt) comme condition de leur libération. Ceci m'a été rapporté par des personnes de confiance (parmi les prisonniers).

 

 

Ainsi, toute personne qui a acceptée, de son plein gré, d'être utilisée par les tawaghît et commet de telles ignominies n'est pas une personne digne de confiance pour les musulmans dont ces derniers peuvent prendre la science religieuse, surtout quand il s'agit de sujet majeur.

 

 

Si seulement il s'était restreint à ce qu'il fait de mieux, et si seulement il s'était spécialisé dans les domaines dans lesquels il a de l'expérience, comme les débats avec les rafidah, les sufis, les ahbach, ect. Allah, par sa personne, en aurait fait profiter à la Ummah, il serait bénéfique et serait parmi les gagnants.

 

 

Malheureusement, sa réalité est semblable à celle de la plupart des savants qui s'affilient à la da'wah salafiyya moderne, je vise la salafiyyah qui s'abstient du Jihad et montre leur barâ (désaveu) de ceux qui s'élancent dans cette voie (du Jihad ndt). Ils sont un outil dans les mains des tawaghît et un fouet dans les mains des gouvernements avec lequels ils frappent le dos des gens du minhaj correct de la salafiyyah purifiée.

 

 

Et ceux qui sont utilisés par les tawaghît, l'acceptent par désir ou par haine des gens du Haq et des partisans du Jihad.

 

 

Et à  Allâh feront face les adversaires.

 

 

 "Les injustes verront bientôt le revirement qu’ils [éprouveront]!" (Surat Ash-Shura, verset 227)


Source

Voir les commentaires

Published by Sulaymân Abû Mâlik - Mise en garde

 

La mécréance évidente de la "Nation of Islam".


Au nom d'Allah le Tout Miséricordieux le Très Miséricordieux.


Louange à Allah, nous le louons et nous lui demandons pardon, et nous cherchons refuge auprès d'Allah contre nous même, et contre nos mauvaises actions. Celui qu'Allah guide, il ne sera point perdu, et celui qu'Allah égare, il ne sera point guidé. Et je témoigne que Le Seul qui mérite l'adoration est Allah et que Mohammed est Son serviteur et Son messager.


J'ai remarqué de par mon expérience personnel que les Musulmans francophones manquent  de connaissance concernant la secte né au états-unis appelé "Nation of Islam" ou "Nation de l'Islam" en français.


Il me semble alors très important de mettre en avant les divers mécréances dont cette secte s'est rendu coupable.


Je demande aide et assistance au Seigneur des mondes, Allah azza wa jal, Unique et qui n'a aucun associés, afin que ce modeste article soit bénéfique à mes frères et sœurs en Allah.


1. "Nous croyons qu'Allah (Dieu) est apparu en la personne du maitre W. Fard Muhammad"


Vous ne rêvez pas, tel est le point de croyance que nous pouvons lire sur le site officiel de la Nation de l'Islam.


La preuve en image:

fard w

Le lien internet (point 12 tout en bas de la page):

http://www.noi.org/about_beliefs_and_wants.shtml


Même si je pense qu'il est inutile d'argumenter le fait que cette croyance est du polythéisme et de la mécréance, je vais quand même le faire.


Allah azza wa jal dit dans le Qur'ân en parlant de Lui même:


"Il n’y a rien qui Lui ressemble; et c’est Lui l’Audient, le Clairvoyant." 42/11


Certes Allah ne ressemble pas aux créatures, comment donc ces gens peuvent dire que Fard Muhammad est Allah azza wa jal?


Il dit encore:


"Il n’a jamais engendré, n’a pas été engendré non plus." 112/152


Fard Muhammad a était engendré contrairement au Seigneur de l'univers.


Il dit aussi:


"Certes sont mécréants ceux qui disent: «Allah, c’est le Messie, fils de Marie!»" 5/17


Tout comme les adeptes de la Nation de l'Islam sont mécréant pour dire "Allah, c'est Fard Muhammad". Ceci est du polythéisme pur qui expulse son auteur de l'Islam.


Fard Muhammad était donc le taghut (fausse divinité) de la Nation de l'Islam, vu qu'il était l'être adoré par les adeptes de cette secte polythéiste, comme ils le disent souvent, il (Fard Muhammad) est celui à qui "toute les louanges sont due".


 Cheykh al-Islam Ibn Taymiyya -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- dit :

 

" Les chrétiens, les Juifs et les Musulmans connaissent nécessairement que dans la religion des Musulmans, quand quelqu’un dit d’un être humain qu’il est une partie d’Allah, il devient mécréant"

[Source : Majmoû‘ Al Fatâwâ, tome 2, page 128]

 

Je vous invite à lire l'article suivant qui parle d'ibn 'Arabi qui disait qu'Allah se trouve dans toute la création, croyance semblable à celle de dire qu'Allah se trouve dans un homme.  http://www.musulmans-du-monde.fr/article-ibn-arabi-vu-par-les-savants-de-la-sunnah-115752481.html


Je pense qu'il est inutile d'en dire plus sur ce point.


On voit déjà avec ce premier point que les adeptes de la Nation de l'Islam sont des polythéistes qui n'ont rien à voir avec l'Islam, mais il y a encore des choses à dire, qu'Allah nous assiste


2/ "Elijah Muhammad est le Messager d'Allah"


Comme si dire que Fard Muhammad est Allah ne suffisait pas, les polythéistes de la Nation e l'Islam affirment qu'Elijah Muhammad est le Messager d'Allah.


En voici la preuve:

elijah

Ce livre est édité par la Nation de l'Islam elle même, et l'on peut voir en dessous du nom d'Elijah Muhammad qu'il est écrit "Messenger of Allah" qui veut bien entendu dire "Messager d'Allah", ceci est une mécréance et un rejet des Textes Divin révélé dans le Coran, et cela s'oppose aussi à la Tradition Prophétique.


Allah le Très Haut dit:


" Muhammad n’a jamais été le père de l’un de vos hommes, mais le messager d’Allah et le dernier des prophètes. Allah est Omniscient." 33/40


Un des adeptes de la Nation de l'Islam en Angleterre a tenter une manipulation en disant que Muhammad ibn Abdillah est certes le dernier Prophète, mais pas le dernier Messager.


Réponse à cette ambigüité:


Ibn Kathir rapporte dans son oeuvre El Bidayat wa An-nihayat, que d'après une narration de Ibn Hibban, ALLAH envoya 124 000 Prophètes dont 313 Messagers, ce qui démontre que la qualité de Messager est plus rare que celle de Prophète.


Ibn Kathir (Puisse Allah lui accorder Sa miséricorde), grand exégète reconnu de tous les sunnites a dit : «..mais messager d'Allah et sceau des prophètes». Ce verset précise qu'il n' y aura pas de prophète après Muhammad. Et, s'il n y a pas de prophète, il n' y aura pas de messager puisque l'étape du message est plus restreinte que celle de la prophétie; tout messager étant un prophète et l'inverse n'étant pas vrai». Tafsir d'Ibn Kathir,3/645.

 

Muhammad ibn Salih al Outhaymine a dit: « S'il est le sceau des prophètes, il est nécessairement le sceau des messagers car la qualité de messager implique celle de prophète. C'est pourquoi on dit que tout messager est un prophète, mais tout prophète n'est pas un messager». Madjmou' fatawa d'Ibn Outhaymine, 1/250.


Il est donc clair que le Prophète Muhammad qu'Allah le bénisse et le salut est le dernier Messager d'Allah et que les porte de la révélation sont donc close.


Quel est donc le statut de celui qui prétend être un Messager d'Allah après la mort du Prophète qu'Allah le bénisse et le salut?


Cheykh Muhammad Ibn ‘Abdelwahhâb [Dourar As-Saniyya 9/382-397]:

 

"La quatrièmes preuve : Ce qui arriva à l’époque des compagnons aussi, c’est l’histoire de Mokhtar Ibn Abî 3Oubayd Ath Thaqafî, qui était un homme parmi les disciples des compagnons, marié à la fille d’‘Abdallah Ibn ‘Omar -qu’Allah l’agrée lui et son père- et c’était un homme manifestant une certaine piété. Il apparu en Irak et réclama le sang de l’assassin d’Al Husseyn et de sa famille. Ibn Zyâd fut tué ; et donc des victimes d’Ibn Zyâd le rejoignirent car il réclamait le sang de l’assassin d’Al Husseyn.

 

Il domina l’Irak et y manifesta les lois de l’Islam et établi des juges religieux ; des imâm parmi les disciples d’Ibn Mas3oûd qu’Allah l’agrée. Et c’était lui qui présidait les prières du vendredi et la prière en commun. Mais à la fin il fini par prétendre recevoir la révélation.

 

Alors ‘Abdallah Ibn Zoubeyr envoya une armée contre lui, il fut défait par cette armée et ils le tuèrent."

 

Le seul fait d'avoir prétendu recevoir la révélation à engendrer une guerre contre lui ainsi que sa mise à mort.


Qu'en est il de ceux qui ont cru en lui et au fait qu'il recevait la révélation?


Ibn Kathir dit dans Al Bidaya Wa Nihaya volume 8 page 318 ce qui suit :


"Mos3ab Ibnou Zoubeyr questionnat Oum Mathabit bint Samoura ibnou Joundoub épouse de Moukhtar At Thaqafî à son sujet elle répondit « que puis-je dire si ce n'est ce que vous dite à son sujet », il la libera puis demanda à ce que son autre épouse (celle de Moukhtar) lui soit présenté et cette épouse se nommait 3Amra bint nou3man ibnou bashir, et mos3ab lui dit : « que dit tu a son sujet (Al Moukhtar) » Elle dit : «Qu'Allâh le comble de sa rahma, c'etait un serviteur vertueux (salih) parmis les serviteurs d'Allâh », il (Mos3ab) l'a alors emprisonné et écrit à son frère 3Abdullah Ibnou Zoubeyr l'informant : « Elle dit (ou croit) qu'il est prophète » 3Abdullah ibnou zoubeyr lui écrit alors « sort la de prison et applique sur elle la peine capitale » Mos3ab alors l'enmena jusqu'à dhahira Al balad et elle fut frapper jusqu'à en mourir."


Il faut savoir que leur exécution était la conséquence de leur apostasie comme le dit le hadith "celui qui change de religion, tuez le".


3/ "L'homme blanc est le diable"


Dans cette vidéo du ministre de la Nation de l'Islam Louis Farrakhan, ce dernier nous dit que l'homme blanc est le diable, voir à partir de 0.43 http://www.youtube.com/watch?v=U7Y6sAA02VA


Allah gloire à Lui dit:


"Ô hommes! Très certainement, c'est Nous (Dieu tout-puissant) qui vous avons créés tous d'une seule paire, d'un mâle et d’une femelle, et c'est nous qui avons fait de vous des nations et des tribus afin que vous vous entre-connaissiez (non pas que vous vous méprisez les uns envers les autres). En vérité, le plus noble d'entre vous aux yeux de Dieu est le plus pieux d'entre vous." (49/13)


Le Prophète, que la paix et le salut d'Allah soit sur lui a dit:


"O les hommes ! Celui que vous adorez est un, et votre père est un. Pas de supériorité à un Arabe sur un non Arabe, ni à un non Arabe sur un Arabe, ni à un blanc sur un noir, ni à un noir sur un blanc. La seule supériorité qui compte [auprès de Dieu] est celle de la piété. Ai-je transmis le message ?" (rapporté par Ahmad, n° 22978, authentifié par al-Arna'ût : bas de page sur Zâd al-ma'âd, 5/158)


Le Messager d’Allah qu'Allah le bénisse et le salut a dit : 


« N’est pas des nôtres celui qui appelle à al ‘assabiyah [nationalisme / tribalisme...] qui combat pour la ‘assabiyah, ou qui meurt pour la ‘assabiyah ».(Rapporté par Abou Daoud)


Je crois qu'il est inutile de commenter...


Conclusion: Il y aurait encore beaucoup de chose à dire sur cette mécréante comme leur "respect" des lois américaines, leur haine des arabes (comme l'a fait exprimé Khalid Abdul-Muhammad), leurs délires sorti de nulpart (il serait trop long de les énumérés) ect. Il est clairement évident que cette secte de la Nation de l'Islam est une secte mécréante et polythéiste qui n'a jamais fait parti de l'Islam, et cela est facile à voir pour celui qui lit le Coran et la Sunna du Prophète qu'Allah le bénisse et le salut, il est donc obligatoire aux Musulmans monothéistes de se désavouer d'eux et de l'exclure les adeptes de cette secte de  la sphère de l'Islam. Je rappel la troisième annulation de l’Islam : Celui qui ne considère pas les polythéistes (juifs , chrétiens ...) mécréants ou doute de leur mécréance ou authentifie leur doctrine, devient mécréant.


Nous demandons à Allah de nous guider et de guider ceux qui ont étaient trompé par cette secte, de nous rassembler sur le Tawhid, Allahuma Amine.


Toutes les louanges sont à Allah et que la paix et la prière soit sur Son Messager, sa famille, ses compagnons et tout ceux qui le suivront jusqu'aux Jour du Jugement.


Votre frère Abu Malik Sulayman ibn Yahya.

 

Voir les commentaires

Published by Sulaymân Abû Mâlik - Mise en garde

 


Avant propos :

 

Ibn ’Arabî (بن عربي   ), Mohammad Ibn Alî Ibn Al ’Arabî al-Hâtimî, plus connu sous son seul nom de Ibn ’Arabî.  Né en 1165, à Murcie, en Andalousie, et mort en 1240 à Damas. Ibn ‘Arabi fut le premier philosophe musulman à formaliser la tradition soufie, et aussi dans le domaine métaphysique et il est le plus grand formulateur de la doctrine ésotérique du « wahdat al woujoud ». Cet extrémiste soufi avait pour croyance Al-Ittihâdiya – le panthéisme[1] ( الاتحادية أهل وحدة الوجود  ).

 

 Cheykh al-Islam Ibn Taymiyya -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- dit :

 

قال شيخ الإسلام رحمه الله تعالى     :     وقد علم المسلمون واليهود والنصارى بالاضطرار من دين المسلمين ، أن من قال عن أحد من البشر : إنه جزء من الله ، فإنه كافر في جميع الملل ، إذ النصارى لم تقل هذا ، وإن كان قولهم من أعظم الكفر ، لم يقل أحد : إن عين المخلوقات هي أجزاء الخالق ، ولا إن الخالق هو المخلوق ، ولا إن الحق المنزه هو الخلق المشبّه . وكذلك قوله : إن المشركين لو تركوا عبادة الأصنام ، لجهلوا من الحق بقدر ما تركوا منها ، هو من الكفر المعلوم بالاضطرار بين جميع الملل ، فإن أهل الملل متفقون على أن الرسل جميعهم نهوا عن عبادة الأصنام ، وكفّروا من يفعل ذلك ، وأن المؤمن لا يكون مؤمناً ، حتى يتبرأ من عبادة الأصنام ، وكل معبود سوى الله ، كما قال الله تعالى : { قد كانت لكم أسوة حسنة في إبراهيم والذين معه إذ قالوا لقومهم  إنّا  برءاء منكم ومما تعبدون من دون الله كفرنا بكم وبدا بيننا وبينكم العداوة والبغضاء أبداً حتّى تؤمنوا بالله وحده } [ الممتحنة / 4 ]

 

 «  Les chrétiens, les Juifs et les Musulmans connaissent nécessairement que dans la religion des Musulmans, quand quelqu’un dit d’un être humain qu’il est une partie d’Allah, il devient mécréant, selon toutes les religions (révélées). Même les chrétiens ne l’ont pas dit, malgré l’énormité de leur mécréance. Personne n’a dit que les créatures font essentiellement partie du Créateur, ni que le Créateur est aussi le créé ni que le Vrai qui transcende l’assimilation est en même temps la créature qui assimile (Allah aux créatures).

 

Il en est de même de ses propos selon lesquels si les polythéistes cessaient de pratiquer le culte des idoles, ils feraient preuve d’une ignorance due  à leur abandon de ce culte. Ceci renferme une mécréance que toutes les religions (révélées) reconnaissent, dans la mesure où elles sont toutes d’accord que tous les messagers ont interdit la pratique du culte des idoles et jugé mécréant celui qui s’y livre et enseigné que l’on n’est réellement croyant qu’au prix d’une rupture totale avec le culte des idoles et celui de tout autre objet d’adoration en dehors d’Allah. A ce propos, le Très Haut dit : « Certes, vous avez eu un bel exemple (à suivre) en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple: "Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d'Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l'inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu'à ce que vous croyiez en Allah, seul". Exception faite de la parole d'Abraham (adressée) à son père: "J'implorerai certes, le pardon (d'Allah) en ta faveur bien que je ne puisse rien pour toi auprès d'Allah". "Seigneur, c'est en Toi que nous mettons notre confiance et à Toi nous revenons (repentants). Et vers Toi est le Devenir. »[2]. [Source : Majmoû‘ Al Fatâwâ, tome 2, page 128]

 

Il -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- dit encore : 

 

إن عبّاد الأصنام ، لو تركوهم لجهلوا من الحق بقدر ما تركوا منها : أكفر من اليهود والنصارى ، ومن لم يكفّرهم : فهو أكفر من اليهود والنصارى ، فإن اليهود والنصارى يكفّرون عبّاد الأصنام ، فكيف من يجعل تارك عبادة الأصنام جاهلاً من الحق بقدر ما ترك منها ؟! مع قوله : فإن العالم يعلم من عبد ، وفي أي صورة ظهر حين عبد ، فإن التفريق والكثرة كالأعضاء في الصورة المحسوسة ، وكالقوة المعنوية في الصورة الروحانية ، فما عبد غير الله في كل معبود ، بل هو أعظم كفراً من عبّاد الأصنام ، فإن أولئك اتخذوهم شفعاء ووسائط ، كما قالوا:{ ما نعبدهم إلا ليقرّبونا إلى الله زلفى } [ الزمر / 40 ] الفتاوى ( 2/83)

 

« Si les polythéistes cessaient de pratiquer le culte des idoles, ils feraient preuve d’une ignorance à la mesure de la gravité de leur abandon de ce culte », celui-là est plus mécréant que les Juifs et les Chrétiens. Car Juifs et Chrétiens jugent les polythéistes mécréants. Que dire alors de celui qui fait de l’abandon du culte des idoles un indice de l’étendue de l’ignorance de son auteur ?! Celui qui dit en plus que le « connaisseur connaît l’Adoré, quelle que soit la forme sous laquelle Il se manifeste au moment de l’adoration, puisque la diversité et la multiplicité sont comparable à l’état des organes (constitutifs d’un corps) dans les images perceptibles ; elles sont aussi comparables à la force morale dans la représentation spirituelle. Par conséquent, rien n’est adoré dans l’objet du culte qu’Allah lui-même ».? Celui-là est plus mécréant que les polythéistes dans la mesure où ceux-ci utilisaient leurs idoles à titre d’intermédiaires (auprès d’Allah) comme ils disaient : « Nous ne les adorons qu’afin qu’ils nous rapprochent davantage d’Allah »[3]. »

      

Plus loin, il dit -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- :

 

 

ومن كان محسنا للظن بهم وادعى أنه لم يعرف حالهم : عُرِّف حالهم ، فإن لم يباينهم وتظهر لهم الإنكار، وإلا ألحق بهم وجعل منهم . وأما من قال : لكلامهم تأويل يوافق الشريعة ، فإنه من رؤوسهم وأئمتهم ، فإنه إن كان ذكياً:  فإنه يعرف كتاب لهم فيما قال ، وإن كان معتقداً لهذا باطناً وظاهراً : فهو أكفر من النصارى

 

  «  Celui qui préfère avoir une bonne opinion d’eux et prétend qu’il ne connaît pas leur véritable état, doit-être bien informé. S’il ne se sépare pas d’eux et ne les désavoue pas clairement on le leur assimile et le traite comme tel. » Quant à celui qui dit que « leur langage (celui des partisans d’Ibn Arabi) peut être interprété de façon conforme à la Charia », il fait partie de leurs chefs et de leurs dirigeants. S’il est intelligent, il connaît un de leurs livres allant dans le sens de ses propos. S’il parle par conviction intime, il est plus mécréant que les Chrétiens ».

 

Il dit aussi -qu’Allâh lui fasse Miséricorde- :

 

قَالَ شَيْخُ الِإِسْلَامِ بْنُ تَيْمِيَّةَ: " َإِنَّ ابْنَ عَرَبِيٍّ وَأَمْثَالَهُ وَإِنْ ادَّعَوْا أَنَّهُمْ مَنَّ الصُّوفِيَّةِ فَهُمْ مِنْ صُوفِيَّةِ الْمَلَاحِدَةِ الْفَلَاسِفَةِ لَيْسُوا مِنْ صُوفِيَّةِ أَهْلِ الْعِلْمِ. فَضْلًا عَنْ أَنْ يَكُونُوا مِنْ مَشَايِخِ أَهْلِ الْكِتَابِ وَالسُّنَّةِ : كالفضيل بْنِ عِيَاضٍ وَإِبْرَاهِيمَ بْنِ أَدْهَمَ وَأَبِي سُلَيْمَانَ الداراني وَمَعْرُوفٍ الكرخي والجنيد بْنِ مُحَمَّدٍ وَسَهْلِ بْنِ عَبْدِ اللَّهِ التستري وَأَمْثَالِهِمْ - رضوان الله عليهم أجمعين    "

 

« En vérité, Ibn ‘Arabi et ses semblables, même s’ils affirment d’être des mystiques (soufiyya), ils sont plutôt des mystiques athées et des philosophes, ils n’ont rien à voir avec les mystiques de la théologie spéculative, et encore moins avec les éminents maître du livre et de la tradition prophétique comme al-Fudayl Ibn ‘Iyad, Ibrahim Ibn Adham, Abi Sulayman al-Darani, Ma`ruf al-Karkhi, Junayd Ibn Muhammad, Sahli Ibn `Abdallah al-Tastari et d’autres – qu’Allah soient satisfait d’eux-. » [Source : al-Furqan bayna awliya' al-Rahman wa-awliya al-Šhaytan, page 80]

 

As-Subki a dit :

 وَمَنْ كَانَ مِنْ هَؤُلَاءِ الصُّوفِيَّةِ الْمُتَأَخِّرِينَ كَابْنِ عَرَبِيٍّ وَابْنِ سَبْعِينَ وَالْقُطْبِ الْقُونَوِيِّ وَالْعَفِيفِ التِّلْمِسَانِيِّ ، فَهَؤُلَاءِ ضُلَّالٌ جُهَّالٌ خَارِجُونَ عَنْ طَرِيقِ الْإِسْلَامِ فَضْلًا عَنْ الْعُلَمَاءِ

 

"Et ceux qui font partie de ces dernières générations de soufis, tels que Ibn ‘Arabi, Ibn Sab’iyn, Al-Qutb al-Qunawi, Al-‘Afif at-Tilmisani, et d'autres sont des égarés ignorants, qui sortent de la voie de l'Islam et sont exclus du groupe des savants."


Source : Mughnî al-Muhtâj, tome 11, page 170 

 

 

L'Imâm Ibn Hajar Al-‘Asqalânî a dit :


 وقد كنت سألت شيخنا الإمام سراح الدين البلقيني عن بن العربي فبادر الجواب بأنه كافر

 

"J'ai interrogé notre Sheykh Sirâj ad-Dîn Al-Balqînî sur Ibn el-‘Arabî (le soufi), il a alors prestement répondu : « C'est un Kâfir (un mécréant). »" 

 

Source : Lisân Al-Mîzân, volume 4, page 318, numéro 902.

 

 

Le Sheykh Taqi ud-Dîn al-Fâsi rapporte : 


وسمعت صاحبنا الحافظ الحجة ، القاضي شهاب الدين أحمد بن علي بن حجر الشافعي يقول: جرى بيني وبين بعض المحبين لابن عربي منازعة كثيرة في أمر ابن عربي ، حتى نلت منه لسوء مقالته ، فلم يسْلَ ذلك بالرجل المنازع لي في أمره ، وهددني بالشكوى إلى السلطان بمصر ، بأمر غير الذي تنازعنا فيه ، ليتعب خاطري ، فقلت له : ما للسلطان في هذا مدخل ! ألا تعال نتباهل ، فقل أن تباهل اثنان ، فكان أحدهما كاذباً إلا وأصيب ، قال : فقال لي : بسم الله ، قال : فقلت له : قل اللهم إن كان ابن عربي على ضلال فالعني بلعنتك ، فقال ذلك ، وقلت أنا : اللهم إن كان ابن عربي على هدى فالعني بلعنتك ، وافترقنا ، قال : ثم اجتمعنا في بعض متنزهات مصر في ليلة مقمرة ، فقال لنا : مرّ على رجلي شيء ناعم ، فانظروا فنظرنا فقلنا : ما رأينا شيئاً ، قال : ثم التمس بصره ، فلم يرَ شيئاً .هذا معنى ما حكاه لي الحافظ شهاب الدين بن حجر العسقلاني .

 

 

"J'ai entendu notre compagnon le Hâfidh, l'autorité (hujjah), le juge Shihâb ad-Dîn Ahmad ibn ‘Alî ibn Hajar ash-Shâfi’i [al-‘Asqalânî] dire : Il y avait beaucoup de différends au sujet de Ibn ‘Arabi entre moi et un de ceux qui aimaient ibn ‘Arabi, au point que je l'ai insulté à cause des mauvaises choses qu'il a dites, mais cela n'a pas fait changé d'avis l'homme. Il m'a menacé d'aller se plaindre de moi au Sultan d'Egypte au sujet d'une chose qui était différente de celle pour laquelle nous nous querellions, juste pour me causer des ennuis. Je lui ai dit : « Le Sultan n'a rien à voir avec ça ! Viens, faisons une Mubâhalah » (cela consiste à invoquer mutuellement la malédiction d'Allâh sur le menteur, cf. Âl ‘Imrân 3:61). Il est très rare, quand des gens font une mubâhalah et que l'un d'entre eux ment, que ce dernier reste impuni.

 
Il m'a alors dit « Bismillah » (c-à-d. a accepté). Je lui ai dit : « Dis : Ô Allah, si Ibn ‘Arabi est égaré, alors maudit-moi de Ta malédiction », et il l'a dit. Puis j'ai dit « Ô Allah, si Ibn ‘Arabi est bien guidé, alors maudit-moi de Ta malédiction ». Puis nous nous sommes séparés. Nous nous sommes ensuite rencontrés dans un parc en Egypte une nuit de clair de lune, et il nous a dit : « Quelque chose de doux a touché ma jambe, regarde ! » Nous avons donc regardé mais n'avons rien vu. Puis il a vérifié ses yeux et il ne pouvait plus rien voir (Allâh l'a rendu aveugle). C'est le sens de ce que le Hâfidh Shihâb ad-Dîn ibn Hajar al-‘Asqalânî m'a dit."

 

Source : « ‘Aqîdah Ibn ‘Arabi wa Hayâtuhu » de Taqi ad-Dîn al-Fâsî, p. 75/76, « Tanbih al-Ghabi » du Muhaddith Burhan ad-Dîn al-Baqî (p. 136/137). Rapporté également par le Hâfidh As-Sakhâwî dans son œuvre biographique sur Ibn Hajar, « Al-Jawahir wad-Durar fi Tarjamat Sheykh al-Islam ibn Hajar ».

 

 

Abu Zar’ah Ibn al-Hâfidh al-‘Iraqî  – qu'Allâh lui fasse Miséricorde – a dit :

 

http://2.bp.blogspot.com/-mCqxsCGiaT8/UCPr-nF3P_I/AAAAAAAAACM/RDPgT0lnIVI/s1600/iraqi+.jpg 

 

"Il n'y a aucun doute sur le fait que son fameux livre « al-Fusûs » contient de la mécréance évidente, de même que ses « Futûhât al-Makkiyyah ». Si c'est bien lui qui a écrit cela et qu'il a continué d'adhérer à ces idées jusqu'à sa mort, alors pas de doute qu'il s'agit d'un mécréant voué à demeurer éternellement en Enfer." 

 

Source : ‘Aqîdat Ibn ‘Arabî wa Hayâtuhu, p. 60

 

 


[1] Le panthéisme est une doctrine philosophique selon laquelle Dieu est tout et tout est Dieu.

[2] Sourate 60, verset 4.

[3] Sourate 39, verset 4.

 

Voir les commentaires

Published by Sulaymân Abû Mâlik - Mise en garde

• Abou Al Hassan Al Ach3arî a dit dans Maqâlât Al Islâmiyîn page 22 :


أجمعت الخوارج على إكفار علي بن أبي طالب رضوان الله عليه إن حكم وهم مختلفون هل كفره شرك أم لا، وأجمعوا على أن كل كبيرة كفر إلا النجدات فإنها لا تقول ذلك، وأجمعوا على أن الله سبحانه يعذب أصحاب الكبائر عذاباً دائماً إلا النجدات أصحاب نجدة.

« Les Khawârij sont unanimes sur la mécréance d’Alî Ibn Abî Tâlib qu’Allah l’agrée, s’il avait fait arbitrage, mais ils divergent quant à savoir si sa mécréance est idolâtrie ou non ? Et ils sont unanimes que tout grand péché est une mécréance, excepté les Najadât qui eux n’adhèrent pas à ça. Et ils sont tous d’accord pour dire qu’Allah châtie ceux qui font les grands péchés d’un supplice éternelle ; excepté les Najadât. » 

Et il dit page 32 :

 

وأما الوعيد فقول المعتزلة فيه وقول الخوارج قول واحد لأنهم يقولون أن أهل الكبائر الذين يموتون على كبائرهم في النار خالدون فيها مخلدون غير أن الخوارج يقولون أن مرتكبي الكبائر ممن ينتحل الإسلام يعذبون عذاب الكافرين والمعتزلة يقولون أن عذابهم ليس كعذاب الكافرين.


« Quant au sujet de la menace, l’avis des Mou‘tazila et des Khawârij est le même, car ils disent que ceux qui commettent des grands péchés et meurent sur cela sont en enfer pour l’éternité ; sauf que les Khawârij disent que ceux qui commettent les grands péchés sortent de l’Islam et que leur supplice est celui des mécréants, alors que les Mou‘tazila disent que leur supplice n’est pas celui des mécréants. »

• Ach-Chahrastânî dit dans « Al Milal Wa An-Nihal », volume 1 page 113 :

 


وكبار فرق الخوارج ستة : والأزارقة والنجدات والعجاردة والثعالبة والإباضية والصفرية والباقون فروعهم ويجمعهم القول بالتبرئ من عثمان وعلي رضي الله عنهما ويقدمون ذلك على طاعة ولا يصححون المناكحات إلا على ذلك ويكفرون أصحاب الكبائر ويرون الخروج على الإمام إذا خالف السنة حقا واجبا

« Et les grandes sectes Khawârij sont au nombre de six : Les Izâriqa, les Najadât, les ‘Ijârida, les Tha‘âliba, les Ibâdhiya et les Safariya. Quant au reste, il s’agit de groupes subsidiaires à ceux-là, mais tous s’unissent dans les avis suivants : Le désaveu d’Outhmân et de ‘Alî qu’Allah les agrée, et font passer cela avant toute obéissance, et ne valident aucun mariage tant que ce critère n’est pas remplit ; et ils jugent mécréants ceux qui commettent les grands péchés, et sont d’avis de se révolter contre l’imam qui s’oppose à la Sounnah comme une vérité obligatoire. » Fin de citation. 

• Nawawî dans dans Charh Mouslim volume 1 page 100 :


قَالَ الْقَاضِي عِيَاض رَحِمَهُ اللَّه اِخْتَلَفَ النَّاس فِيمَنْ عَصَى اللَّه تَعَالَى مِنْ أَهْل الشَّهَادَتَيْنِ فَقَالَتْ الْمُرْجِئَة : لَا تَضُرّهُ الْمَعْصِيَة مَعَ الْإِيمَان ، وَقَالَتْ الْخَوَارِج : تَضُرّهُ وَيَكْفُر بِهَا

« Al Qâdhî ‘Iyâdh qu’Allah lui fasse miséricorde dit : les gens divergèrent quant à celui qui désobéit à Allah parmi ceux qui adhèrent aux deux attestations de la Foi : Les Mourji’a dirent que la désobéissance ne nuit pas à la Foi, alors que les Khawârij dirent qu’elle y nuit, et qu’il devient mécréant par cela. » 

• Ibn Taymiya dit dans Majmoû3 Al Fatâwâ volume 7 page 222 :


يَنْبَغِي أَنْ يُعْرَفَ أَنَّ الْقَوْلَ الَّذِي لَمْ يُوَافِقْ الْخَوَارِجَ وَالْمُعْتَزِلَةَ عَلَيْهِ أَحَدٌ مِنْ أَهْلِ السُّنَّةِ هُوَ الْقَوْلُ بِتَخْلِيدِ أَهْلِ الْكَبَائِرِ فِي النَّارِ ؛ فَإِنَّ هَذَا الْقَوْلَ مِنْ الْبِدَعِ الْمَشْهُورَةِ وَقَدْ اتَّفَقَ الصَّحَابَةُ وَالتَّابِعُونَ لَهُمْ بِإِحْسَانِ ؛ وَسَائِرُ أَئِمَّةِ الْمُسْلِمِينَ عَلَى أَنَّهُ لَا يُخَلَّدُ فِي النَّارِ أَحَدٌ مِمَّنْ فِي قَلْبِهِ مِثْقَالُ ذَرَّةٍ مِنْ إيمَانٍ وَاتَّفَقُوا أَيْضًا عَلَى أَنَّ نَبِيَّنَا صَلَّى اللَّهُ عَلَيْهِ وَسَلَّمَ يَشْفَعُ فِيمَنْ يَأْذَنُ اللَّهُ لَهُ بِالشَّفَاعَةِ فِيهِ مِنْ أَهْلِ الْكَبَائِرِ مَنْ أُمَّتِهِ

« Il faut savoir que l’avis auquel personne de Ahl Sounnah n’a jamais adhéré, qui est celui des Khawârij et des Mou’tazila, c’est l’avis que ceux qui commettent des grands péchés restent éternellement en enfer ; en effet cet avis est un avis hérétique bien connu, et tous les compagnons du prophète ainsi que leurs élèves et les imam des musulmans sont d’accord pour dire que nul ayant un atome de Foi dans son cœur ne s’éternisera dans l’Enfer , et ils furent aussi tous d’accord pour dire que notre prophète, salla llahou ‘alayhi wa sallam, intercédera en faveur de ceux qui faisaient des grands péchés dans sa communauté, après qu’Allah le lui permette. » Fin de citation. 

• ‘Abdallah Abou Boutayn dit dans Dourar As-Saniyya volume 1 page 360, 361 :


وأما الخوارج : فهم الذين خرجوا على علي رضي الله عنه ؛ وقبل ذلك، قتلوا عثمان رضي الله عنه ؛ وكفّروا عثمان، وعلياً، وطلحة، والزبير ،ومعاوية، وطائفتي علي ومعاوية، واستحلوا دماءهم . وأصل مذهبهم : الغلو الذي نهي عنه، وحذر عنه النبي صلى الله عليه وسلم فكفروا من ارتكب كبيرة، وبعضهم يكفر بالصغائر ؛ وكفروا علياً وأصحابه بغير ذنب، فكفروهم بتحكيم الحكمين : عمرو بن العاص، وأبي موسى الأشعري ؛ وقالوا لا حكم إلا لله . واستدلوا على قولهم : بالتكفير بالذنوب بعمومات أخطأوا فيها ؛ وذلك كقوله سبحانه : ( ومن يعص الله ورسوله فإن له نار جهنم خالدين فيها أبداً ) [ الجن : 23] ( ومن يعص الله ورسوله ويتعد حدوده يدخله ناراً خالداً فيها ) [ النساء : 14 ] وقوله : ( ومن يقتل مؤمناً متعمداً فجزاؤه جهنم خالداً فيها ) الآية [ النساء : 93 ] وغير ذلك من الآيات . وأجمع أهل السنة والجماعة : أن أصحاب الكبائر لا يخلدون في النار إذا ماتوا على التوحيد ؛ وأن من دخل النار منهم بذنبه يخرج منها

« Quant aux Khawârij ; ce sont ceux qui se sont révolté contre ‘Alî, qu’Allah l’agrée, et qui tuèrent ‘Outhmân avant cela, qu’Allah l’agrée, et ils jugèrent ‘Alî, Outhmân, Talha, Zoubayr, Mou‘âwiya, le groupe d’Alî et de Mou‘âwiya mécréants, et légalisèrent de faire couler leurs sangs. Et le fondement de leur doctrine est : l’extrémisme, qui est interdit, et contre lequel avertit le prophète qu’Allah prie sur lui et le salue. Ils jugèrent donc mécréant celui qui commet un grand péché, certains même juge mécréant celui qui commet un petit péché ; ils jugèrent mécréant ‘Alî et ses compagnons bien qu’ils n’aient fait aucun péché, mais bien parce qu’ils ont pris deux arbitres : ‘Amr Ibn ‘Âç et Aboû Moûsâ Al Ach‘arî, et dirent « Seul Allah juge ». Et ils basèrent leur doctrine de juger mécréant pour les péchés, sur des versets généraux qu’ils ont mal compris, comme par exemple le verset « Et quiconque désobéit à Allah et Son messager, il aura le feu de l’enfer éternellement à tout jamais. » Sourate 72 verset 23, et le verset « Et quiconque désobéit à Allah et Son messager et transgresse Ses limites, Il le fera entrer en enfer pour l’éternité » Sourate 4 verset 93, et d’autres versets encore. Et Ahl Sounnah wal Jamâ‘a sont unanime pour dire que ceux qui commettent des grands péchés ne restent pas éternellement en enfer s’ils meurent monothéistes ; et que si l’un d’entre eux entre en enfer pour ses péchés, il en sortira. »

Et il dit page 362 :


فإذا عرفت مذهبهم، أن أصله التكفير بالذنوب وكفّروا أصحاب رسول الله صلي الله عليه وسلم، واستحلوا قتلهم، متقربين بذلك إلى الله ! فإذا تبين لك ذلك، تبين لك : ضلال كثير من أهل هذه الأزمنة، في زعمهم : أن الشيخ محمد بن عبد الوهاب - رحمه الله - وأتباعه خوارج، ومذهبهم مخالف لمذهب الخوارج ؛ لأنههم يوالون جميع أصحاب رسول الله صلى الله عليه وسلم، ويعتقدون فضلهم على من بعدهم، ويوجبون إتباعهم، ويدعون لهم، ويضللون من قدح فيهم، أو تنقص أحداً منهم ولا يكفّرون بالذنوب، ولا يخرجون أصحابها من الإسلام ،إنما يكفّرون من أشرك بالله، أو حسّن الشرك ؛ والمشرك : كافر بالكتاب، والسنة ،والإجماع، فكيف يجعل هؤلاء مثلا أولئك ؟! .

« Et une fois que tu connais leur doctrine, et que son principe de base est de bannir de l’Islam à cause des péchés, et qu’ils bannirent de l’Islam les compagnons du prophète qu’Allah prie sur lui et le salue, et qu’ils légalisèrent de les tuer, pour se rapprocher d’Allah ! Une fois que tu as compris ça, tu verras alors l’égarement de beaucoup de gens à notre époque qui prétendent que le Cheykh Mouhammad Ibn ‘Abdelwahhâb, qu’Allah lui fasse miséricorde, et ses adeptes sont des Khawârij et que leur doctrine est celle des Khawârij ! Car ils aiment tous les compagnons du messager d’Allah, qu’Allah prie sur lui et le salue, et sont convaincu que leur mérite est meilleur que celui de leurs successeurs, et qu’ils obligent de les suivre, et prient pour eux, et traitent d’égaré ceux qui parlent en mal d’eux ou les rabaissent, et ils ne jugent personne mécréant pour les péchés ni ne les excluent de l’Islam, mais ils jugent mécréant celui qui donne un associé à Allah ou enjolive cela. Et l’idolâtre est mécréant d’après le Livre, la Sounnah et l’unanimité ; alors comment les comparer à ces gens là ?! »

 

Traduit par Abdel Mutal.

 

Voir les commentaires

Published by Sulaymân Abû Mâlik - Mise en garde

Al-Mouhaddith  Soulayman al-Alwan

 

(les « Rawafid » ou « réfutateurs » appelé par la masse « Shiïtes », sont une un groupe apparut après la mort du Prophète 'alayhi as Salat was Salam, à leur tête un homme du nom de AbdAllah ibnou Saba’, qui fut juif, puis chrétiens puis prétendit mensongèrement se convertir à l’islam.

Il fut le premier à prétendre que le mérite revenait à ‘Ali ibnou Abi Talib quant au Khalifa (représentant du Prophète salla Allahu 'alayhi was Salam après sa mort) et qu’Abou Bakr le véridique n’en était pas méritoire.

A savoir que le Prophète salla Allahu 'alayhi was Salam durant sa maladie, qui l’empêchait de guider la prière en commun, donna l’ordre que la prière soit dirigée par Abou Bakr. De même que les Compagnons, et parmi eux ‘Ali lui-même, furent unanimes sur le mérite d’Abou Bakr d’être le représentant du Prophète salla Allahu 'alayhi was Salam après sa mort.


Donc le premier à avoir innové cette position fut AbdAllah ibnou Saba’, qui par la suite prétendit que ‘Ali n’était autre qu’Allah, ce qui poussa ‘Ali à brûler vifs les adeptes d’Ibnou Saba’. Dès lors certains d’entre eux vinrent vers lui afin de lui annoncer l’amère réalité, mais ceci ne fit qu’accroître la mécréance et l’égarement de ces derniers qui leurs répondirent : « Ne peut punir par le feu que le seigneur du feu ».

 

Ce groupe se sépara en plusieurs factions, certaines qui se contentèrent de dirent que ‘Ali était le plus méritoire du Khalifa et n’ajoutèrent à cela aucun autre égarement excluant de l’Islam, furent considérés « innovateurs dont l’innovation ne les exclue pas de la sphère de l’Islam, telle que la secte « Azzaïdya », et d’autres qui sont la grande majorité dévièrent jusqu'à fonder une religion opposée à celle de l’Islam appelé « Arrafdou - le refus ».


Plusieurs raisons furent données, quant à la cause de cette appellation, mais ce qui nous importe le plus est De connaître le vécu et la réalité des « Réfutateurs » présent aujourd’hui en Iran, Iraq, dans certaines régions de la péninsule arabique, entre autre et qui commence peu à peu à s’étendre.
Ces derniers ont donc parmi leurs convictions au sujet desquelles les musulmans, à tout époque et sur toutes terres, furent unanimes, qu’elles constituent des annulations de l’Islam:


a. Leur association dans l’Unicité de l’adoration : tel que l’invocation des morts, le sacrifice pour les morts et autres formes d’association dans l’Unicité de l’adoration.

b. Leur croyance que le Qor’an entre les mains des musulmans aujourd’hui n’est pas Celui qui fut révélé à notre Prophète Mohammed. Et que le Qor’an entre nos mains fut falsifié, ceci n’est-il pas O Monothéistes un démentit apparent de La Parole d’Allah :
« En vérité c’est Nous qui avons descendre le Qor’an, et c’est Nous qui en sommes Gardien » (S15-V9).

c. Leur parole que : leurs « A-ima » guides connaissent ce qui fut et ce qui sera, et que rien ne leur échappe, et leur mensonge sur le Véridique qui selon leur prétention aurait dit : « Par Allah, la science des premiers et des derniers nous fut donnée » un homme parmi ses compagnons lui dit alors : « Puis-je être sacrifié, afin que tu sois sauvé, possède-tu la science de l’inconnaissable (ou l’invisible) ? Il lui dit : « Malheur à toi, j’ai certes connaissance de ce qui est en la poitrine des hommes et dans le fœtus des femmes ». Il fut évoqué dans l’une de leur référence « Al-Kafy »que : « leurs guides (les guides de la réfutation « Ar-Rafd » ont connaissance de ce qui est, ce qui sera et que rien ne leur échappe ».

Ceci n’est-il pas un démentit claire de la Parole d’Allah :


« Dis : « Nul de ceux qui sont dans les cieux et sur la terre ne connaît l’Inconnaissable, à part Allah » (S27-V65).

De même que :
« Dis-(leur) : « Je ne vous dis pas que je détiens les trésors d’Allah, ni que je connais l’Inconnaissable ».(S6-V45)

d. Leur excommunion des Compagnons, excepté un petit nombre : Arradawy le réfutateur dit : « Parmi les sujets sur lesquels deux personnes sur terre ne peuvent diverger est que : les trois qui sont à la tête des compagnons- c’est-à-dire Abou Bakr, Omar et Othmane- étaient des païens ».


Il dit aussi :

 

« Quant à notre désaveu des deux Cheikh- Abou Bakr et Omar-, ceci constitue une des nécessités de notre religion. Ce désaveu est un signe législatif de la véracité de notre amour envers notre guide, et de notre alliance à nos leaders, que la paix soit sur eux. A savoir que l’alliance (l’amour, le suivi) de ‘Ali ne se complète que par le désaveu des deux Cheikhs, car Allah dit : « Donc, quiconque se désavoue du Tâghût, tandis qu’il croit en Allah saisit alors l’anse la plus solide, qui ne peut se briser ».

Ils attribuèrent mensongèrement la parole suivante à « Abou Ja’far » : « Les gens apostasièrent après la mort du Prophète, excepté trois personnes » l’un d’entre lui dit : « Qui sont-ils ». Il répondit : « Al-Miqdad, Abou Dzar et Salman ».


Ceci n’est-il pas, O Musulman, un démentit apparent de La Parole d’Allah :


« Les tout premiers( croyants) parmi les Emigrés( ceux qui émigrèrent de la Mecque vers Médine, ainsi que ceux qui les rejoignirent de l’Abyssinie, après la première émigration, tel que Ja’far ibnou Abi Talib) et les Auxiliaires( ceux qui accueillirent le Prophète et les émigrés et donnèrent ainsi victoire à la Religion d’Allah, pour cela ils furent appelés « Al-Ansar ») et ceux qui le ont suivis dans un bon comportement, Allah est satisfait d’eux et eux sont satisfaits de lui. Il a préparé pour eux des jardins sous lesquels coulent des ruisseaux, et ils y demeureront éternellement. Voilà l’énorme succès » (S9-V100).

e. Leur diffamation de la véridique fille du véridique Aïcha, par la calomnie, selon laquelle elle aurait commit l’adultère, cependant qu’Allah l’innocenta d’au dessus des sept cieux, en disant : « Ceux-là sont innocents de ce que les autres disent » (S24-V26).

Le réfutateur, auteur de l’ouvrage"الصراط المستقيم" « Assiratou al-Moustaqim » le droit chemin (la réalité est que leur voie n’est autre que celle du diable maudit : « Ils dirent (c’est-à-dire les gens de la sunnah) : « Allah innocenta Aïcha en disant : « Ceux-là sont innocents de ce que les autres disent ». Nous répondons à cela en disant : « Allah éleva son Prophète d’avoir commis l’adultère, non pas elle, et ceci est une position unilatérales entre les exégètes » !!!

Et autres parmi leurs convictions, paroles et actes excommunicatrices de l’Islam, qui ne peuvent en aucun cas être réunis, en compagnie d’un Islam correcte.


A savoir que ces convictions sont les majoritaires chez eux, et non minoritaires comme peuvent le prétendre certains, en particulier ce qui concerne leur association dans l’Unicité de l’adoration et leur excommunions des Compagnons. Leurs ouvrages et écoles en sont le plus grand témoin, et mettent en évidence la réalité et l’ampleur de la divergence entre les deux voies. Une divergence qui relève de la mécréance et de l’Islam, et qui ne peut nullement être acceptée, et aucun rapprochement ne doit être imaginé. Et quiconque prétend le contraire, ne comprend en rien à l’Unicité d’Allah, le contenu du Message envoyé. Il souhaite ainsi réunir entre le vrai et le faux, l’Islam et la mécréance, et ceci est un égarement évident, et une transformation des sujets constants et inébranlables de la législation d’Allah. De plus amples détails seront donnés, par la permission d’Allah et sa Bénédiction, dans une épître consacrée au dévoilement de cette secte mécréante, et la réponse aux ambiguïtés pouvant être apportées par ces derniers. Dans le but que le Monothéiste puisse distinguer d’une manière claire la voie d’Allah de celle du diable.



Référence : Tiré de l’épître de l’éminent savant "المحدث سليمان العلوان" « Al-Mouhaddith » Souleymane Al-Alwane, du nom de : " تبصير بواقع الرافضة" « Tabsiroun bi-waqi’ Ar-Rafidda » l’éclaircissement de la réalité des réfutateurs.)

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Mise en garde

La bida' du irja' et les murji'ah

 

 

Par le Dr. Tariq Abdel Halîm.

 

 

Source : Imprimé en Arabe dans Al Bayan Magazine (Londres, Royaume-Uni) en 1986.

 

 

La précipitation est une caractéristique commune à l'être humain. Comment ne pourrait il pas en être ainsi quand le Créateur dit : « car l’homme est très hâtif » [17:11]. Puis Allah ta'ala a accordé Sa faveur aux croyants en dirigeant leur nature téméraire, si enraciné dans son empressement, vers la bonté et la fortune, qui redirige son « empressement » vers les bonnes actions.

 

J'ai commencé par cette introduction afin de demander au lecteur d'excuser mon empressement dans la rédaction de cet article à propos de « l'irja' et des murji'ah », qui fait partie des livres que j'intente d'écrire (avec un autre frère) et de publier (avec l'aide d'Allah) sur les sectes de l'Islam. […]

 

J'ai entrepris cela car j'ai pensé qu'il était nécessaire de le faire afin d'exposer tous les mauvais effets de cette fitna. Par moment, ce virus est caché, et à d'autres il est visible parmi les musulmans, et étrangement, chez les musulmans actif. Il frappe la vie des musulmans en prônant la faiblesse, l'impuissance et la perte de capacité à distinguer le bon du mauvais, connaître le corrupteur du réformateur, et, fortement influencer, de manière négative, la présence islamique, que se soit dans les domaines sociaux ou politiques.

 

Nous n'avons pas l'intention d'engager cette discussion à la va vite dans nos explications des détails de la voie de l'irja' et ses fondateurs. Tout comme nous n'avons pas l'intention d'exposer chaque petit détail, excepté ce que nous résumerons, ce qui est généralement mentionné à propos de cette innovation.

 

Ensuite, nous procéderons à la réfutation de leurs paroles (celle des murji'ah) et clarifierons la vérité du minhaj d'Ahl Sunnah.

 

Puis enfin, nous nous pencherons sur la situation des musulmans de nos jours afin de voir le degré d'influence du virus de l'irja', qui continu de se propager dans le monde islamique jusqu'à aujourd'hui. Le résultat en est un corps affaibli qui est sujet à la division et à l'effondrement, qui corrompt les gouvernés, permet au gouverneur d'opprimer, et ouvre la voie à l'égarement loin du chemin droit.

 

Al irja' :

 

La racine étymologique dans la langue arabe du verbe “أرجأ” veut dire : « reporter/retarder ». “أرجأ الأمر” veut dire retarder/reporter quelque chose.

 

Ce nom a était attribué à la secte des « murji'ah » quand ils ont reporter/retarder les actes “العمل” de la croyance “الإيمان ”. En d'autres termes, ils ont séparé la croyance et les actes. Ils ont fait de l'acte un élément ultérieur et moins significative que la croyance dans le but de retarder les jugements/statuts légaux de fasiq et kafir basé sur leurs actes. Ils affirment que tout jugement est reporté au Jour du Jugement dernier.

 

La doctrine des « Murji'ah » est centré sur l'Iman (la foi). La plupart des adeptes de cette secte définissent l'Iman comme suit : la croyance du cœur et l'affirmation de la langue (et certains d'entre eux affirment que seul la croyance du cœur suffit et ne requiert pas l'affirmation de la langue de la Shahada même en ayant la capacité de le faire). Dans les deux cas, ils n'incluent pas les actes dans la définition de la foi. Par conséquent, l'Iman selon les murji'ah est complet pour quiconque croit au Message et prononce la Shahada ; même s'il n'accomplit aucun acte de bien !

 

Cette bida' est apparue chez les murji'ah à cause de leur compréhension [défectueuse] de l'Iman, et que l'Iman est un bloque qui ne peut être échelonné ou partitionné (c-à-d que l'Iman n'augmente pas et et ne diminue pas). Al murji'ah s'en est tenu à cette définition en affirmant que le sens du terme « Iman » dans la langue arabe veut dire « croyance », comme Allah dit {ومَا أَنتَ بِمُؤْمِنٍ لَّنَا} « Tu ne nous croiras pas, même si nous disons la vérité » [12:17].

 

De façon similaire, ils ont prit le sens apparent de certains hadiths, comme celui rapporté par Muslim où Abu Huraira rapporte que le Messager d'Allah salallahu 'alayhi was salam a dit :  « Il m'a était ordonné de combattre les gens jusqu'à qu'ils attestent qu'il n'y a nul autre divinité si ce n'est Allah ». Ainsi qu'un autre rapporté par Muslim où Abu Huraira rapporte que le Prophète salallahu 'alayhi was salam a dit : « Et donc quiconque tu rencontre derrière ce mur et atteste qu'il n'y a nul autre divinité si ce n'est Allah, et dont le cœur est affermi sur cela, annonce lui la bonne nouvelle du paradis ».

 

Ils disent que ces hadiths indiquent que l'Iman est la croyance du cœur et l'affirmation de la Shahada par la langue. Ainsi, ils suffisent à prouver l'Iman et à rentrer au paradis sans faire aucun acte de bien.

 

Toutefois, certains de ceux qui étaient touché par l'affliction de l'irja' sont allé encore plus loin. Il ne se sont pas arrêté au fait de retirer les actes d'obéissance (obligatoire ou recommandé) de l'Iman, mais ils aussi retirer les actes qui sont fondamentalement lié au sens de la Shahada et vital à l'accomplissement du Tawhid d'adoration (توحيد ألوهية الله) (tel que juger avec la shari'ah d'Allah). Et pourquoi en serait il autrement ? Vu que l'Iman est seulement dans le cœur et la croyance dans l'absolu ?! Quel serait le mal d'abandonner l'application de la shari'ah vu que cela est équivalent à n'importe quel autre péché ? En d'autre terme, celui qui n'applique pas les lois de la shari'ah est semblable à celui qui vol une orange ou fait du mal à son voisin ?!

 

Et donc ce groupe a attribué leur paroles au salafs qui bien entendu n'ont jamais dit de tel choses. À partir de là, ils ont posé les bases de ce que nous voyons aujourd'hui dans nos sociétés Islamique comme nous allons le démontrer.

 

Réfuter la voie de l'irja' se fera en deux étapes :

 

La première étape sera générale. Ceci inclut de réfuter leurs fondements en examinant les Textes. C'est une approche commune pour réfuter les sectes innovatrice qui suivent leur passion.

 

La deuxième étape sera spécifique aux murji'ah, ce qui inclut la réfutation de leurs prétentions une par une et d'établir leur corruption en utilisant les preuves Textuel.

 

Nous présenterons chaque étape de manière brève mais concise afin que l'article reste relativement court.

 

Premièrement, la réfutation générale :

 

Les gens de la bida' et de la hawa ont sollicité des moyens spécifique pour étudier la shari'ah, ce qui les mènent à leurs conclusions erronés.

 

Nous résumerons leurs méthodologies comme suit :

 

  1. L'inexistence de méthode pour comprendre et justifier la pertinence de toutes les preuves (عدم الجمع بين أطراف الأدلة). Plutôt, ils choisissent la première preuve qui prouverait (d'une certaine manière) ce qu'ils désirent et va dans le sens de leur passion. Si ils se heurtent à d'autres preuves, ils ne les compilent pas avec la première. En vérité, ils déforment leur sens ou les cachent toutes (les preuves qui s'opposent à leur hawa). Alors que la pratique des savants enraciné dans la science est d'accepter la shari'ah de façon complète [...]

     

  2. L'utilisation de hadiths faible ou inventés tout en ignorant et/ou cachant les hadiths sahih. Tandis que Ahl Sunnah suit les hadiths sahih et ceux dont la shari'ah statut qui peuvent être correctement accepté (que ces derniers soit sahih ou hassan, cela dépend de leurs fondements).

     

  3. Leur dépendances aux branches de la shari'ah sans s'en référer et les rapporter aux principes de base qui régissent et organisent les branches.

     

  4. Dévier le sens de la preuve (c-à-d les versets et les hadiths) en la sortant de son contexte original. Il s'agit d'une manipulation qu'Allah a condamné dans le Qur'an. Ils font cela en prenant une preuve s'appliquant à un contexte spécifique et l'applique à un contexte complètement différent. Cela est appelé «tahqiq al manat » (تحقيق المناط) chez les usuliyun. Il n'y a aucun doute que n'importe quel musulman condamne le fait de changer le sens des mots en les sortant de leur contexte et n'ont pas recours à ce procédé à moins d'être confus ou ignorant de la vérité. Combiné cela à un désire [d'atteindre une conclusion couru d'avance] qui l'aveugle de l'utilisation correcte de la preuve et le résultat de tout cela est que l'on devient tout simplement un innovateur. « C'est ainsi que la généralisation de la compréhension des preuves sous l'illusion qu'ils couvrent toutes les circonstances possible sans aucune vérification de ces dernières revient à partiellement changer le sens des mots liés à leur contexte, ce qui les mène à la bida' plutôt qu'au suivi de la sunnah .» [الاعتصام 1/223]

 

Deuxièmement, la réfutation spécifique :

 

La déduction des murji'ah comme quoi l'Iman est une « affirmation » et incorrecte. La vérité est que l'Iman est un nom qu'Allah soubhana wa ta'ala a utilisé pour signifier un signification spécifique dans la shari'ah. L'Iman dans la shari'ah est « la combinaison de paroles suivi d'actes » (c-à-d que le sens linguistique est trop restrictif). Parce que « ce qui est important de savoir c'est que : les termes se trouvant dans le Qur'an et les hadiths une fois interprété par le Prophète salallahu 'alayhi was salam et que leur sens est connu, il n'est pas nécessaire d'y introduire le langage des savants ou d'autres » : [245: الإيمان لابن تيمية ].

 

« De plus, l'Iman ne veut pas seulement dire « affirmation » dans la langue arabe. Par exemple, il est dit à un locuteur que l'auditeur croit : je te crois (صدقه) ; mais il ne lui est pas dit : j'affirme par toi (آمن به) ou je t'affirme  (آمنه). Plutôt, on lui dira : je crois en toi (آمن له).

 

Allah azzwa jal dit dans le Qur'an {فَآمَنَ لَهُ لُوط} « Loṭ crut en lui. » [29:26]. Et Il dit {فَمَا آمَنَ لِمُوسَى إلاَّ ذُرِّيَّةٌ مِّن قَوْمِهِ} « Personne ne crut (au message) de Moïse, sauf un groupe de jeunes gens de son peuple » [10:83]. De là, quand l'adjectif est précédé d'un “ل” comme dans “آمن له”, cela implique la croyance au sens linguistique (c-à-d l'affirmation). Mais quand l'adjectif est précédé d'un “ب ” alors l'Iman doit être compris dans son sens shari' qui inclut aussi les actes ». [248: الإيمان]

 

Tout comme l'opposé de l'Iman n'est pas le rejet mais plutôt le kufr. Il est dit a celui qu'on ne croit pas : tu mens, et a celui qui n'a pas d'Iman : tu es sur le kufr.

 

Une autre ombre au sens des termes « affirmation » et « rejet » est qu'ils s'appliquent à ce qui est visible et invisible, alors que l'Iman est uniquement utilisé dans le contexte de l'invisible. [249: الإيمان]

 

L'islam et l'Iman sont des noms qui indiquent une seul sens quand ils sont utilisé séparément : la soumission complète à Allah azza wa jal et l'obéissance à Lui seul, extérieurement et intérieurement. Cependant, quand ces deux termes sont cité dans un même contexte, ils indiquent un sens différent l'un de l'autre. L'islam indique les actes extérieurs tel que la prière, le jeûne et le pèlerinage. Alors que l'Iman indique les actes intérieurs tel que l'amour et la crainte d'Allah (qui sont des actes du cœur).

 

Plusieurs versets et hadiths démontrent que les actes font partie intégrant de l'Iman. Les compagnons, leurs successeurs et nos prédécesseurs se sont tous accordés sur le fait que les actes font partie intégrante de la définition de l'Iman. Ainsi, l'Iman est la parole et l'acte, il augmente et diminue (il augmente avec les bonnes œuvres et diminue avec les péchés). Allah soubhana wa ta'ala a dit {لِيَزْدَادُوا إيمَاناً مَّع إيمَانِهِمْ} « afin qu’ils ajoutent une foi à leur foi » [48:3].

 

Muslim rapporte dans son sahih qu'Abu Huraira a dit : Le Messager d'Allah salallahu 'alayhi was salam a dit : « L'Iman a 70 branches (ou 60 branches). La plus élevé est de dire « il n'y a nul autre divinité digne d'être adoré si ce n'est Allah », et la plus basse est de retiré un objet obstruant le chemin. Et la modestie est une branche de l'Iman. ».

 

Muslim rapporte aussi à propos d'ibn Abbas dans le hadith de la délégation d'Abd Qays que le Messager d'Allah salallahu 'alayhi was salam a dit :  « L'Iman s’établit en priant, en donnant l'aumône, en jeûnant le mois de Ramadan, et en donnant un cinquième du butin de guerre .»

 

Par conséquent, nous pouvons conclure que l'Iman est :

 

-Parole du cœur : l'affirmation du Message de l'Islam.

 

-L'acte du cœur : la reconnaissance et l'acceptation totale qui se base sur l'amour et l'agrément.

 

-Parole de la langue : proclamer la Shahada.

 

-L'acte de la langue et des membres : accomplir de bonnes œuvres, abandonner les mauvaises qui augmentent et diminuent l'Iman.

 

Ensuite, nous regarderons la déduction des murji'ah sur les hadiths de l'intercession dans lesquels ils est dit que la prononciation de la Shahada par une personne affirme son Islam et son Iman même si cette personne commet un acte de kufr (tel que ne pas appliquer la loi Islamique). Nous démontrerons les méthodes des gens de l'innovation qui n'adopte ni ne fournissent les preuves Légales de la shari'ah et nous montrerons leur mauvaise utilisation des hadiths.

 

Les murji'ah disent : Muslim rapporte dans son sahih qu'Umar ibn al Khatab rapporte le hadith de Jibril et dit : le Messager d'Allah salallahu 'alayhi was salam a dit : « Que tu déclare qu'il n'y a nul autre divinité sauf Allah et que Muhammad est Son Messager, accomplisse la prière, donne la zakat, jeûne le mois de Ramadan, et fait le pèlerinage à la maison sacré si tu en est capable ».

 

Mais ils négligent la récit qui suit directement (le précédant) dans le sahih Muslim où Abu Huraira a dit : Le Messager d'Allah salallahu 'alayhi was salam a dit : « L'Islam c'est adorer Allah et ne Lui donner aucun associé, accomplir les prières obligatoires, donner la zakat obligatoire, et jeûner le mois de Ramadan ».

 

De même, le hadith stipulant les piliers de l'Islam que Muslim rapporte des propos d'Ibn Umar qui le tient de son père. Abdul Allah [Ibn Umar] a dit : Le Messager d'Allah salallahu 'alayhi was salam a dit : « L'Islam est battit sur 5 piliers : la déclaration qu'il n'y a nul autre divinité sauf Allah et que Muhammad est Son serviteur et Messager , accomplir la prière, payer l'aumône, accomplir le pèlerinage à la maison sacré et jeûner le mois de Ramadan.

 

En outre, ils ont aussi négligé un autre récit de Muslim dans le même chapitre ou Ibn Umar rapporte que le Prophète salallahu 'alayhi was salam a dit : « L'Islam est construit sur 5 piliers : que tu ai le Tawhid d'Allah, accomplisse les prières, jeûne le mois de Ramadan, et fasse le pèlerinage ».

 

Il y a d'autres hadiths comme les exemples fournit précédemment ou les murji'ah reconnaissent un récit et ne tiennent pas compte d'un autre. Tout cela montre que la proclamation de la Shahada qui est accepté par la Shari'ah est : Le Tawhid d'Allah, l'adorer Lui seul et abandonner le shirk. C'est à dire : la proclamation de la Shahada qui est un signe du sens de l'accomplissement du Tawhid dans le cœur, l'âme et le corps à travers les paroles et les actes. Tant qu'il n'y a pas d'actes apparent de kufr, il n'y a pas d'autre signification à la simple prononciation de la Shahada.

 

C'est ce qu'Ibn Al Qayim a noté dans “إعلام الموقعين”, que les termes sont compris par le sens qui est voulu (par Allah azza wa jal), et non par le simple sens linguistique et ce qu'il (la langue) a élaboré dans les intentions et les objectif derrière les termes [مسلم بشرح النووي 1/157].

 

Par conséquent, les questions suivantes doivent se poser :

 

Quels sont les causes qui ont mené à l'émergence de l'irja' dans l'histoire ?

 

Et quels sont les éléments qui ont participé à sa survie et sa persistance jusqu'à aujourd'hui ?

 

Les réponses ont besoin de détail et de plus de temps et de place que ne le permet cet article. Néanmoins, il est important d'en mentionner quelques points.

 

Certains ont retracé l'origine de l'irja' à l'époque des compagnons pendant la période de fitna quand la dynastie Umayyade est apparu. Ces compagnons qui n'ont pas participé à cette fitna étaient vu comme les premiers murji'ah. Toutefois, nous sommes d'avis que cette théorie est « tiré par les cheveux » et alourdi le fardeau de cette période et que cela est intolérable. Certains aime faire de cette période la cause de toutes les corruptions apparu dans l'histoire Islamique. En faites, les compagnons qui se sont abstenu dans cette fitna ne l'ont pas fait à cause de l'irja'. Au contraire, certains ont reconnu qu'ils étaient correcte et les ont suivi, alors que d'autres qui étaient ambigus dans leurs positions ont donc préféré se rallier au groupe le plus sûre.

 

C'est une réaction typique dans de tels circonstances ; certains participent pendant que d'autres se sont isolés (certains penseurs pourraient conclure que c'est la base du madhab des Mu'tazila [Une secte qui a émergé lorsque que son fondateur c'est « isolé » d'al Hassan al Basri quand ce dernier a refusé de renier les attributs d'Allah.], car ils ont choisi l'isolation) [105/3 انظر إعلام الموقعين].

 

Ce qui nous apparaît à cet égard [en bref] est que le credo de l'irja' est adapté à ceux qui abandonnent leur position et préfèrent la sécurité au danger même si il les mène au faux. Car quiconque prononce la Shahada est un croyant au même niveau que Jibril ! En outre, les actes ne représentent pas l'Iman, ainsi que le fisq (perversion), ou même le kufr. À partir de là, ce n'est pas à nous de réfuter les mensonges et révélé les maux des corrupteurs et de pointer leur vilenie (en suivant la Sirah du Messager d'Allah salallahu 'alayhi was salam dans l'évaluation du fasiq, du muthnib ou du kafir).

 

Le comportement précédemment exposé profite et s'adpate au gouverneur injuste ou mécréant. Ainsi, ce credo n'incitera à aucun désaccord avec le gouverneur peut importe ce qu'il fait, car il est perpétuellement croyant, ne prononce-t-il pas tout le temps la Shahada ?! Nous n'avons aucun intérêt à vouloir connaître et regarder les intentions invisible des gens et affirmer que nous savons ce qui se trouve dans leurs cœurs, tant que leurs actes extérieurs et apparents n'ont aucune influence sur l'Iman.

 

-L'affirmation à elle seule ne nous suffit-elle pas ?

 

-La simple prononciation de la Shahada n'est-elle pas suffisante pour se ranger de son côté ?

 

-Cela n'est il pas suffisant pour pactiser avec lui et l'excuser pour tout ce qu'il pourrait faire ?

 

-Cela n'est-il pas suffisant pour nous pour accepter de vivre sous ses lois déviantes, en lui faisant juste certains reproches ou objections occasionnelles ou même constantes de son égarement ?

 

-Cela est-il un reproche basé sur la Loi islamique et un conseil d'un frère dans la foi à un autre ?

 

-Ou est ce une objection de la soumission et l’affirmation du désaccord à la marche sous la même bannière ?

 

Un autre élément qui a pu avoir un effet sur l'émergence de l'irja' (plutôt à la persistance de ce dernier pour être plus précis) est l'émergence des sectes qui sont inspiré du credo des khawarij dans leur concept et leur doctrine, mais pas nécessairement dans leur nom. Cette situation a dupé toute personne n'ayant pas profondément étudié ces doctrines et disséminé les avis valides de ceux qui sont erronés (la majorité d'entre eux sont des jeunes - emporté dans le giron des têtes de la fitna qui sont conscient de leur bida' ; certains d'entre eux innovent intentionnellement). Ceci a mené ceux qui ont étaient trompé à s'associer à l'irja' dans leurs paroles et leurs actes sans s'autoproclamer murji'ah et sans être conscient de ce fait, pensant être sur le credo des pieux prédécesseurs. Cela les a conduit à l'action sans prise de conscience des causes menant à l'extrémisme et l’exagération dans la compréhension du credo de l'opposant. Pour chaque groupe, que se soit celui de la négligence ou de l'extrémisme, les deux sont issu d'une réaction négative à un jugement injustifié qui a assombrit toute société Islamique quelque soit l'époque.

 

Par conséquent, l'irja' est aussi un credo politique, ou plus exactement, un point de vue politique. Il a fallu une étude des croyances qui accompagnaient cette vague d'aggravation de la situation Islamique au début de la période des Umayyades, et de l'émergence des études philosophique. C'était un avis politique qui a fait face aux gouverneurs injustes, à une époque ou ils gouvernaient avec les Lois de la Shari'ah, même s'ils enfreignaient certaines limites et ont exagéré dans l'injustice. Puis cela a continué en tant qu'idéologie des faibles parmi ceux qui voulaient profiter d'un pacte avec l'oppresseur tout en justifiant leur position de faiblesse et d'humiliation, même quand l'oppression atteignait le kufr. De là, nous constatons que les murji'ah n'étaient pas une cible des autorités oppressives et tyranniques à n'importe quel époque que se soit. Parmi eux se trouvait des poètes et des employés du gouverneur, tel que Thabit Qutna qui était un administrateur de Yazid ibn Al Mulhab. C'est une croyance qui convient au gouverneur et le rassure sur le fait qu'il peut être en paix avec toutes les sectes innovatrices.

 

Ainsi, les murji'ah ont un genre de pacte/trêve secret non écrit avec le gouverneur, et les deux profitent d'une liberté de mouvement et de paroles. Pendant ce temps, Ahl Sunnah subit les foudres de ces gouverneurs comme au temps des imams du fiqh et du hadith tel que Malik, Ahmad ibn Hanbal, Ibn Taymiya, et beaucoup d'autres parmi ceux ont suivi la voie des pieux prédécesseurs dans la compréhension du Livre d'Allah et la Sunnah de Son Messager salallahu 'alayhi was salam.

 

 

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Mise en garde

76522 158325277538332 152378828132977 254676 4834644 n

 

Les pseudos salafis

cliquezIci

Qu'Allah récompense notre frère "Dorar Saniya".

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Mise en garde

Ils sont aussi appelés les Alaouites.

 

Leur statut

 

Ibn Taymiya (رحمه الله) a dit: "Ces gens nommés "Al-nusayriyyah" et autres groupes parmi les Qaraamitah et Baatiniyyah, sont des plus grands mécréants que les Juifs et les Chrétiens. Non, ils sont des plus grands mécréant que la plupart des mushrikeen (polythéistes autre qu'Ahl ul-Kitab) et leur mal envers la Oummah de Mouhammad , est plus grand que le mal des mécréants qui sont en guerre avec les Musulmans, comme les Tatar, les mécréants Européens et les autres". (Majmou' Al-Fatawa 35/145)

 

Leurs déviations

 

Ibn Taymiya (رحمه الله) a dit: "Ils se présentent devant des Musulmans ignorants comme les partisans et avocats d'Ahl el Bayt (la famille du prophète), tandis qu'en réalité ils ne croient pas en Allah, ou au Messager, ou au Livre, ou aux ordres [d'Allah], ou aux prohibitions, ou à la récompense, ou à la punition, ou au Paradis, ou au Feu, ou dans un des Messagers qui a précédé Mouhammad, ou dans une religion parmi les religions précédentes. Plutôt ils prennent les paroles d'Allâh et de Son Messager, connu des savants Musulmans et ils les interprètent en se basant sur leurs fabrications, prétendant que leurs interprétations sont "la connaissance cachée ['ilm 'ul-bâtin], comme ce qu'a mentionné la personne qui questionne et bien plus. Ils n'ont aucune limite dans leur mécréance en ce qui concerne les Noms d'Allah, Ses versets et leur altération de la place approprié du Discours d'Allâh et de Son Messager [son utilisation]. Leur but est le reniement de Croyances Islamiques et des Lois de toute les façon possible, essayant de prouver que ces choses sont des faits qu'ils savent, comme ceux mentionnés par la personne qui questionne et biens d'autres, comme le fait que "les cinq prières" signifient la connaissance de leurs secrets, "obligatoirement rapide" la dissimulation de leurs secrets et "le pèlerinage vers Bayt Al-'Atiq" la visite à leur shaykhs et que les deux mains d'Abu Lahab représentent Abu Bakr et 'Omar et que "les grandes nouvelles et l'imam manifeste" est 'Ali ibn Abi Talib.


Il y a des incidents bien connus et des livres qu'ils ont écrits en ce qui concerne leur hostilité à l'Islam et ses adeptes. Dès qu'ils en ont l'occasion, ils versent le sang de Musulmans, comme lorsqu'ils ont une fois tué des pèlerins et les ont jetés dans le puit de Zamzam. Une fois ils ont pris la pierre noire et l'ont gardé toute la durée du temps du pèlerinage et ont tué tant de savants Musulmans et chouyoukhs que seul Allâh connaît leur nombre. Ils ont écrit beaucoup de livres, tel que ceux mentionner par la personne qui pose la question et d'autres.


Les savants musulmans ont écrit des livres, dévoilant leurs secrets, exposant leurs voiles, expliquant qu'ils sont branchés de l'incrédulité, l'infidélité et l'athéisme, par lequel ils sont des plus grands mécréants que les Juifs, Chrétiens et Brahmans indien adorant les idoles.


La personne qui pose la question a mentionné peu pour les décrire par rapport à tout ce que l'on connaît des savants quant à leurs caractéristiques. On sait que seul la côte de Feinte a été reprise par les Chrétiens qui sont de leur côté (Nusayri). Ils sont toujours du côté de tous les ennemis des Musulmans, et [vous avez constatez qu'] ils sont avec les Chrétiens contre des Musulmans.


Parmi les plus grands malheurs qui leur soit arrivés il y a certainement la conquête d'ouverture des Musulmans de la côte (de Feinte) et la défaite des Chrétiens.


Non, un des malheurs les plus grands qui leur soit arrivés est la victoire des Musulmans sur les Tatar et les plus grands soulagements pour eux sont la conquête des Chrétiens – et le refuge est cherché auprès d'Allâh – sur les ports Musulmans.


Ils n'admettent pas que ce monde est été fait par un Créateur, ou qu'Il a une religion avec laquelle Il ordonne, ou qu'Il y a une place avec laquelle Il récompensera les gens pour leurs actes, et c'est ailleurs que cette place (ailleurs que dans ce monde)". (Majmou' Al-Fatawa 35/145)

 

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Mise en garde

Du Shaykh Ali Ibn Khodayr Al Khodayr



Au nom d'Allah, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux,
Louange à Allah, Seigneur des Mondes, et que la Prière et le Salut soit sur le plus noble des Prophètes et des Envoyés, notre Prophète Muhammad, ainsi que sur sa famille et tous ses compagnons. En outre,

Ceci est un texte résumé sur des principes permettant au musulman de connaître la différence entre sa magnifique religion et entre le nouveau paganisme et polythéisme contemporain que l'on nomme "le sécularisme" dans l'ensemble de ses nombreuses ramifications. Ceci afin qu'il l'évite et s'en éloigne et qu'il le désavoue ainsi que ses adeptes que l'on nomme les laïcs. Et qu'il s'innocente d'eux auprès d'Allah et qu'il les renie (considère mécréant) et les prenne pour ennemi et qu'il les déteste et les combattent. Et cela qu'ils soient des penseurs ou des intellectuelles ou des politiciens ou des dirigeants ou des journalistes ou des chanteurs ou des acteurs ou des scientifiques ou des gouvernements ou tout autre chose...

Voici donc les quatre principes:

Premier principe

Que les polythéistes auxquels a été envoyé le Messager reconnaissaient la Seigneurie d'Allah (Al Rouboubiyah). Allah dit: 


Dis: "Qui vous attribue de la nourriture du ciel et de la terre? Qui détient l'ouïe et la vue, et qui fait sortir le vivant du mort et fait sortir le mort du vivant, et qui administre tout?", Ils diront: "Allah". Dis alors: "Ne Le craignez- vous donc pas?" 
[Sourate Yoûnous 10:31] 


Et Il dit: Dis: "À qui appartient la terre et ceux qui y sont? si vous savez". Ils diront: "À Allah". Dis: "Ne vous souvenez- vous donc pas?" Dis: "Qui est le Seigneur des sept cieux et le Seigneur du Trône sublime?" Ils diront: (ils appartiennent) "À Allah". Dis: "Ne craignez- vous donc pas?" Dis: "Qui détient dans sa main la royauté absolue de toute chose, et qui protège et n' a pas besoin d' être protégé? (Dites), si vous le savez!" Ils diront: "Allah". Dis: "Comment donc se fait-il que vous soyez ensorcelés?" 
[Sourate Al Mou'minoûn 23:84-89]

Donc malgré cela (leur croyance en Allah en tant que seul gérant, pourvoyeur et maître de l'univers) le Messager les a combattu et les a considéré mécréant et cela ne les a pas fait entrer dans l'Islam. De la même manière, les laïcs parmi les modérés reconnaissent la Seigneurie [d'Allah] comme eux et pratique certains actes d'adorations et cela ne les fait pas pour autant rentré dans l'Islam. Quant aux extrémistes parmi eux ils sont pires, pour eux il n'y a de divinité ni de seigneur et la vie est temporelle. 

Second principe 

Que le Messager est venu sur des gens qui avaient leur propre législation et lois par lesquels ils jugeaient entre eux lors de litiges et autres. Et ils avaient des valeurs antéislamique auxquels ils se référaient. Ils n'acceptèrent donc pas le jugement d'Allah ni sa guidance. Allah et Son Prophète les ont alors désavoué et combattu. Et ils ne les considérèrent pas musulmans. Et parmi leurs législations on trouve dans la parole d'Allah : 
Et ne mangez pas de ce sur quoi le nom d'Allah n'a pas été prononcé, car ce serait (assurément) une perversité. Les diables inspirent à leurs alliés de débattre avec vous. Si vous leur obéissez, vous deviendrez certes des polythéistes
[Sourate Al An'âm 6:121]. 

Et Il dit à propos de Quraïch et ceux qui les suivirent: 

Ou bien auraient-ils des associés (à Allah) qui auraient établi pour eux des lois religieuses qu'Allah n'a jamais permises?
[Sourate As-Shoura 42:21]. 

Et de même les laïcs ont leur législation et lois et tribunaux d'état régional ou territorial ou mondial par lesquels ils tranchent entre les gens lors de litiges et autre. Et ils ont leur valeurs païennes auxquels ils se référent. Ils appellent cela la civilisation et l'illumination et l'évolution... Ils n'acceptent donc pas plus le jugement d'Allah ni sa guidance. Il convient donc de les renier (takfir, càd les traiter de mécréant) et les désavouer.

Troisième principe

Que le Messager est venu sur des gens qui plaçaient la religion au centre de certaines choses et pas d'autres. Ils adoraient Allah dans les moments difficiles et dans les moments d'aisances ils faisaient preuve de polythéismes. Allah dit: 

Quand ils montent en bateau, ils invoquent Allah Lui vouant exclusivement leur culte. Une fois qu'Il les a sauvés (des dangers de la mer en les ramenant) sur la terre ferme, voilà qu'ils (Lui) donnent des associés  [Sourate Al-'Ankaboût 29:65]. 


Et de la même manière ils mêlaient Allah pour certaines choses et leurs bétyles pour d'autres choses, comme cela nous est parvenue de Sa Parole:

 Et ils disent: "Ceci revient à Allah - selon leur prétention! - et ceci à nos divinités"  
[Sourate Al-An'âm 6:136]. 


De la même manière, les laïcs adorent Allah dans les mosquées, et lors du ramadan, et pour les affaires de mariage et de divorce et [de manière général] dans les actes individuels uniquement. Et pour autre que cela (tel que les affaires d'Etat) ils ne reviennent qu'à leur législation et leurs fausses valeurs. 

Quatrième principe

Que le Messager est venu sur des polythéistes qui avaient de nombreuses divinités très diversifiées. Certains parmi eux adoraient les statues et les idoles, d'autres adoraient les anges, d'autres adoraient les démons, d'autres adoraient les étoiles, d'autres Jésus fils de Marie, d'autres les Prophètes, d'autres les Saints… Et il (le Messager) n'a pas fait de distinction entre eux dans leur statut et leur mécréance et le combat. 
Et de la même manière les laïcs ont de nombreuses divinités, et ils se divisent en différent groupe par rapport à leurs objets de culte. D'entre eux adorent l'Amérique, et d'autres adorent l'Europe et d'autres adorent la Russie et d'autres adorent le nouvel ordre mondial, et d'autres adorent les gouverneurs, et d'autres adorent des scientifiques, et d'autres adorent la patrie, et d'autres adorent la citoyenneté et la nation et ils divinisent ses intellectuels et ses penseurs. Il n'y a donc de différence entre eux au niveau de leur mécréance et apostasie. 

Autre cas

Et les suivent dans cela du bétail parmi un groupe égaré de notre époque. Ils sont les défenseurs des laïcs et ils les suivent par le bout de la queue tels des poussins [suivent leur mère]. Ce groupuscule contemporain sont en fait des extrémistes murji'ah dans les sujets touchant à la foi et la mécréance. Quant aux sujets de jurisprudence, ils sont des gens de passions et de convoitises et de libertinages, soumis au fait accompli et dont les concessions n'aboutissent qu'à l'athéisme.

En conclusion

Nous offrons des paroles du shaykh Abderrahman Ibn Muhammad Al Doussari car il est, de ce que je sais, parmi les premiers à avoir dénoncé ce nouveau paganisme et ce maudit polythéisme contemporain qui n'est autre que la laïcité et le sécularisme. Il dit dans sa conclusion du livre "Dévoilement des ambiguïtés", première édition de 1385H, que lorsqu'il a achevé le livre [du même titre]: "Dévoilement des ambiguïtés" de Muhammad Ibn Abdel Wahhab, il a ôté, , le voile du nouveau paganisme et du polythéisme contemporain, tout comme Muhammad Ibn Abdel Wahhab avait démasqué le polythéisme de son époque à lui.

Le shaykh Abderrahman Ibn Muhammad Al Doussari dit donc: 

Certes le Shaykh Muhammad Ibn Abdel Wahhab dans son livre "Dévoilement des ambiguïtés" a traité du shirk fabulé dans son aspect extérieur assimilé aux demandes d'aides aux morts ou à l'absent ou au culte des tombes. 
Puis se développa nombres de shirk par le martèlement de noms et surnoms servant à duper l'ignorant et par lesquels s'accrochent les tendancieux et rancuniers.

Plus loin il dit:

Ceux qui ont assisté leur chef sont les juifs et les mages lorsqu'ils ont craint le véritable réveil islamique, celui poussé par le shaykh Muhammad Ibn Abdel Wahhab et pour lequel il s'est levé avec ses assistants. 
Et en ce temps ils ont gagné des partisans de Bani Jouldatina et ont enflammé l'ardeur du paganisme par le nationalisme fanatique borné dans toute la communauté islamique.
Fut mis au grand jour le nouveau paganisme ainsi que le culte du matériel et des passions et la déification des personnalités, tout cela sous prétexte de nationalité et de patrie, jusqu'à ce que se forme dans la péninsule islamique, et particulièrement la péninsule arabe, une nouvelle réfutation à ce qu'ils ont professé comme foi patriotique et école matérialiste enjolivé par des surnoms apparent de miséricorde alors que secrètement il s'agissait de supplice.
Et après cette introduction, le shaykh Abderrahman Ibn Muhammad Al Doussari parla sur la signification d'Al Oulouhiyah et ses fondements. 

Et elle est composée de deux bases:

1) Le rejet de tout ce qui adoré. 
2) L'adoration d'Allah l'unique et la soumission à son hukm

Puis il a parlé sur la réalité de l'adoration et de l'amour en Allah et la haine envers les ennemis de la religion. Puis il a parlé sur la réalité de la doctrine d'Ibrahim et il dit: 

Et par elle tu connais la portée de ceux qui y ont adhéré et qui ont triomphé sur les prétendus musulmans parmi les adeptes du nouveau paganisme. 
De même ce que ces derniers ont amené de l'occident et son école matérialiste plaçant les droits de la nation au dessus des droits d'Allah et s'autorisant à légiférer et réglementer ce qui contredit le jugement d'Allah et Son Messager et ils ont suivi ce que les hommes loués, les vénérant par l'amour et la mystification et faisant d'eux des égaux à d'Allah.

Puis il rappela ceux qui firent de la patrie un égal à Allah dans les dire de leur porte-parole:

"Fait passer ton Pays avant toute les doctrines… et pour lui rompe le jeûne et pour lui jeûne."
Et ils ont conduit à l'alliance avec les ennemis d'Allah sous le prétexte de nation et de patrie et le délaissement de la Shari'ah sous prétexte de leur évolution corrompu et l'adoration de tout Tawaghit dans ce sentier là.
Et parmi ce qu'ils ont amené de vain (baatil) on trouve l'importation d'idées tel que:

- "La religion est à Allah et la patrie à tous"
- "La religion est le rapport entre le serviteur et son Seigneur uniquement, aucune autre influence dans la vie"
- "La volonté du peuple est ce que veut Allah"

Et il a rappelé que ceux qui sont sortis des écoles colonialistes restent attachés à ces concepts dans leur application sur la communauté musulmane, et il dit que ces écoles sont les premières à nous avoir imposé le colonialisme culturel par leurs intermédiaires. 

Enfin il dit: 

Il incombe donc aux musulmans, jeunes et vieux, gouvernements et peuples, de s'opposer à ce nouveau polythéisme et ce nouveau paganisme.
Et qu'Allah se penche sur le Prophète Muhammad et sur sa famille ainsi que tous ses compagnons.

Source :
Extrait de "Les quatre principes permettant de distinguer entre la religion des musulmans et la doctrine des laïcs..."

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - Mise en garde

1 2 3 4 > >>
Haut

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog