Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #la famille

Shaykha Umm ‘Abdillah Al-Wadi’iya

L’éducation des enfants est quelque chose de complexe qui demande patience et savoir faire. Certains enfants demandent que l’on agisse avec eux avec douceur, et si l’on fait le contraire, ils s’obstineront. D’autres enfants demandent qu’on soit plus sévère avec eux, mais il ne faut pas que cette sévérité dépasse les limites de ce qui est tolérable. Si on dépasse ces limites, cela conduira l’enfant à s’obstiner et ne pas écouter les ordres de ses parents. 

Nous demandons à Allah qu’Il nous accorde une bonne éducation (de nos enfants), et c’est une grande responsabilité qui pèse sur les épaules des parents, Allah dit : 

#iftah 
O vous les croyants, protégez-vous, ainsi que vos familles d’un feu dont le combustible sera les hommes et les pierres. #aghliq 

‘Abdullah ibn ‘Umar rapporte que le prophète  a dit : 
« Chacun de vous est un berger et chacun de vous est responsable de son troupeau. L'imam est un berger et il est responsable de son troupeau. L'homme est un berger dans sa famille et il est responsable de son troupeau. La femme est une bergère dans la maison de son époux et elle est responsable de son troupeau. Le serviteur est un berger qui a charge des biens de son maître et il est responsable de son troupeau. Ainsi, chacun d'entre vous est un berger et chacun est responsable de son troupeau. » (Bukhari et Muslim). 

Les parents doivent nécessairement s’entraider dans l’éducation de leurs enfants. Et si l’un néglige sa responsabilité, il y aura un manque d’un côté, sauf si Allah veut (qu’il en soit autrement). 

Il faut apprendre aux enfants en fonction de leur niveau et compréhension, par exemple : 

En bas âge : 

1_ On répète à l’enfant le nom « Allah », en montrant du doigt le ciel. 

2_ Si on lui donne quelque chose à manger, comme du pain ou autre chose, on lui donne dans la main droite. 

3_ Si l’aliment est chaud, il ne faut pas souffler dessus, car le prophète  a interdit de souffler dans le plat. Et si l’enfant voit quelqu’un le faire, il l’imitera tout de suite.
De même pour toute chose, en conformité avec la parole du prophète  : 
« Tout enfant né sur la fitra (la saine nature), et ce sont ses parents qui en font un juif, un chrétien ou un adorateur du feu », aussi dans le hadith rapporté par l’imam Muslim d’après ‘Iyad ibn ‘Umar, le prophète  a dit : « Allah a dit : J’ai créé mes serviteurs sur la voie droite (hunafa), puis les démons les ont détournés ».

4_ A partir d’un an et demi, s’il veut manger ou boire, on lui rappelle de dire bismillah, ensuite cela devient normal pour lui et il dira de lui-même : bismillah.

5_ Lorsqu’on voit qu’il peut comprendre les piliers de l’islam, de la foi (iman) et de la bienfaisance (ihsan), on les lui apprend. Je ne précise pas d’âge car la parole et la mémoire varie d’un enfant à l’autre. 

Les piliers de l’islam sont : d’après Ibn ‘Abbas, le prophète  a dit :
« L`islam est bâti sur cinq piliers: Le témoignage qu`il n`est d`autre divinité digne d’être adorée qu`Allah et que Muhammad est Son messager, l`accomplissement de la prière rituelle, l`acquittement de la zakât (impôt rituel), le pèlerinage à la Maison d`Allah, le jeûne du mois de Ramadan » (Bukhari et Muslim). 

Les piliers de la foi sont : d’après Abu Hurayra, le prophète  a dit :
« La foi consiste en ce que tu crois en Allah, en Ses Anges, en Ses Livres, en Ses messagers, et que tu crois au Jugement Dernier. » (Al-Bukhari et Muslim). 

Le pilier de la bienfaisance est : « Que tu adores Allah comme si tu Le voyais, car si tu ne Le vois pas, Lui te voit » (Al-Bukhari et Muslim). 

6_ Il faut également lui apprendre les règles des ablutions. 

7_ S’il mange dans un plat, il faut lui dire de manger ce qu’il y a devant lui, d’après ‘Umar ibn Abi Salama qui rapporte : Je mangeais et ma main se promenait partout dans le plat, le prophète  me dit alors : « O mon enfant ! Prononce le nom d’Allah, mange de la main droite et mange ce qui est devant toi. » 

8_ Il faut l’habituer à accomplir le bien, et lorsqu’il atteint l’âge de sept ans, il faut l’exercer à accomplir la prière. Abu Dawud rapporte (…) que le prophète  a dit : 
« Ordonnez à vos enfants d’accomplir la prière à l’âge de sept ans, frappez-les (s'ils ne l’accomplissent pas) à l’âge de dix ans et séparez-les dans les lits » (…) 

9_ Séparer les enfants dans les lits à l’âge de dix ans, d’après le hadith précédent. 

10_ L’entraîner à jeûner, si cela ne l’affaiblit pas, afin qu’il soit accoutumé au jeune en étant plus grand. Al-Bukhari a intitulé un chapitre de son Sahih : « le jeûne des enfants » (…) d’après Rubay’ bint mu’awidh : le prophète  a envoyé un message aux villes des Ansars le jour de ‘Ashura où il dit : « Celui qui s’est levé sans avoir jeûné qu’il continue ainsi et celui qui jeûne qu’il termine son jeûne ». Rubay’ dit : Ensuite, nous jeûnions ce jour, et nous faisions jeûner nos enfants et si l’un d’eux pleurait à cause de la faim, nous lui donnions un jouet en laine afin qu’il patiente jusqu’à la rupture. 

11_ Il faut apprendre à l’enfant la croyance authentique, en lui disant comme disait le prophète  à Ibn ‘Abbas : 
«O mon enfant ! Je vais t'enseigner quelques préceptes. Observe les commandements d’Allah, Il te protègera. Observe les commandements d’Allah, tu Le trouveras devant toi. Si tu demandes quelque chose, demande-la à Allah. Si tu cherches de l’aide, cherche-la auprès d`Allah Sache que si la communauté s’unissait pour te faire du bien, ils ne te feraient que le bien qu’Allah t’a écrit, et s’ils se réunissaient pour te causer du tort, ils ne te feraient que le tort qu’Allah t’a écrit. Les plumes sont levées et l'encre des feuillets a séché». 

12_ Il faut conseiller l’enfant à la manière de Luqman, Allah dit : 

#iftah 
Et lorsque Luqman exhorta son fils en lui disant : “O mon enfant, ne donne pas d’associé à Allah, car le polythéisme est certes une injustice énorme”. Nous avons commandé à l’homme [la bienfaisance envers] ses parents; sa mère l’a porté [subissant pour lui] peine sur peine, son sevrage a lieu à deux ans.” Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents et vers Moi est la destination finale. Et si tous deux te forcent à M'associer ce dont tu n’as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais vis avec eux ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui revient (se repent) vers Moi. Vers Moi est votre retour, et Je vous informerai alors de ce que vous faisiez”. “O mon enfant, fût-ce le poids d’un grain de moutarde, au fond d’un rocher, dans les cieux ou sur terre, Allah le fera venir. Allah est infiniment Doux et Parfaitement Connaisseur. O mon enfant, accomplis la prière, ordonne le bien, interdis le mal et endure ce qui t’arrive avec patience. Telle est la résolution à prendre dans toute entreprise ! Et ne détourne pas ton visage des hommes, et ne foule pas la terre avec arrogance, car Allah n’aime pas le présomptueux plein de gloriole. Sois modeste dans ta démarche, et baisse ta voix, car la voix la plus détestable est bien la voix des ânes”. #aghliq (Luqman 13-19) 

13_ il faut lui apprendre à demander la permission lorsqu’il veut entrer, Allah dit : 

#iftah 
O vous les croyants ! Que les esclaves que vous possédez et les enfants qui n’ont pas encore atteint la puberté vous demandent permission avant d’entrer, à trois moments : avant la prière de l’aube, à midi quand vous enlevez vos vêtements, ainsi qu’après la prière de la nuit; trois occasions de vous dévêtir. En dehors de ces moments, nul reproche ni à vous ni à eux d’aller et venir, les uns chez les autres. C’est ainsi que Allah vous expose clairement Ses versets, et Allah est Omniscient et Sage. #aghliq 

14_ Il faut lui apprendre les choses interdites afin qu’il s’en écarte, Abu hurayra rapporte que Al-Hassan avait pris une datte donnée en aumône et la mis dans la bouche, et le prophète  lui dit : « Crache ! Crache ! Et écarte-toi en, ne sais-tu pas que nous ne mangeons pas de l’aumône ». 

15_ Il faut lui expliquer le sens des versets ou des hadiths qu’on lui récite. 

16_ Il faut lier son cœur à Allah, alors qu certains enfants, on va lier leur cœur à cette vie ou aux diplômes. Leurs cœurs sont remplis de ténèbres et il se peut que ces ténèbres ne l’emportent. 

17_ Il faut prendre soin de lui apprendre le Coran, il faut lui apprendre tous les jours, ne serait-ce qu’un verset. Ceux qui s’adonnent au Coran sont les meilleurs de gens, comme il est rapporté par Al-Bukhari d’après ‘Uthman ibn ‘Affan, le prophète  a dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Qur’an et l’apprend aux autres ».

Et le prophète  a recommandé de donner de l’importance au Qur’an. Al-Bukhari rapporte que Talha a demandé à ‘Abdallah ibn abi Awfa : « Le prophète a-t-il recommandé quelque chose ? Il dit : non. Je dis : Comment donc est parvenu aux gens sa recommandation : on leur a ordonné mais pas recommandé ? Il dit : il leur a recommandé le Livre d’Allah. »

Al-Hafidh ibn Hajar dit : Le sens de sa parole « il leur a recommandé le Livre d’Allah » signifie l’apprendre par cœur, le suivre, mettre en pratique ses ordres, s’éloigner de ses interdits, le réciter et l’apprendre constamment. 
Et le Qur’an intercèdera pour celui qui l’apprend, comme il est rapporté par l’imam Muslim d’après Abu Umama Al-Bahili, le prophète  a dit : 
« Lisez le Qur’an, car il intercédera le Jour de la Résurrection pour ceux qui le lisaient ».

Il rapporte aussi d’après An-Nawas ibn Sam’an Al-Kilabi, le prophète  a dit : « On fera venir le Qur’an et ceux qui le mettaient en pratique. Sourate Al-Baqara et Al-‘Imran seront devant et intercèderont pour celui qui les aura appris ».

Il y a beaucoup de hadiths sur les vertus du Qur’an et de ceux qui l’apprennent : 

‘Aisha rapporte que le prophète  a dit : 
« Celui qui lit le Qur’an avec aisance est parmi les scribes nobles et pieux (le anges) et celui qui le lit avec difficulté a deux récompenses » (Al-Bukhari et Muslim)

Abu Musa Al-‘Ash’ari rapporte que le prophète  a dit : « Le croyant qui lit le Qur’an est comme le citron, son odeur et son goût sont bons ; le croyant qui ne lit pas le Qur’an est comme la datte : elle n’a pas d’odeur et son goût est bon ; l’hypocrite qui lit le Qur’an est comme le basilic : son odeur est bonne et son goût est amer ; et l’hypocrite qui ne lit pas le Qur’an est comme la coloquinte (sorte de concombre) : elle n’a pas d’odeur et son goût est amer. » (Al-Bukhari et Muslim) 

‘Abdullah ibn ‘Umar rapporte que le prophète  a dit : « Par ce Livre, Allah élève des peuples et en abaisse d’autres » (Muslim). 

‘Abdullah ibn ‘Amru ibn Al-‘As rapporte que le prophète  a dit : « On dira à celui qui lisait le Qur’an : récite mélodieusement comme tu récitais sur terre, ton degré (au paradis) sera fonction du dernier verset que tu réciteras » (Ahmad, Abu Dawud, at-Tirmidhi)

‘Abdullah ibn ‘Umar rapporte que le prophète  a dit : « La jalousie est interdite sauf en deux cas : un homme à qui Allah a donné le Qur’an et qui le met en pratique nuit et jour et un homme à qui Allah a donné de l’argent et qui le dépense (sur le sentier d’Allah) nuit et jour ». (Al-Bukhari et Muslim).

Et celui qui apprend doit réviser sous peine d’oublier rapidement ce qu’il a appris, l’imam Al-Bukhari rapporte d’après Abu Musa que le prophète  a dit :
« Révisez le Qur’an, car par Celui qui détient mon âme dans Sa main, il est plus prompt à se sauver que la chamelle qui n’est pas attachée ». 

18_ Il ne faut pas laisser les enfants fréquenter les enfants des gens grossiers, car ce faisant il prendra leurs mauvaises habitudes, et cela détruira ce qu’il a appris. Le poète dit : « l’enfant apprend ce qu’on lui donne et il n’oublie pas, car son cœur est comme un joyaux pur. Grave dans son cœur ce que tu veux, il s’en souviendra. » L’esprit de l’enfant est vide, prêt à tout accepter, comme on dit : « graver pendant la jeunesse est comme graver dans la pierre ». 

19_ Il ne faut pas laisser l’enfant sortir le soir, car les diables se répandent à ce moment et peuvent lui causer du tort. L’imam Al-Bukhari rapporte, d’après Jabir ibn ‘Abdillah que le prophète  a dit : « Lorsque le soleil se couche, faites rentrer vos enfants, car les diables sortent à ce moment. Puis, lorsqu’une heure est passée, laissez-les et fermez les portes en mentionnant le nom d’Allah, car les diables ne peuvent ouvrir une porte fermée » 

20_ Il faut parfois laisser l’enfant jouer seul, car si on l’empêche constamment de jouer, il sera moins disponible intellectuellement et il s’ennuiera.

Si les parents veulent élever leurs enfants, qu’ils leur donnent une éducation islamique, qu’ils leur apprennent le Qur’an et la sunna.
Parmi les choses qui élèvent les parents dans l’au-delà, s’ils sont musulmans, est l’invocation de l’enfant pieux pour eux, comme il est rapporté par l’imam Muslim d’après Abu Hurayra, le prophète  a dit : « Lorsque le fils d’Adam meurt, des œuvres s’arrêtent, sauf pour trois d’entre-elles : une aumône continue, une science dont les gens profitent, un enfant pieux qui invoque pour lui ». 

Abu Hurayra rapporte que le prophète  a dit : « On élèvera le rang du serviteur pieux au paradis et il dira : ô Seigneur, comment pourrais-je avoir cela ? On lui dira : grâce à la demande de pardon de ton enfant pour toi. » (Sahih Al-Musnad). 

Si les parents et les enfants sont pieux, mais que ces derniers n’atteignent pas le niveau de leurs parents, Allah les élèvera au niveau de leurs parents, Allah dit : 

#iftah 
Ceux qui auront cru et que leurs descendants auront suivis dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les rejoignent. Et Nous ne diminuerons en rien le mérité de leurs oeuvres, chacun (n’ayant pour lui) que ce qu’il aura acquis (At-Tur 21) #aghliq 

L’enfant peut être un bienfait pour ses parents, en leur obéissant, en étant bon avec eux, et c’est ce que les pieux demandent à leur Seigneur, comme Allah dit :

#iftah 
Et ceux qui disent : “Seigneur, fais de nos épouses et nos enfants la réjouissance de nos yeux et fais de nous des guides pour les pieux” #aghliq 

21_ Il faut chercher à ce que l’enfant fréquente des gens pieux, c’est pour cela que cette mère pieuse qu’est Umm Sulaym a amené son fils Anas au prophète  en lui disant : O messager d’Allah, Anas est à ton service, invoque Allah pour lui. Il dit alors : « O Seigneur ! Augmente et béni sa richesse et ses enfants »

Umm Hudhayfa demanda à son fils Hudhayfa Ibn Al-Yaman : Quand dois-tu le voir ? Elle voulait dire le prophète . Je lui dis : je ne l’ai pas vu depuis, tant et tant. Elle n’a cessé de me le reprocher, et je lui a dit : laisse-moi, j’irai prier avec le prophète  la prière du maghrib et je lui demanderai qu’il demande pardon pour toi et moi. Je suis allé voir le prophète , j’ai prié avec lui le maghrib, il s’est en allé et je l’ai suivi. Il entendit ma voix et dit : Qui est là ? Hudhayfa. Je dis : oui, c’est moi. Il dit : « Que désires-tu, qu’Allah te pardonne ainsi qu’à ta mère ? Il dit : Cet ange n’était jamais descendu sur terre avant cette nuit, il a demandé la permission à Allah de me saluer et m’a annoncé que Fatima est la princesse des femmes du paradis » (At-Tirmidhi)

Les parents doivent faire beaucoup d’efforts dans l’éducation de leurs et enfants, et la guidée reste entre les mains d’Allah. L’homme ne peut se guider lui-même, comment le pourrait-il pour quelqu’un d’autre. A l’exemple de Nuh, un des prophètes d’Allah qui n’a pu guider son fils, il l’incitait pourtant à être avec eux et pas vec les mécréannts, comme Allah dit :

#iftah 
Et Nuh appela son fils, qui était resté en un lieu écarté (non loin de l’arche) : “ô mon enfant, monte avec nous et ne reste pas avec les mécréants”. Il répondit : “Je vais me réfugier sur un mont qui me protégera de l’eau”. Et Noé lui dit : “Il n’y a aujourd’hui aucun protecteur contre l’ordre d’Allah. (Tous périront) sauf celui à qui Il fait miséricorde”. Et les vagues s’interposèrent entre eux, et le fils fut du nombre des noyés #aghliq(Hud 42-43) 

De même qu’Ibrahim qui exhortait son père à laisser le polythéisme, comme il est rapporté dans de nombreuses sourates, pourtant il n’a pas suivi les conseils de son fils, et dit au contraire : 

#iftah 
Si tu ne cesses pas, je te lapiderai, et éloigne-toi de moi pour un long moment”. #aghliq (Maryam 46)

Ainsi que notre prophète, Muhammad  qui incitait son oncle Abu Talib à se soumettre, malgré tout il refusa et mourut sur le polythéisme. Et les exemples sont nombreux, y compris parmi les salafs : 

Shu’ba ibn Al-Hajaj disait : « J’ai eu un fils et je l’ai nommé Sa’d, mais il n’a pas réussit (mâ sa’ada). Je lui disais : va voir Hisham Ad-Dustawa’i. Et il me répondait : je préfère m’amuser avec les pigeons » (Mizan al-‘itidal 2/122) 

Isma’il ibn Ibrahim ibn Muqasim était un homme pieux, et parmi ses enfants était Ibrahim, c’était un pur jahmi, il disait que le Qur’an était créé. 

La guidée est donc entre les mains d’Allah, mais il faut mettre en œuvre les causes (de la guidée), et si Allah veut du bien (à cet enfant), il le fera suivre les conseils (de ses parents), et s’Il veut autre chose pour lui, il restera sur sa voie, comme dit le poète : « Si la nature est mauvaise, ni le bon comportement, ni l’éducateur ne seront d’aucune utilité ». 

Certains enfants sont des épreuves pour leurs parents, c’est pour cela qu’Allah dit : 

#iftah 
O vous les croyants ! Vous avez en (certains de) vos épouses et vos enfants un ennemi [une tentation]. Prenez-y garde.#aghliq (At-Taghabun 14).
Dans ce verset « en » (min) signifie : certains.

#iftah 
O vous les croyants ! Que ni vos biens ni vos enfants ne vous distraient du rappel d’Allah. Et ceux qui le font sont les perdants (Al-Munafiqun : 9) 

L’enfant est une épreuve pour ses parents s’il est la cause de leur éloignement de la religion, parmi les exemples de cela : 

1_Si le père est musulman et que son enfant tombe malade et qu’il essaie par tous les moyens de le soigner au point d’aller chez les voyants, les devins, ce qui est une mécréance, car ils prétendent connaître l’Invisible, que seul Allah connaît : 

#iftah 
Et Allah ne vous a pas fait connaître l’invisible #aghliq(Al-‘Imran 179) 

#iftah 
Les clés de l’Invisible sont auprès de Lui, personne ne les connaît en dehors de Lui… #aghliq (Al-An’am 59) 

Et il y a beaucoup d’autres preuves. Ainsi, par la cause de son enfant, ce père commettra un acte de polythéisme. 

2_ D’autres négligent leurs obligations (religieuses) pour pourvoir aux besoins de leurs enfants et les distraire. 

3_ D’autres installent la télévision chez eux pour distraire leurs enfants, alors que la télévision est haram, pour tout le mal qu’elle comprend : les images, les instruments de musique, le fait de regarder les hommes et les femmes, son adhésion aux principes des ennemis de l’islam, et d’autres maux encore. 
C’est en cela que l’enfant peut être un ennemi pour ses parents, et il ne leur sera d’aucune utilité le Jour de la résurrection, au contraire, il se sauvera d’eux, comme Allah dit :

#iftah 
le jour où l’homme fuira son frère, sa mère, son père, son épouse et ses enfants, car chacun d’eux, ce jour-là, sera préoccupé pour lui-même #aghliq (‘Abasa : 34-37). 

Et quiconque est éprouvé par un enfant désobéissant, qu’il invoque son Seigneur, comme Allah dit : 

#iftah 
Et votre Seigneur dit : invoquez-Moi, Je vous répondrai… #aghliq (Al-Ghafir 60). 

La douceur des parents est restreinte par les limites de la Législation, il n’est donc pas permis d’accomplir un acte illicite pour son enfant.

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - La famille

Question : 


Commettrait-on un péché en frappant son enfant avec sa main ou avec un bâton ? Moi je le fais quand je constate qu’il désobéit à mes ordres en dépit de plusieurs avertissements. Est-ce que le fait de lever la main sur l’épouse constitue une désobéissance ? 
Parfois j’ai le sentiment qu’il faut le faire, mais je n’en suis pas encore arrivé là. 
Quand j’administre une griffe à mon enfant, j’éprouve un profond regret puis demande à Allah le Très Haut de me pardonner si, j’ai tort. Existe-t-il une invocation à réciter quotidiennement pour qu'Allah guide mes enfants, les bénisses et consolide leur foi ?



Réponse : 

Louange à Allah
Le devoir du père est de veiller à la bonne éducation de ses enfants et à leur protection. La frappe est un moyen d’éducation qui peut s’avérer nécessaire. En effet, le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a donné l’ordre de frapper les enfants âgés de dix ans pour (la négligence de la prière). Mais cette pratique doit être un ultime recours, quand tous les autres moyens s’avèrent inutiles.Encore qu’il faille éviter les sévices et les coups au visage. Il ne faut pas aussi que le père se trouve sous l’emprise d’un coup de colère ou utilise un outil affûté ou pouvant provoquer une fracture ou vise une région sensible où les coups peuvent entraîner la mort.

Brandir un bâton peut s’avérer plus efficace que la frappe. En somme, le père doit progresser dans l’utilisation des moyens de correction en privilégiant toujours le plus facile. Il ne doit pas avoir recours au moyen le plus dur avec la possibilité d’obtenir le résultat voulu grâce à l’usage d’un moyen plus léger.

Quant au fait de frapper son épouse, il ne constitue pas le premier moyen de la redresser. Bien au contraire, il faut la sermonner et lui donner des conseils. Si les conseils s’avèrent inutiles, il doit la boycotter au lit. Si cela ne sert à rien, il peut la frapper légèrement.

A ce propos, le Très Haut dit : « Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez- les, éloignez- vous d' elles dans leurs lits et frappez- les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand!) (coran,4:34).

Le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) a affirmé que les meilleurs des hommes ne sont pas ceux qui frappent leurs femmes.

S’agissant de la bonne direction des enfants, les père et mère doivent employer tous les moyens aptes à la réaliser comme leur instruction, le fait de leurs donner des conseils, leur éloignement de la mauvaise compagnie, leur insertion dans un bon groupe, leur bon traitement et la perpétuation des prières visant à faire d’eux de bons enfants.Parmi les prières appropriées celle enseignée par le Coran :"Seigneur, donne- nous, en nos épouses et nos descendants, la joie des yeux, et fais de nous un guide pour les pieux".) (Coran, 25 :74 ) et ses propos : « rends ma descendance, bonne » ou toute autre invocation. Cependant l’invocation doit être accompagnée par les autres moyens destinés à assurer leur droiture. Allah est celui qui guide dans le droit chemin.



Islam Q&A 
Sheikh Muhammed Salih Al-Munajjid (
www.islam-qa.com)

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - La famille

L'Islam préserve l'équilibre psychologique de l'être humain de plusieurs façons. Ici nous allons voir comment l'Islam établit les relations entre l'homme et la femme.


La sécurité de la famille :

L'Islam donne la plus grande importance à la sécurité familiale, car la famille est la cellule sociale la plus importante, elle assure l'équilibre physique et psychologique de ses membres. Quand la famille est détruite par le divorce, l'ensemble de ses membres se trouvent déséquilibrés. Comment l'enfant peut-il grandir en bonne santé physique et morale sans ses deux parents? Un enfant n'a pas seulement besoin de lait, il a besoin d'affection, d'éducation, d'un bon exemple suivre. Au sein de la famille, il apprend à développer sa personnalité, son vocabulaire, ses habitudes. L'enfant est l'adulte de demain. En dehors de la structure familiale, il ne peut pas se développer d'une manière optimale. Un enfant privé de la présence et de l'affection de l'un de ses parents développe des désordres d'ordre affectif. Il peut se sentir rejeté de tout le monde, ce qui développera en lui une attitude anti-sociale. Ce mauvais ajustement social et ce manque affectif entraînera d'autres problèmes.
La famille est le meilleur endroit pour un enfant pour grandir sentimentalement, spirituellement et même physiquement. L'Islam est donc une protection pour la famille et pour l'enfant. l'Islam protége en fait tout le monde en protégeant la famille, car chacun d'entre nous a été un enfant et les enfants d'aujourd'hui seront les hommes et les femmes de demain.


La protection de l'enfant :

L'Islam est une protection pour l'enfant de différentes façons. Il empêche la possibilité d'avoir des enfants en dehors du mariage. Comme nous le constatons, l'enfant issue d'une union non-matrimoniale est généralement abandonné par un de ses parents, voire les deux, et se retrouve envoyé dans un orphelinat, où certes il sera logé, nourri, partiellement éduqué, mais il ne recevra pas l'affection et l'amour dont il a le plus besoin pour évoluer d'une manière équilibré.


Pas d'enfants illégitimes :

Comment l'Islam empêche-t-il les naissances d'enfants illégitimes? Les rapports sexuels entre homme et femme ne sont permis que dans les liens sacrés du mariage. Cette limitation n'est pas seulement théorique mais aussi pratique, car Allah a interdit la libre fréquentation et communication entre hommes et femmes. En effet, si les deux sexes se fréquentent librement, rien ne pourra les empêcher d'avoir des rapports sexuels illégaux et cela provoquera inévitablement des naissances d'enfants illégitimes. L'Islam prescrit le mariage comme la base stricte du fondement d'une la famille.


L'obligation de la décence dans la tenue vestimentaire : 

De plus l'Islam prescrit, pour la femme en particulier, ainsi que pour l'homme, de se vêtir de manière modeste. Ceci se traduit en pratique pour la femme par l'obligation de se couvrir entièrement le corps, de la tête aux pieds sauf le visage et les mains. En tout état de cause, cette obligation de modestie vestimentaire est pour la société une sauvegarde contre l'immoralité des mœurs publiques. Au contraire, dans les sociétés ou la femme est encouragée à apparaître le plus dénudée possible, le plus sexuelle possible, le résultat est connu, la décadence des mœurs s'installe.


La femme: épouse et mère :

L'Islam considère la femme comme une épouse et une mère. En contraste, la plupart des sociétés non-islamiques considèrent la femme comme un objet sexuel au détriment du rôle noble d'épouse et de mère. L'Islam éduque et prépare la femme à son rôle d'épouse et de mère, car la famille a besoin d'une épouse dédiée à son mari et une mère dédiée à ses enfants. Nous avons présenté comment l'Islam empêche la possibilité de naissances illégitimes en interdisant la libre fréquentation des hommes et des femmes. Ceci est une des manières de protéger l'enfant. L'autre manière de protéger l'enfant est en protégeant la famille. À chaque mariage, une nouvelle famille est fondée, à chaque naissance la famille s'agrandit et l'Islam protége la famille en rendant le divorce difficile; même s'il est permis. Dans le cas où il y a eu prononciation de divorce, le mari a une période de 3 mois pour reprendre sa femme, qui durant cette période de 3 mois doit rester sous le toit de son mari, sans que les rapports sexuels ne leurs soient permis, à moins que le mari annonce qu'il reprend son épouse! Le divorce est une des causes principale de la déstabilisation de la société et des enfants.


Pas de fréquentations mixtes libres :

L'Islam ne permet pas à l'homme de fréquenter librement des femmes, afin de protéger sa relation avec son épouse. L'Islam ne permet pas à la femme de fréquenter librement des hommes, afin de protéger sa relation avec son époux. En Islam, l'homme et son épouse sont l'un pour l'autre exclusivement. Ceci est le seul moyen de protéger le mariage contre le divorce, d'éviter la destruction de la famille et de voir les enfants grandir sans connaître leur père ou mère. À l'opposé, dans les sociétés où les fréquentations mixtes sont libres, deux graves problèmes se manifestent à cause des rapports sexuels libres en dehors du mariage : premièrement, le nombre d'enfants illégitimes est très élevé, deuxièmement, le mariage devient extrêmement fragilisé. Les mariages ne durent pas longtemps et le taux de divorce est très élevé. Le divorce n'est pas seulement la fin légale du mariage, mais c'est aussi la source de beaucoup de stress et de problèmes pour l'ensemble des membres de cette famille: les enfants, les beaux-parents, les proches parents tous sont affectés par le divorce d'un couple. Certes, les sociétés occidentales ont développé la technologie, les sciences modernes, l'économie industrielle, mais ils ne sont que peu concernés par la protection de la famille et de la vie familiale. Les statistiques et les recherches abondent sur les moyens de protéger et améliorer la technologie, les sciences, la vie politique, le rendement industriel, par contre l'unité de la famille et les valeurs familiales sont complètement délaissées, aucun effort consistant n'est fait pour valoriser et protéger la noblesse du mariage et de ses valeurs.


Protection du mariage :

Dans la plupart des pays occidentaux le taux de divorce atteint les 60%. Quel est la signification de ces chiffres? Cela veut dire tout simplement que la structure sociale en occident détruit le mariage. Ce résultat est facile à prévoir. En occident, les fréquentations mixtes sont libres, la consommation de l'alcool est répandue et le manque de pudeur des femmes aidant; l'adultère est chose facile pour ceux qui ne craignent pas Dieu. Dans tous ces pays, la formule est la suivante: hommes + femmes + alcool + nudité + fréquentations libres = enfants illégitimes + destruction du mariage + enfants malheureux.
Par contre avec l'Islam on obtient la formule opposée: Séparation des hommes et des femmes + alcool interdit + pudeur féminine = enfants légitimes + protection du mariage + protection des enfants.
Il est grand temps pour les spécialistes occidentaux en sociologie et psychologie de sérieusement considérer les statistiques concernant les problèmes familiaux engendrés par leur système moral et de les comparer avec les résultats obtenus dans les mêmes catégories dans les sociétés musulmanes. Il devient évident donc que le système moral de l'Islam est le seul remède à tout ces problèmes.
L'Islam protége la famille et les enfants au sein du mariage.
L'Islam garantie aux enfants de naître avec de parents unis par les liens du mariage, protégeant ainsi l'environnement dans lequel grandira l'enfant.

Que la Paix et la Bénédiction d'Allah soient sur le Prophète Mohammed sur sa famille ses Compagnons et ceux qui l'ont suivi jusqu'au Jour du Jugement.


Compilé par:
 Abou Omar Abdussalam.
Révision: Abou Ahmed

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - La famille

Voir les commentaires

Published by Abou Malik - La famille

Le Minhaj (Voie) de Ahlou Sounna wa-l-Jama'a ce qui veut dire la voie de la Sounna et du Concensus, ou bien le minhaj des Salaf-Sâlih la voie des pieux prédécesseurs, tout cela revient au même c'est la voie à laquelle nous restons ferme, cette voie c'est celle du Prophète sala Allahu alayhi was Salam.

Pages

Hébergé par Overblog